Mardi 22 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Nutu, la marque éco-responsable portée par une Française de New York

Par Rachel Brunet | Publié le 26/09/2019 à 15:04 | Mis à jour le 26/09/2019 à 15:20
Photo : Adeline Desjonqueres
Nutu

Adeline Desjonqueres est co-fondatrice de la marque Nutu qui propose des produits ultra-nutritifs et des cosmétiques éthiques 100 % naturels à base de moringa. Initialement, rien ne semblait prédestiner cette experte de la communication à se lancer dans un projet social et environnemental. Et pourtant !

 

Lepetitjournal.com New York : Comment a été créé la marque Nutu ?

Adeline Desjonqueres : J’ai suivi mon mari à New York, tout en gardant mon poste en Europe qui était un job international. Je voyageais tout le temps entre New York et Paris. Au bout de deux ans et demi, j’ai réalisé que je n’allais pas pouvoir continuer sur ce rythme. J’ai fermé la page des ces « années lingerie », puisque je m’occupais de la communication et du développement des collections dans le monde de la lingerie et je me suis dis que je devais ouvrir une nouvelle page. J’ai alors accompagné un ami, fondateur d'une entreprise sociale, Kinome, dont l’objectif est de lutter contre la déforestation en faisant de l’arbre une solution de développement global. C’est lors d’un voyage au Togo que j’ai découvert le Moringa, une plante aux propriétés nutritives exceptionnelles. On cherchait un arbre qui pousse rapidement, capable de résister à la sécheresse et qui puisse dégager un revenu durable pour les populations locales. Et cet arbre, c’est le Moringa. En seulement 7 mois après la plantation, l’arbre a atteint la taille d’une personne adulte. Tous les mois, on peut faire une récolte de feuilles. Tout se mange sur le Moringa, les fleurs, les feuilles, l’écorce, les racines. C’est un arbre extraordinaire qui, en plus, a une racine pivot très profonde qui permet de lutter contre l’érosion des sols. Nous avons formé des fermiers à la permaculture, des communautés de femmes à un process de transformation ultra-exigeant des feuilles en poudre et distribué le moringa dans les écoles pour apporter aux enfants les nutriments dont ils ont besoin pour bien grandir. La culture du moringa est devenue un véritable projet social et environnemental.

Je suis revenue à New York et j’ai découvert les bénéfices du moringa dans ma propre vie mais je me demandais comment je pouvais aller plus loin pour aider ces femmes. J’ai eu envie de faire du business avec elle. Le commerce, c’est ce que j’aime faire et ce que je sais faire. Le lien entre elles et moi était le moringa. L’idée était trouvée ! Le projet Nutu est venu tout seul.

Nutu

 

La cosmétique est venue après, dans le projet Nutu ? 

Oui, à la base, le projet était centré uniquement sur la feuille et la nutrition. Depuis New York, j’ai fait énormément de recherches sur cet arbre, ses bienfaits. Je me suis rendue compte que le moringa  était très connu dans la médecine Ayurvédique et qu’il était utilisé, entre autres, pour ses pouvoirs anti-oxydants, anti-inflammatoires et anti-bactériens.

 

Quels sont justement les bienfaits du moringa sur le corps et sur l’esprit ?

Le Moringa est la plante la plus nutritive au monde, avec 92 nutriments. Il contient plus de 30% de protéines y compris les 9 amino acides tant recherchés par les végétariens. Le moringa est une plante adaptogène, il renforce l’immunité, équilibre le système digestif, possède une action détoxifiante et donne de l’énergie grâce a sa teneur élevée en vitamines A, C, Calcium, Potassium, Fer... C’est une énergie sans caféine, contrairement au matcha. 

Nutu

 

Est-ce que le moringa est un nutriment qui se prend ponctuellement ou tous les jours ?

Personnellement, je le prends tous les jours parce que ça me convient bien. Le moringa fait parti de ma routine quotidienne, c’est comme ça que je me sens en bonne santé et en forme sans avoir besoin d’avoir recours à des médicaments ou des compléments alimentaires. Il peut s’utiliser aussi de façon ponctuelle pour donner de l’énergie, pour renforcer son immunité ou équilibrer sa digestion. Je me suis aussi rendu compte que la teinture mère m’aide énormément à me remettre du décalage horaire. Ça dépend vraiment de chacun et de ses besoins. Il faut écouter son corps.

 

Pouvez-vous nous parler des cosmétiques Nutu ?

Les cosmétiques sont arrivés après. J’ai découvert que l’huile avait les mêmes nutriments que la plante, donc bourrée d’anti-oxydants, d’anti-inflammatoires et d’anti-bactériens. Ce sont les femmes Africaines qui m’ont fait découvrir les bienfaits de l’huile. C’est une huile très riche et parmi les plus qualitatives du monde et elle a des pouvoirs absolument fabuleux pour la peau. Elle la nourrit et la rend claire et lumineuse. Finalement, on devrait faire aussi attention à ce que l’on se met sur la peau qu’à ce qu’on mange. Je cherchais des cosmétiques « clean » avec très peu d’ingrédients. Et donc, nous avons développé un baume à base d’huile de moringa et de 4 autres ingrédients naturels dont l’huile essentielle d’Immortelle et de rose. C’est l’inverse du marketing que j’ai appris à l’école où on devait raconter des histoires. Quand on a un très bon produit, les gens apprécient que ce dernier soit simple. Ce n’est pas la peine d’en rajouter. Cette huile se met aussi bien sur le visage que sur le corps. On peut aussi l’ingérer.

Nutu

 

Votre projet s’inscrit dans une démarche sociale et environnementale, c’est un projet qui s’est construit par hasard finalement ?

Je pense que j’avais ça en moi depuis très longtemps, et le fait de me poser, de changer de rythme, de changer aussi d’environnement, grâce au yoga et mon ami qui lutte contre la déforestation, tout s’est aligné. On a un potentiel infini en nous. Et je pense que cette partie de moi n’avait pas encore était exploitée. Je pense que mes enfants aussi m’ont fait bouger. Un jour, il m’ont demandé ce que je faisais vraiment pour la planète. Ça m’a fait réfléchir.

Nutu, n’est pas une logique de performance avec un business plan du nombre d’arbres à planter. Je sais pourquoi je le fais. Je le fais pour ces femmes, pour ces agriculteurs, pour ces enfants du Togo, du Ghana et de Madagascar. À terme, l’idée est de se développer dans plus de villages et peut-être aussi plus de pays. L’idée est aussi d’envoyer des femmes former d’autres femmes. C’est en faisant du commerce équitable basé sur un vrai partenariat qu’on leur ouvre des possibles.

 

Aujourd’hui, où achète-t-on les produits Nutu ?

On les achète en ligne, sur notre site et nous sommes aussi entrain d’ouvrir la commercialisation dans des points de ventes qui partagent les mêmes valeurs que nous. On va avoir de jolis endroits dans New York, comme Maison 10, une très élégante boutique galerie à New York. Le mois prochain, nous allons à Los Angeles à notre premier salon de wellness, où il y aura des bloggeuses, des influenceurs, des journalistes...

Nous avons fait un premier livre de recettes pour montrer comment utiliser le moringa. Dans ce premier ouvrage, nous présentons nos recettes et actuellement nous préparons le second avec des recettes de Chefs. On a collaboré par exemple le chef Pierre Thiam qui ouvert un restaurant dans le nouveau African Center d’Harlem, Teranga, qui propose des moringa latte, chauds et froids. Nous allons créer un workshop avec une chef spécialisée dans la nourriture Raw, situé dans un endroit incroyable qui s’appelle Sacred Space, à Miami, un lieu très holistique où on pratique le yoga, l’Ayurveda…  Grâce à Nutu, nous faisons des rencontres magnifiques. On plante nos petites graines et après on voit ce qui pousse. Pour que ça pousse bien, il faut que le sol soit de bonne qualité. Ce sol, c’est notre travail. Nous faisons en sorte qu’il soit le plus fertile, le plus vivant possible. C’est comme ça que notre Nutu va grandir. Organiquement !

 

 

Pour en savoir plus sur la marque Nutu

Nutu

 

Nous vous recommandons

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir