Lundi 25 octobre 2021
TEST: 3208

Travailler en Corée du Sud : le guide complet

Par Damien Bouhours | Publié le 23/05/2021 à 00:00 | Mis à jour le 12/06/2021 à 09:48
Une rue de Séoul en Corée du Sud

Comment décrocher un emploi en Corée du Sud ? Quels sont les visas disponibles ? Peut-on travailler sur place sans parler coréen ? lepetitjournal.com vous offre un guide complet de ce qu'il faut savoir pour travailler en Corée du Sud. 

 

Sommaire

 

 

Le marché de l’emploi en Corée du Sud

Le marché de l'emploi en Corée du Sud est resté très dynamique malgré la crise de la Covid-19. Son taux de chômage est en baisse depuis plusieurs mois et n’est que de 3,9% en mars 2021, la moyenne dans les pays de l’OCDE pour la même période s’élevait à 6,7%.

Le pays du Matin calme s’est positionné comme un des acteurs principaux des marchés de l’Industrie et de la Technologie. Il a vu émerger de grands groupes internationaux comme Samsung, Hyundai, LG, Kia ou encore POSCO. L’économie coréenne ne se repose pas uniquement sur ses grands groupes et accueille de nombreuses sociétés étrangères, la Corée du Sud représentant un marché très intéressant mais aussi un réel carrefour avec le reste de l’Asie. Elle a ainsi démultiplié les échanges commerciaux avec des partenaires en Asie mais également en Europe, et ouvre les bras aux travailleurs internationaux.

La Corée du Sud est également une terre d’innovation. Songdo, située à 15 minutes de l’aéroport international d’Incheon, le point d’entrée pour Séoul, est ainsi la première ville intelligente du monde, construite dans un souci d’analyse du bien-être de ses habitants et de durabilité.

Si la République de Corée fait les yeux doux aux travailleurs étrangers, le marché de l’emploi en Corée reste très concurrentiel et les autorités coréennes privilégient des expatriés possédant des compétences spécifiques. Les entreprises coréennes cherchent en particulier des profils diplômés et détenteurs de Master, MBA ou PhD.

 

Un passeport avec des visas

 

Le visa et la carte de résidence en Corée du Sud

La Corée du Sud possède de nombreux visas pour les travailleurs étrangers pour des séjours temporaires ou permanents. Il n’est pas facile d’obtenir un visa car les attentes sont assez élevées et le processus peut parfois être hasardeux. Un visa est cependant nécessaire si vous souhaitez rester plus de 90 jours dans le pays et il est important de commencer le processus de visa auprès des autorités locales en anticipant la fin de votre visa touristique. Afin de ne pas vous perdre dans le méandre des possibilités de visas de travail, nous vous présentons la liste des différents types de visas de travail les plus utilisés. Les catégories sont liées aux différentes professions visées.

Le visa de professeur E-1

Il est destiné aux expatriés qui souhaitent donner des conférences ou faire des recherches dans l’enseignement supérieur. Ce visa multi-entrées est valable un an et renouvelé tous les ans.

La visa de professeur de langue étrangère E-2

Il est destiné aux expatriés se destinant à enseigner une langue étrangère. Ce visa multi-entrées  est valable 2 ans et peut être renouvelé par intervalle de 2 ans.

Le visa recherche E-3

Le visa recherche permet à des expatriés de mener des recherches dans une institution publique ou privée dans les domaines des sciences naturelles ou des technologies avancées. Ce visa multi-entrées est valable un an et est renouvelable tous les ans.

Le visa Orientation technologique E-4

Ce visa permet à des expatriés ayant une expertise en sciences naturelles ou en technologie de venir présenter leur expertise dans un domaine de compétence non-disponible en Corée du Sud. Ce visa multi-entrées est valable un an et peut être renouvelé tous les ans.

Le visa professionnel E-5

Ce visa s’adresse aux architectes, avocats, médecins, comptables et autres professionnels, titulaires d’une licence internationale et d'une autorisation du gouvernement coréen pour exercer leur domaine d’expertise. Le visa multi-entrées est valable un an et renouvelable tous les ans.

Le visa Culture et art E-6

Ce visa est destiné aux expatriés qui évoluent dans le monde culturel et artistique. Les mannequins, les sportifs, les intermittents du spectacle ou encore les animateurs sont concernés par ce visa multi-entrées, valable un an et renouvelable tous les ans.

Le visa pour des activités spécifiques E-7

Ce visa concerne les expatriés qui participent à des activités reconnues par le ministère coréen de la Justice par l'intermédiaire d'une organisation publique ou privée. Il s’agit du visa professionnel le plus répandu pour les expatriés. Ce visa multi-entrées est valable de un à trois ans et est renouvelable par intervalles d’un an.

Le visa couverture médiatique à long-terme D-5

Ce visa concerne les journalistes, correspondants et reporters de médias étrangers. Le visa est valable trois mois et renouvelable par intervalle d’un an.

Le visa de demandeur d’emploi D-10

Bien que difficile à obtenir, il existe un visa pour les demandeurs d’emploi qui doivent répondre à l’une des conditions suivantes : vous effectuez un stage dans une entreprise coréenne, vous êtes diplômé d’une université figurant dans le classement Times Higher, vous êtes récemment diplômé d’un établissement supérieur coréen, votre ancien employeur figure dans la liste Fortune 500 ou vous êtes reconnu par le chef d’une mission diplomatique.

Il est possible de créer son entreprise en Corée du Sud et donc de bénéficier d’un visa d’affaires en conséquence. Un visa de travailleur indépendant est également disponible.

 

L'Alien Card, la carte de résidence en Corée du Sud

Tout expatrié restant en Corée du Sud plus de 90 jours devra faire une demande d’Alien Card ou carte de résidence pour les étrangers. Cette carte lui servira de carte d’identité et ce numéro d’enregistrement de résident est essentiel à l’ouverture d’un compte bancaire. Il vous faut faire la demande de cette carte auprès du bureau d’immigration le plus proche, en prenant rendez-vous et en vous présentant avec tous les documents nécessaires. Il faut compter 30.000 KRW pour l’obtenir.

 

Un homme signe un contrat de travail

 

Contrats de travail et salaires en Corée du Sud

Bien qu’un accord verbal ait une réelle valeur en Corée du Sud, un contrat écrit résume toutes les modalités du travail (sa durée, le salaire ou encore le type de contrat). N’hésitez pas à négocier avec votre employeur avant la signature de votre contrat.

Le salaire minimum en Corée du Sud a été établi en 2021 à 8720 KRW par heure, soit 6,57 euros. Le smic mensuel en 2021 est fixé à 1.822.480 KRW, soit environ 1349 euros.

 

Les conditions de travail en Corée du Sud

L’Assemblée nationale sud-coréenne a adopté le 27 février 2018 une loi qui réduit le temps de travail hebdomadaire à 52 heures, contre 68 auparavant. Un nombre qui comprend 40 heures par semaine ainsi qu’un plafond de 12 heures supplémentaires à ne pas dépasser.

La hiérarchie est très importante au sein des sociétés coréennes et est liée à l’âge et à l’expérience. Une personne jeune ne sera que très rarement manager d’une équipe plus âgée. Il est donc très important de respecter l’autorité de votre hiérarchie. Afin de souder les relations entre les employés, il n’est pas rare de sortir boire des verres avec ses collègues après les horaires de bureau. Si le cadre du travail peut être rigide, l’ambiance est très décontractée à l’extérieur.

Les employés en Corée du Sud peuvent profiter de 15 jours de congés pays par an, en plus des 12 jours fériés annuels. Certaines sociétés peuvent accorder davantage de congés payés en fonction notamment du statut et de l’ancienneté du salarié.

Séoul en Corée du Sud

 

Trouver du travail en Corée du Sud

Avant de commencer vos recherches de travail, n’oubliez pas de bien préparer votre CV et votre lettre de motivation. Il existe de nombreux sites internet vous permettant de chercher du travail en Corée du Sud.
Voici la liste des plus populaires :

global.seoul.go.kr/ : site en anglais pour une recherche d’emploi dans le secteur public

FKCCI : site de la chambre de commerce franco-coréenne

www.civiweb.com/ : site pour trouver un VIE

https://koreaprofessional.com/ (en anglais)

globalemployer.jobkorea.co.kr/ (en anglais) 

https://www.glassdoor.com/Job/south-korea-jobs (en anglais)

http://seoulprofessionals.com/ (en anglais)

www.incruit.com/ (en coréen) 

www.jobkorea.co.kr/ (en coréen) 

www.saramin.co.kr/ (en coréen)

Si vous souhaitez intégrer une grande société coréenne comme Samsung, Hyundai ou encore LG, deux campagnes de recrutement ont lieu par an (en février et septembre) pour les postes junior à la sortie des universités.

 

Séoul en Corée du Sud

 

Les emplois en Corée du Sud pour les Français

Vous pouvez trouver toutes les informations sur les sociétés françaises et coréennes sur l’annuaire des membres de la Chambre de commerce franco-coréenne.

Il est également possible d’effectuer un Volontariat International en Entreprise (VIE) en Corée du Sud. Il faut pour cela être âgé de 18 à 30 ans, être français et avoir un casier judiciaire vierge. Vous pouvez trouver des missions sur le site de Business France.

 

Travailler en Corée du Sud sans diplôme

Il sera très difficile de trouver un travail en Corée du Sud sans avoir un diplôme de l’enseignement supérieur. Il est nécessaire d’avoir au moins un niveau bac+3 avec plusieurs années d’expérience dans le secteur ou un niveau bac+5.

Vous pouvez toutefois tenter votre chance avec un visa vacances-travail (H-1). Le visa vacances-travail permet aux personnes, âgées de 18 à 30 ans, qui en bénéficient de passer une année sur le territoire sud-coréen pour y voyager, s’immerger dans sa culture et/ou y travailler. Non renouvelable, sa durée de validité est de 12 mois à partir de la date d’émission du visa. Vous pouvez alors tenter votre chance dans la restauration, la vente, l’évènementiel ou encore le monde de la nuit.

 

Une pancarte en coréen

 

Travailler en Corée du Sud sans parler coréen

Il sera très difficile de trouver un travail sans maîtriser un minimum la langue coréenne, sauf dans le cadre d’un visa vacances-travail. La communication au sein des entreprises coréennes mais également des entreprises étrangères se fait en coréen. Il est donc fortement conseillé de prendre des cours de coréen avant votre départ pour la Corée du Sud. Vous pouvez également venir apprendre la langue dans le pays.

Il existe de rares postes pour lesquels il n’est pas nécessaire de parler coréen mais il vous faudra dans ce cas là, avoir un très bon niveau d’anglais, voire de mandarin ou de japonais.

Nous vous recommandons
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir