Australian man flu: Mythe ou réalité

Par Isabelle de Casamajor | Publié le 08/09/2022 à 21:00 | Mis à jour le 09/09/2022 à 09:01
Photo : Australian man flu
un homme malade dans son lit fait la grimace

Jamais entendue parlé avant d’arrivé en Australie. Les hommes en Australie seraient-ils victimes d’une maladie sexiste ?

 

A la saison où la redoutable "grippe des hommes" montre sa vilaine tête, dans tous les pays anglo-saxon, semble-t-il, on se moque des pauvres hommes qui restent au lit pendant que les femmes malades poursuivent leur vie quotidienne.

Mais les hommes ont-ils raison de prendre du temps pour aider leur corps à se remettre des microbes de l'hiver ? La grippe masculine existe-t-elle vraiment ?

 

What is the man flu?

Qu’est-ce que la grippe masculine ?

"La grippe masculine" est une expression qui fait référence à l'idée que les hommes, lorsqu'ils ont un rhume, ressentent et déclarent des symptômes plus graves, semblables à ceux de la grippe.

Le dictionnaire Oxford la définit comme "un rhume ou une affection mineure similaire dont souffre un homme qui est considéré comme exagérant la gravité de ses symptômes".

La base scientifique de ce phénomène fait l'objet d'un débat permanent.

 

Dans la culture populaire

Une enquête en ligne sur le sujet menée auprès des lecteurs du magazine Nuts (presse masculine britannique) fin 2006 a suscité beaucoup d’intérêt, mais a été critiquée comme étant non scientifique et non fiable.

Un sondage réalisé pour un fabricant d'analgésiques en 2008 a suggéré que cette exagération était peut-être tout aussi répandue chez les femmes.

Le concept de grippe masculine a été une source de controverse lorsqu'il a été utilisé dans la publicité.

Il serait bon de déterminer une fois pour toutes si la grippe masculine est légitime, c'est-à-dire, "si les hommes sont des mauviettes ou simplement immunologiquement inférieurs ».

 

Man flu

Inégalités hommes / femmes

Les recherches suggèrent que la survie de l'espèce peut signifier que les hommes sont plus durement touchés par les virus, mais le système immunitaire réactif des femmes les rend plus sensibles aux maladies auto-immunes et aux allergies.

Les virus

Les hommes meurent beaucoup plus souvent de maladies infectieuses que les femmes. Par exemple, les hommes ont 1,5 fois plus de risques de mourir de la tuberculose et deux fois plus de risques de développer un lymphome de Hodgkin après une infection par le virus d'Epstein-Barr (EBV).

Les hommes sont également cinq fois plus susceptibles de développer un cancer après une infection par le virus du papillome humain (VPH) que les femmes.

Cela s'explique par le fait que le système immunitaire des femmes oppose une réponse plus forte aux envahisseurs étrangers, en particulier les virus. Alors que l'hormone mâle testostérone a tendance à atténuer les réponses immunitaires, l'hormone féminine œstrogène augmente le nombre de cellules immunitaires et l'intensité de leur réponse. Les femmes sont donc capables de se remettre plus rapidement d'une infection.

Tout ceci pourrait être le reflet d'une astuce évolutive sournoise utilisée par les virus pour permettre leur survie. Les femmes ont développé de multiples mécanismes de transmission des infections, principalement par la transmission des microbes de la mère à l'enfant pendant la gestation ou la naissance, ou par l'allaitement. Les femmes sont donc de meilleurs vaisseaux pour les virus.

Entre-temps, les virus ont désigné les hommes comme le sexe faible. Alors que la culture populaire a inventé le terme de "grippe masculine", suggérant que les hommes exagèrent les symptômes de la grippe, les preuves suggèrent qu'ils pourraient en réalité souffrir davantage en raison de l'affaiblissement de leurs réponses immunitaires.

Les maladies auto-immunes

Les différences les plus frappantes entre les sexes au niveau du système immunitaire sont observées dans les maladies auto-immunes. Les maladies auto-immunes touchent environ 8 % de la population, mais 78 % des personnes concernées sont des femmes. Les femmes sont trois fois plus susceptibles que les hommes de développer ce type de maladie.

Les maladies auto-immunes surviennent lorsque le système immunitaire s'active et attaque les propres cellules ou tissus de l'organisme, initiant un cycle chronique qui entraîne la détérioration ou la destruction d'organes spécifiques. Ces maladies comprennent le diabète de type 1, le lupus, la polyarthrite rhumatoïde, la sclérose en plaques et jusqu'à 80 maladies différentes qui affectent des systèmes tels que l'intestin, les os, les articulations et le système nerveux.

Les allergies

Un Australien sur neuf (plus de 2,5 millions au total) souffre d'asthme, une maladie qui provoque un gonflement et un rétrécissement des voies respiratoires. Cela rend la respiration difficile lorsque nous rencontrons des allergènes environnementaux tels que le pollen.

Les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à développer de l'asthme. Il est intéressant de noter que les hommes sont plus sensibles à l'asthme avant la puberté, mais qu'après la puberté, les femmes sont plus touchées et développent un asthme plus sévère que les hommes. Jusqu'à présent, les raisons de ce phénomène n'étaient pas évidentes, mais on a supposé que les hormones jouaient un rôle.

Une étude récente a montré que des niveaux élevés de testostérone chez les hommes les protègent contre le développement de l'asthme allergique. Pendant la puberté, le taux de testostérone augmente.

 

Man flu: Evidence scientifique

Man flu : Que disent les scientifiques ?

  • En 2009, une étude publiée par un certain nombre de médias, dont le Daily Telegraph, soutient une base scientifique pour l'existence de la "grippe masculine". Cependant, l'étude n'avait rien à voir avec la grippe (l'expérience portait sur une infection bactérienne et non virale) et a été réalisée sur des souris génétiquement modifiées plutôt que sur des êtres humains, de sorte que les résultats ne sont pas nécessairement applicables aux humains.
  • Selon des chercheurs de l'université de Cambridge, des facteurs évolutifs pourraient avoir conduit les femmes à développer un système immunitaire plus rigoureux que les hommes en raison de stratégies de reproduction différentes.

En outre, une étude menée en 2011 à l'université du Queensland suggère que les hormones féminines (comme les œstrogènes) aident les femmes pré-ménopausées à combattre les infections, mais que cette protection disparaît après la ménopause.

  • Dans l'édition de Noël 2017 du British Medical Journal (publication médicale britannique), une revue des recherches existantes a trouvé certaines preuves indiquant que les hommes étaient plus fréquemment hospitalisés et avaient des taux de mortalité liés à la grippe plus élevés que les femmes. La revue a également suggéré que la cause sous-jacente pourrait être des différences sexuelles hormonales évolutives affectant le système immunitaire.

L'étude souligne que, bien que la "grippe masculine" soit connue dans le monde entier, aucune recherche n'a été menée pour définir spécifiquement ce phénomène, une situation qui pourrait conduire à ce que les hommes reçoivent moins d'attention médicale que leur état ne le mérite.
Bien que l'article du BMJ ait été rédigé sur un ton léger, conformément aux traditions de son édition de Noël, la science qui le sous-tend était réelle.

  • Dans un traité fondé sur des études antérieures, le Dr Kyle Sue, professeur adjoint de médecine familiale à l’université Memorial de Terre-Neuve, ne se contente pas de démontrer que les hommes peuvent effectivement présenter des symptômes de rhume et de grippe plus graves que les femmes, mais il explore également les raisons pour lesquelles une telle différence a pu se développer.

Je pense que les recherches montrent que les hommes ont une réponse immunitaire plus faible face aux infections respiratoires virales communes et à la grippe. Cela se traduit par le fait qu'ils ont des symptômes plus graves, qu'ils durent plus longtemps, qu'ils sont plus susceptibles d'être hospitalisés et plus susceptibles d'en mourir.

a déclaré Dr Sue

L'étude note également que des recherches menées aux États-Unis ont montré que les hommes présentaient des taux de décès liés à la grippe plus élevés que les femmes du même âge, tandis que des données de Hong Kong montrent que les hommes avaient un risque plus élevé que les femmes de se retrouver à l'hôpital pour une grippe saisonnière. L'étude s'oppose également à l'idée que les hommes s'effondrent au premier éternuement, en soulignant qu'une étude a montré que les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de réduire leurs activités lorsqu'il s'agit de maladies respiratoires mineures.

 

Pour conclure

Il doit y avoir plus d'études, des études de meilleure qualité qui contrôlent d'autres facteurs entre les hommes et les femmes avant qu'il puisse définitivement être établi que cette différence d'immunité existe.

Dr Sue déclare

 

 

Est-ce que les femmes sont plus résilientes, qu'elles sont capables de jongler davantage lorsqu'elles sont malades, ou est-ce qu'elles n'ont pas de symptômes aussi graves ? Nous ne sommes pas trop sûrs de cela. Mais je pense que tout le monde devrait avoir le bénéfice du doute quand il est malade."

Isabelle de Casamajor

Isabelle de Casamajor

A Perth depuis plus de 15 ans, depuis toujours passionnée de voyages, de photographie, d'art et de culture, l'Australie est pour moi un merveilleux terrain d'exploration. J'aime faire partager les endroits que j'aime et mes coups de coeur.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Perth !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale