Le système scolaire en Corée du Sud : le guide complet

Par Damien Bouhours | Publié le 26/08/2022 à 16:00 | Mis à jour le 30/08/2022 à 18:50
Des élèves sud-coréens

Le système éducatif sud-coréen est souvent décrié à l’étranger pour sa rigueur et ses dérives. Et pourtant il est l’un des plus performants au monde. Regardons ce qui se passe du côté du pays du matin calme.

 

Le cursus scolaire en Corée du Sud

L’année scolaire commence en mars en Corée du Sud, avec des vacances d’été en juillet et août et d’hiver de fin décembre à début février. Une semaine de vacances se déroule début mars avant le début de la nouvelle année.

 

une élève dans un Kindergarten en Corée du Sud

 

Preschool et Kindergarten

Les jardins d’enfants (ou kindergarten) concernent les enfants âgés de 3 à 6 ans, soit avant leur entrée à l’école primaire. Il en existe des publics et des privés. Parmi les kindergartens publics, certains sont gérés au niveau national et d’autres par le gouvernement local. Les jardins d’enfants proposent des programmes pour la journée complète ou bien seulement pour des demi-journées. Les frais de scolarité varient mais les kindergartens publics sont moins chers que les privés. Il faut compter entre  250,000–500,000 KRW par mois. Les jardins d’enfants privés proposent généralement davantage d’activités et d’apprentissages (comme les langues étrangères). Des jardins d’enfants proposent ainsi un accompagnement uniquement en anglais.

 

Ecole primaire (초등 학교 ou chodeung haggyo)

L’école primaire est obligatoire dès l’âge de 6 ans et dure six années. Elle se décompte en « grade » ou niveau et chaque année l’élève atteint un niveau supérieur (grade 1 puis grade 2, puis grade 3…). Les deux premières années sont consacrées à la maitrise de la lecture et de l’écriture. Les cours d’anglais commencent en troisième année. Les élèves sont éduqués avec discipline et souvent de manière stricte. Ils sont souvent dans une seule classe avec un professeur pour toutes leurs matières principales. L’éducation physique et les langues étrangères sont enseignées par d’autres professeurs.

 

Avant d’entrer à l’école primaire en Corée du Sud, les élèves doivent être vaccinés contre : le Tétanos, diphtérie, coqueluche (Tdap), rougeole, oreillons, rubéole (ROR), polio, influenza, méningite à méningocoques, pneumonie à pneumocoque, varicelle, papillomavirus humain, herpès Zoster, haemophilius influenza type B et rotavirus.

 

Enseignement secondaire en Corée du Sud

L’enseignement secondaire regroupe le collège et le lycée. Le collège comporte trois années (grades 7 à 9). La pression commence à se faire sentir par les élèves. Certains commencent à prendre des cours dans les hagwon (학원), des établissements privés assez coûteux où des tuteurs préparent aux examens d’entrée à l’université, le suneung (수능).

 

Le lycée se fait en également trois ans (grades 10 à 12). Il y a différents types d’établissements : des lycées généraux et des lycées spécialisés, dont l’entrée se fait sur examen.

 

Le suneung en Corée du Sud

 

Le suneung (수능), examen d’entrée à l’université

Pour poursuivre des études supérieures, les élèves sud-coréens doivent passer le suneung, un test d’aptitude scolaire. Ce moment est essentiel dans la vie des élèves et est un source de stress et de pression depuis des années. Au mois de novembre, lors d’une seule journée, plus de 600.000 élèves sont évalués dans 5 matières : coréen, mathématiques, anglais, histoire de la Corée, études sociales/science/enseignement professionnel, et langue étrangère/hanja. Cette journée est si importante dans la vie du pays que les horaires des magasins sont modifiés, que la police aide à ramener les retardataires ou encore que les avions n’atterrissent et ne décollent pas pendant les examens de langue.

 

Suite aux résultats de cet examen à questionnaire à choix multiple, les élèves peuvent intégrer une université et des établissements plus ou moins prestigieux. Seuls 2% d’entre eux intègrent le SKY, c’est à dire les trois universités les plus prestigieuses du pays : Seoul National University, Korea University et Yonsei University. Avoir un diplôme de l’une de ces universités permet aussi d’accéder à des postes prisés dans un des chaebol (재벌), des conglomérats d’entreprises qui entretiennent des participations croisées.

 

Les études supérieures se font ensuite en quatre années. Nous leur avons consacré un guide : Étudier en Corée du Sud : le guide complet

 

Un élève sous pression en Corée du Sud

 

L’enseignement en Corée du Sud est-il si strict ?

Le système scolaire en Corée du Sud est basé sur la discipline et la compétitivité. Les élèves qui n’ont pas de difficultés scolaires se sentiront valorisés et seront poussés à l’excellence. Les autres seront mis à l’écart, dévalorisés et ressentiront davantage la pression. La Corée du Sud place, plus que n’importe quel autre pays, l’éducation comme priorité. Les résultats internationaux lui donnent raison puisque la Corée du Sud se retrouve première pour ce qui est des classements mondiaux notamment dans les sciences et les mathématiques. 98% des 25-34 ans sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement secondaire alors que celui-ci n’est pas obligatoire. Ces bons résultats se font malheureusement au dépend de la santé mentale et du bien-être de beaucoup d’élèves. La Corée du Sud enregistre le taux de suicide le plus fort des pays de l’OCDE.

 

 

L’uniforme est-il obligatoire en Corée du Sud ?

Les écoles en Corée du Sud peuvent être mixtes ou uniquement de filles ou de garçons. L’uniforme y est en place et chaque école a un uniforme différent.

 

Etablissements français en Corée du Sud

Pour qu’un enfant étranger puisse intégrer une école sud-coréenne, il lui faudra parler impérativement couramment le coréen (sauf dans certains cas d’échanges internationaux). Plusieurs établissements permettent cependant de suivre une éducation en français en Corée du Sud et ce avec un calendrier similaire à celui dans l'Hexagone. Le lycée français de Séoul fait partie du réseau AEFE. Le lycée international Xavier à Séoul et l’école MLF-Airbus de Saechon (dans les locaux de la Gyeongnam International Foreign School) font partie du réseau de la Mission Laïque française. De plus, la British International Academy a également une section française.

 

Avez-vous envie de vous expatrier en Corée du Sud ?
Choices
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Séoul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale