Taxi volant : les premiers essais à l’aéroport de Fiumicino à Rome

Par Lepetitjournal Rome | Publié le 09/10/2022 à 21:03 | Mis à jour le 09/10/2022 à 21:12
TAXI VOLANT

Le premier taxi volant a décollé de Rome dans la matinée du jeudi 6 octobre ! Atlantia guide l’Italie et sa capitale vers de nouveaux moyens de transports : la mobilité aérienne urbaine.

 

L’une des principales holdings mondiales spécialisées dans les investissements stratégiques dans le secteur aéroportuaire et autoroutier, Atlantia, investit dans la mobilité aérienne urbaine à Rome.

 

Une mobilité aérienne urbaine dès 2024

L’objectif est d’activer un service commercial dans le ciel de la capitale dans seulement deux ans, en 2024. Ainsi, il sera possible d’effectuer un vol de Fiumicino au centre de Rome en seulement 20 minutes. L’objectif est d’atteindre les 100 millions de passagers, à Rome seulement, d’ici 2045. Paris aussi travaille sur un projet similaire en vue des Jeux Olympiques 2024.

Ces taxis aériens, nommés « eVTOL », pourront circuler à une vitesse maximale de 110 km/h et couvrir une distance de 35km. Une fois le trajet terminé, les batteries lithium-ion se remplacent en seulement cinq minutes, garantissant un redémarrage rapide. Le coût initial du trajet pourrait valoir environ 140 euros, prix qui devrait diminuer progressivement au fur et à mesure du développement du service commercial.  En parallèle seront développés des « vertiports », des structures permettant le décollage et l’atterrissage verticaux des taxis aériens.
Chaque vol suivra une trajectoire précise, dans un espace aérien où devront coexister d’autres véhicules tels que les hélicoptères, ou les drones transportant de la marchandise.

Les taxis volants, l’avenir d’une mobilité plus durable ?

Il reste une question à se poser : celle du recyclage des batteries lithium-ion, qui ont un grand impact sur l’environnement et notre planète. En effet, l’extraction des minerais nécessaires à la fabrication des batteries lithium-ion reste encore problématique. C’est pourquoi l’enjeu du recyclage est essentiel, afin de limiter l’extraction de lithium supplémentaire, mais aussi parce que les batteries usagées sont très dangereuses pour les sols. Actuellement, le recyclage est très complexe car nombreux des composants des batteries sont toxiques, voire inflammable. Le procédé est très coûteux et demande beaucoup de temps pour qu’il soit fait de manière sûre. En parallèle du développement de ce genre de transport de mobilité urbaine aérienne, il sera donc aussi nécessaire de trouver et d’adopter un procédé de recyclage fiable et peu coûteux.

Lola Descamps

lepetitjournal.com rome

Lepetitjournal Rome

LePetitJournal.com de Rome, c'est le média de référence en français sur Rome et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale