Mardi 17 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Fanny Allié, l’artiste française qui s’approprie New York

Par Portraits de Femmes - avec le soutien de Rue du Paradis | Publié le 19/08/2019 à 15:13 | Mis à jour le 19/08/2019 à 15:13
Photo : L’artiste Fanny Allié
Fanny Allié

Fanny Allié est une artiste multidisciplinaire qui travaille principalement le collage, le gravure, les installations et la sculpture. Originaire du sud de la France, Fanny Allié est diplômée de la prestigieuse École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles. Il y a 14 ans, celle qui est aujourd’hui une « midcareer artist » comme on dit de ce côté de l’Atlantique, arrive à Brooklyn. Fanny Allié pense alors que les artistes ont plus d’opportunités à New York qu’à Paris. Et elle a eu raison.

« J’ai commencé par la petite porte, en répondant à des appels d’offres aux USA, mais aussi en France » nous explique Fanny. À force de travail et d’acharnement, Fanny commence à exposer dans des galeries new-yorkaises, dans des expos de groupes. Puis, petit à petit, elle se fait une place et commence ses premières expositions solo. Aujourd’hui Fanny expose aux quatre coins des États-Unis ainsi qu’en France.

Mais il n’y a pas que les galeries qui sont séduites par son travail. L’art de Fanny s’expose aussi à l’extérieur, dans l’espace public. En 2011, son travail est retenu par l’organisation « Bring to Light NY ». Elle installe « The Glowing Homeless » à Greenpoint, une sculpture en néon représentant un homme couché sur un banc.

Le « Department of Parks & Recreation » retient à deux reprises son travail d’art public. Et Fanny se retrouve lancée dans l’espace urbain. Pour elle, « l’art public a du sens, il touche tout le monde, contrairement aux galeries ». Ses œuvres publiques sont in situ et prennent en considération le contexte géographique et social dans lequel elles sont ancrées. Ainsi Fanny Allié installe, en 2013,  à Tompkins Park  « Serendipity », une sculpture dédiée à Christopher Gamble, qui fut sans-abri durant 28 ans et habitué de ce parc du sud de Manhattan. En 2015, elle installe  « A Bench for the Night » à Long Island City, juste en face du MOMA PS1.

En avril 2017, elle installe sa nouvelle sculpture publique, interactive et participative Exquisite Corpse, cette fois-ci, en collaboration avec le « Department of Transportation » DOT Art de New York. La sculpture est visible durant plusieurs mois à Clinton Hill.

En juin 2017, elle est sélectionnée dans le programme d’immersion du Robert Blackburn Printmaking à l’Elizabeth Foundation for the Arts (EFA) à Manhattan.

Mais Fanny ne travaille pas qu’à New York, ses installations sont aussi visibles dans le New Jersey, à Paris ou encore dans la région Lyonnaise. Prochainement, c’est dans le Vermont qu’une de ses oeuvres sera installée dans l’espace public. Bonne nouvelle : l’installation sera permanente. Preuve que Fanny Allié a su se faire une place dans un monde artistique très fermé.

En tant que femme, Fanny Allié a exposé à la AIR Gallery de Dumbo. La particularité de cette galerie d’art, qui existe depuis les années 70, est justement de n’exposer que des femmes.

Mais pour Fanny, il n’est ni plus simple de réussir une carrière artistique pour un homme que pour une femme. Tous doivent se battre de la même manière.

En tant qu’artiste, New York s’inscrit dans le travail de Fanny. « Il y a tellement de choses, toujours des choses à voir, c’est une vraie source d’inspiration qui nourrit mon travail ». En tant que femme, Fanny dit être immergée dans la vie new-yorkaise « j’aime cette ville, elle me donne un sentiment de liberté et énormément d’énergie ». Et de l’énergie, il en faut à cette jeune maman d’un petit bonhomme de deux ans. Justement, en tant que maman, Fanny est toujours charmée par la solidarité entre parents, dans cette ville où tout va à 100 à l’heure. 

« Il faut de la persistance et de la résistance, il ne faut jamais s’arrêter, toujours continuer et persister parce que tôt ou tard, ça finit par payer »

Indépendante, libre, Fanny poursuit sa carrière artistique depuis son studio de Flushing Avenue. Brooklyn est justement au programme de sa prochaine exposition. Ça sera à The Yard, à Gowanus, en avril, une exposition organisée par une autre femme influente dans le milieu de l’art, Jessica Porter.

Fanny a raison, persister, à New York, finit toujours par payer...

 

 

Pour découvrir le travail de Fanny Allié :

http://fannyallie.com

 

Article rédigé par Rachel Scharly, rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir