May Gibbs, une incontournable de la littérature enfantine

Par Isabelle de Casamajor | Publié le 01/09/2022 à 21:00 | Mis à jour le 05/09/2022 à 07:13
Photo : Snugglepot and cuddlepie
Snugglepot and cuddlepie, un livre enfantin incontournable

Créatrice de livres pour jeunes enfants, les aventures de Snugglepot et Cuddlepie, également connus sous le nom de Gumnut Babies. Ils ont bercées les tendres années de bien des Australiens. Mais quel est le lien de May Gibbs avec l’Australie occidentale ?

 

May Gibbs est née en Angleterre…

May Gibbs est née le 17 janvier 1877 à Sydenham, ses parents émigrent en Australie quand May avait 4 ans. Ils s’installent tout d’abord en Australie méridionale à Norwood, banlieue d’Adelaïde. A cause d’une sècheresse importante en 1885 ils déménagent à Harvey en Australie occidentale où ils s’essayent aux travaux de la ferme. À l'âge de huit ans, son père lui offre un poney nommé Brownie. May aimait explorer le bush sur son poney, et c'est à cette époque qu'elle a commencé à peindre et à écrire sur le bush. Cette période de son enfance et son interprétation imaginative du bush ont été déterminantes pour le développement du décor anthropomorphique que l'on retrouve dans son œuvre. Enfin en 1887 ils s’installent à Butler's Swam (Lake Claremont) et enfin en 1889 à South Perth dans une grande maison en ruines, "The Dune".

Cette maison restera celle de la famille Gibbs pendant environ 50 ans.

 

May Gibbs

La genèse d’une artiste en Australie Occidentale

May Gibbs est publiée pour la première fois dans l'édition de Noël du W.A. Bulletin, en 1889.

Au milieu des années 1890, elle suit des cours à l'Art Gallery of Western Australia.

À l'âge de 15 ans, elle devient une illustratrice botanique très talentueuse, remportant son premier grand prix artistique à l'exposition de fleurs sauvages de Perth.

A 18 ans, May participe à un camp pour artistes. Elle commence alors à peindre à l'huile :

n'importe quoi - en essayant de dépasser le stade de l'adhérence... en peignant des plaques à accrocher aux murs et en gagnant assez pour me maintenir en vie, sauf pour les factures de pharmacie. 

Elle peint également des décors et réalise des scénographies pour des productions amateurs locales..

À 23 ans, May retourne en Angleterre pour poursuivre ses études d'art, avant de revenir à Perth en 1904.

Au cours des cinq années suivantes, elle écrit des articles et fournit des illustrations et des dessins humoristiques pour le journal Western Mail avant de décider de retourner en Angleterre en 1909.

 

Portrait de May Gibbs

Retour de May Gibbs vers la vieille Europe

En Angleterre, elle y poursuit ses études d'art, écrit des articles, travaille comme illustratrice et dessine des bandes dessinées pour le "Common Cause", une publication de suffragettes.

En 1905, elle écrit "Mimie and Wog: their adventures in Australia" et l'envoie, sous un pseudonyme, à des éditeurs. L'ouvrage a été rejeté sans ménagement et n'a jamais été publié.

Son premier livre, "About Us", a été publié en 1912. Il s'agit d'une histoire fantastique pour enfants sur la vie dans les cheminées de Londres.

May retourne en Australie en 1913 et s'installe finalement à Sydney, en Nouvelle-Galles du Sud.

 

 

Gumnut babies

 

Carrière florissante de May Gibbs en Nouvelle-Galles du Sud

Installée à Neutral Bay, dans son "petit studio" situé dans Bridge Street à Sydney, elle gagne sa vie en fournissant des illustrations pour le ministère de l'éducation publique de la Nouvelle-Galles du Sud, en contribuant à "Lone Hand" et en concevant des couvertures pour le Sydney Mail.

Les bébés gumnut font leur première apparition en 1913, lorsque May Gibbs fut chargée d'illustrer le feuilleton d'Ethel Turner, "The Magic Button".

May Gibbs n'a pas renoncé à écrire des histoires. De 1914 à 1918, elle publie une série de livrets bien accueillis sur les bush babies, dont  "Gumnut Babies" en 1916, le premier de la série des gumnuts qu'elle a écrit et illustré.

En 1918, alors que le monde célébrait la paix et que la légende de l'ANZAC venait de naître, May Gibbs a rassemblé ses bébés du bush, ajouté de nouvelles histoires et publié le livre d'images "The Tales of Snugglepot and Cuddlepie", qui connut immédiatement un succès fou, 17 000 exemplaires lors de sa première sortie.

Les bébés gumnut sont des humains miniatures qui ont pour modèle les noix d'Eucalyptus. Les bébés gumnut féminins ont pour modèle les fleurs d'Eucalyptus et ont des cheveux, des chapeaux et des jupes. May Gibbs s'est inspirée du bush de Harvey, en Australie occidentale, où elle a vécu pendant son enfance, pour créer ses personnages.

Elle a également écrit d'autres livres, conçu et vendu des cartes postales destinées à être envoyées aux soldats de la Première Guerre mondiale, des marque-pages, des petits calendriers et d'autres nouveautés avec des illustrations de "gumnut & blossom babies".

En 1919, May épouse l'agent minier Bertram James Ossoli Kelly, qu’elle a rencontré à Perth. Ils font appel à l'architecte BJ Waterhouse pour leur concevoir une maison, Nutcote, sur les rives de Neutral Bay, à Sydney. Elle fut achevée en 1925.

 

Wattle babies

May poursuit sa carrière d'auteur et d'illustratrice, publiant Little Ragged Blossom (1920) et Little Obelia (1921). Ses gumnuts, ses bébés fleurs et ses méchants hommes Banksia feront le bonheur de générations d'enfants.

Le 3 août 1924, sa première bande dessinée Bib and Bub est publiée dans le Sydney Sunday News, jusqu'en 1967.

En 1925-1931, sa deuxième bande dessinée, Tiggy Touchwood, est publiée dans le Sunday Sun sous le pseudonyme de "Stan Cottman". Elle a également écrit une chronique hebdomadaire, Gumnut Gossip.

May Gibbs publie Nuttybub et Nittersing en 1923 et Two Little Gum-Nuts, Chucklebud & Wunkydoo en 1929.  Tous ses livres sont réédités et cinq bandes dessinées de Bib et Bub paraissent.

 

En dépit de tous ses succès, elle ne s'est jamais remise financièrement de la Grande Dépression, qui a perturbé les négociations pour la vente de ses œuvres en Angleterre et aux États-Unis d'Amérique et pour les droits d'exploitation à l'écran.

Après la mort de son mari en 1939, elle continue à vivre à Nutcote avec ses chiens et publie Scotty in Gumnut Land (1941), Mr. and Mrs. Bear and Friends (1943) et son dernier livre Prince Dande Lion en 1953. En 1955, elle a été nommée membre de l'Empire britannique.

 

L’héritage de May Gibbs

May Gibbs est morte sans avoir eu d'enfants, à Sydney le 27 novembre 1969.

En 1985, un timbre-poste rendant hommage à May Gibbs et à ses créations les plus connues, a été émis par Australia Post dans le cadre d'une série de cinq timbres commémorant ses livres pour enfants.

En 1988, une rue de Richardson, dans la banlieue de Canberra, a été baptisée « May Gibbs Close » en son honneur.

May Gibbs philanthrope

Elle a légué tous ses papiers et droits d'auteur à la « New South Wales Society for Crippled Children » (aujourd'hui « Northcott Disability Services ») et au « Spastic Centre of New South Wales » (aujourd'hui « Cerebral Palsy Alliance ») et le reste de ses biens au Fonds international d'urgence pour l'enfance des Nations unies (UNICEF).

 

May Gibbs féministe

Elle a nié l'étiquette mais May Gibbs était une féministe de la première heure. Dans des mots qui, en 2017, résonnent encore chez les féministes. Elle a expliqué :

Je ne me suis jamais considérée autrement qu'en tant qu'individu et je n'ai jamais été anti-homme.

Gibbs a notamment illustré un article écrit par la sénatrice Agnes Robertson sur le mouvement pour les droits des femmes, intitulé "La position des femmes dans l'État", par "L’une d'entre elles". Gibbs est considérée comme l'une des premières femmes dessinatrices et caricaturistes professionnelles résidentes d'Australie et la première femme australienne connue pour avoir dessiné des caricatures politiques locales.

Nombre de ses caricatures politiques ont été commandées par le Western Mail de Perth, dont le propriétaire était marié à Agnès Robertson, éminente militante des droits des femmes.

Heritage house

 

May Gibbs à Perth

La Société historique de la ville de South Perth gère le « May Gibbs Art Museum and Local History Gallery, Heritage House », 111 Mill Point Road, South Perth, et propose une exposition permanente d'œuvres d'art originales sélectionnées dans cette merveilleuse collection d'art, ainsi que des pièces de la propre collection de la société.

La ville de South Perth a acheté une collection de peintures originales de Herbert, Cécile et May Gibbs pour honorer les liens de May avec South Perth.

 

 

Aujourd’hui deux bébés gumnuts en bronze se cachent dans le jardin de «Stirling gardens, coté Barrack street. Ils sont basés sur les personnages Snuggle Pot et Cuddle Pie. L'une des deux sculptures, très appréciées, y a été volée en mars 2016, elle a ensuite été remplacée.

Kings park lui rend homage durant son Everlasting Kings park festival avec une marche qui lui est dédié "May Gibbs: her life and bushland stories fo Kings Park".

 

Indémodables, les ouvrages de May Gibbs sont encore aujourd’hui un  magnifique cadeau pour les enfants.

 

 

Isabelle de Casamajor

Isabelle de Casamajor

A Perth depuis plus de 15 ans, depuis toujours passionnée de voyages, de photographie, d'art et de culture, l'Australie est pour moi un merveilleux terrain d'exploration. J'aime faire partager les endroits que j'aime et mes coups de coeur.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Perth !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale