Samedi 16 janvier 2021

Hugo Vickers et les origines américaines de la duchesse Gladys

Par Houda Belabd | Publié le 16/11/2020 à 14:33 | Mis à jour le 16/11/2020 à 14:42
Photo : Hugo Vickers ©️WWD.com
Hugo Vickers

Notre chemin a croisé le sien grâce au vibrant hommage rendu à la sortie de son livre « The Sphinx » qui a eu lieu, cette année, à l'Ambassade britannique à Paris.

Historien, écrivain et communicateur, Hugo Vickers a écrit les biographies de nombreuses personnalités du XXe siècle, dont la Reine mère, Gladys la Duchesse de Marlborough, Cecil Beaton, Vivien Leigh, et son livre, The Private World of The Duke and Duchess of Windsor, a été illustré avec des images de leur propre collection. Son livre, « The Kiss - The Story of an Obsession »  a remporté le Stern Silver Pen Award 1996 pour la catégorie non-fiction.

Cette année, son chef d’œuvre « Gladys, duchesse de Marlborough » a été réédité chez les Editions Lucarne en 486 pages.

L'une des femmes les plus gracieuses et les plus chatoyantes de son temps, Gladys Deacon aux origines américaines, a ému et enchanté les cercles lumineux dans lesquels elle s’affichait. Émerveillé par son charisme troublant, notre expert royal l’a côtoyée pendant deux ans avant qu’une biographie de sa vie ne sorte des limbes en 1979, soit deux ans après sa mort.

Interview avec un écrivain au parcours atypique.

 

Hugo Vickers

Hugo Vickers et la princesse Diana ©️Hugo Vickers droits cédés

 

Houda Belabd pour Lepetitjournal.com New York : Parlez-nous de votre parcours professionnel qui a tout d'une success story.

Hugo Vickers : Le succès est acquis et non prédestiné. Je voulais écrire une biographie – à savoir la vie de Gladys Deacon, duchesse de Marlborough.  J'étais jeune et quand j'ai commencé, je ne savais pas si elle était vivante, et je n'avais pas d'éditeur.  J'ai alors découvert qu'un autre auteur était à l'œuvre - bien que cela m'ait incité à travailler plus dur.  J'ai eu la chance de la trouver encore en vie.  J'ai commencé ce projet en 1975, à l'âge de 23 ans.  Après une longue lutte, j'ai trouvé un éditeur, d'abord à New York, puis à Londres.  Mon livre est sorti en 1979, et a été lu par Cecil Beaton.  Il m'a invité à devenir son biographe autorisé, et c'est à ce moment-là que j'ai réalisé pour la première fois que je n'allais peut-être pas rater ma vocation. J'avais commencé à lire et à faire des recherches sur les sujets qui m'intéressaient depuis mon plus jeune âge.  Je conseille toute personne ambitieuse de ne jamais lâcher prise car dans la vie, nos jours sont comptés.  J'ai développé très tôt un intérêt pour la famille royale; j'ai beaucoup lu et collectionné des coupures de presse, etc.  C’est comme être un passionné de philatélie, mais autrement.

 

Que diriez-vous de l'impact de la vie de Gladys, duchesse de Marlborough, sur votre travail.

J'ai lu un article sur elle quand j'avais seize ans (1968) - dans le journal de Chips Channon, un député plutôt social.  Elle m'a fascinée.  Il a fallu du temps pour la retrouver car elle était dans un hôpital psychiatrique. Je l'ai donc rencontrée pour la première fois en juillet 1975.  Cela a pris un certain temps mais je me suis fait des amis et nous avons parlé 65 fois jusqu'à sa mort à 96 ans en octobre 1977.  J'adorais lui rendre visite, et elle est restée avec moi pour toujours.  Ce fut un énorme privilège de réécrire le livre sous le titre « Le Sphinx », publié cette année.  Il y avait beaucoup de nouveautés, j'avais 40 ans de plus, et j'étais libre d'en dire plus.  

 

Que représente New York pour vous, professionnellement et culturellement ?

J'adore visiter le New York énergisant qui me donne toujours une envie de tout découvrir à la fois.  J'y suis allé pour la première fois en 1976, lors de mes recherches pour mon livre Gladys. Ensuite, j'y suis allé souvent au début des années 1980 à la recherche de Cecil Beaton.  J'aime l'ambiance, je me précipite au théâtre mais aussi les librairies où je passe une bonne partie de la journée - notamment le Strand.  J'ai beaucoup d'amis à New York. Cette année, mon envie de venir s'est vite évanouie.  Cela fait 4 ans que je ne l’ai pas visitée malgré mon amour pour les visites régulières.  Cependant, je ne voudrais pas y vivre…

 

Parlez-nous de vos liens avec la France et la francophonie.

J'aime la France.  Avec mon père, j’y allais souvent en vacances dans le Sud. Nous sommes restés avec de charmants amis au Cap d'Antibes, de 1965 à 1975. J'ai passé un an à l'université de Strasbourg, puis appris à bien connaître Paris.  De 1983 à 1992, je suis allé chaque été dans la villa d'un autre ami, vers l'Ouest, près de Bormes-les-Mimosas.  C'était très amusant. Pour Paris, c’est idem : je ne pourrais pas y vivre…

 

Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

J'ai eu du succès avec un livre intitulé « The Quest for Queen Mary » - notes prises par James Pope-Hennessy - il a enregistré ses entretiens avec les différentes sources.  Il s'est vendu à 40 000 exemplaires.  De ce fait, je suis en train de publier mes journaux intimes sur les recherches de Cecil Beaton - extraits entre 1979 et 1985. Vous y trouverez ce que les sources m'ont dit- ce que je pensais d'elles, ce qu'elles disaient les unes des autres et comment j'ai été happé par leur monde.  Il y a une merveilleuse distribution de personnages, de la Reine mère à Audrey Hepburn et Truman Capote.

 

Que vous réservent les années à venir ?

Les fermetures m'ont fait réfléchir.  Plus de livres probablement.  Je vis dans le Wiltshire, mais j'ai aussi un appartement à Londres.  Je pense que je serai plus à la campagne.  J'ai également un projet visant à mettre en place des passerelles dans les pays du Commonwealth et les territoires d'outre-mer. Cela se passe bien, mais nous ne pouvons pas voyager pour l'instant.  Nous sommes occupés à créer des passerelles virtuelles pour l'instant. Je travaillerai toujours.  Je ne prendrai jamais ma retraite.

 

Nous vous recommandons

Houda Belabd

Houda Belabd

Après avoir poursuivi ses études supérieures en journalisme et communication à Rabat et affûté sa plume dans diverses rédactions françaises et européennes, Houda Belabd souhaite se spécialiser dans la préservation culturelle du patrimoine des châteaux
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Bangkok Appercu
Coronavirus

Six sites pour passer sa quarantaine en Thaïlande à jouer au golf

L’Office du tourisme de Thaïlande (TAT) a dévoilé mercredi une liste de six complexes hôteliers avec parcours de golf où les voyageurs entrant en Thaïlande pourront passer leur quarantaine obligatoire