Dimanche 18 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Visa de travail à New York : lequel choisir ?

Par Loanne Jeunet | Publié le 29/08/2018 à 15:45 | Mis à jour le 29/08/2018 à 15:55
Photo : Istock / © BELTERZ
visa travail new york usa

Qu’il concerne un stage, un job d’été ou un emploi à durée indéterminée, le visa de travail est obligatoire aux Etats-Unis. Face à une liste de visas longue comme le bras et des démarches lourdes, lepetitjournal.com New York vous donne des détails. 

Vous prévoyez de partir travailler à New-York ou ailleurs aux Etats-Unis ? Les démarches pour l’obtention d’un visa de travail peuvent parfois se révéler longues et fastidieuses, tout le monde ne peut pas en bénéficier en raison d’un nombre de places limitées par an, et chaque domaine professionnel requiert un visa bien spécifique. Armez-vous de patience et prenez votre courage à deux mains !

visa travail new york usa
Istock / © LEOPATRIZI

Les différents visas de travail 

Comme précisé plus haut, chaque poste ou domaine de compétences nécessite un visa particulier. Et malheureusement, vous ne pourrez pas passer par des agences spécialisées qui s’en occuperont à votre place (mis à part pour l’ESTA). 

  • Le visa de travail H1B (valable 3 ans et renouvelable une fois) : C’est le plus courant, délivré aux diplômés Bac+4. Pour l’obtenir, il faut obligatoirement être sponsorisé par une entreprise américaine - en somme avoir une promesse d’embauche -, qui fera la demande d’autorisation de travail aux Services d’immigration américains. Une fois ce certificat approuvé, vous devrez faire vous-même la demande de visa à l’Ambassade américaine en France avec laquelle vous prendrez rendez-vous et fournirez l’autorisation de travail qui validera votre visa H1B.

 

  • Le visa J-1: Il concerne les étudiants ou jeunes diplômés, de 18 à 38 ans. Principalement élaboré pour les stages, les jobs d’été et contrats VIE, le visa J-1 est validé ou non par des entreprises américaines privées faisant office de sponsors. Une fois le certificat obtenu, il ne vous reste plus qu’à faire la demande de visa à l’Ambassade américaine en France et le leur présenter lors de votre entretien. 

Il y a deux types de visa J-1 : le J-1 Intern, valable 12 mois, qui concerne les diplômés depuis moins d’un an, et le J-2 Trainee, réservé aux diplômés depuis plus d’un an et justifiant d’une expérience professionnelle d’au moins un an. Les non diplômés peuvent aussi postuler à condition d’avoir au compteur au moins 5 ans d’expérience en rapport avec le stage ou le VIE de leur choix.

 

  • Le visa L1 (valable de 1 an jusqu’à 7 ans) : Vous êtes directeur ou cadre supérieur d’une société multinationales. La procédure pour l’obtenir est aussi  plus simple et favorise l’acquisition de la carte verte puisque vous êtes considéré par l’état américain comme travailleur prioritaire. 

 

  • Le visa O-1-A : Figurez-vous qu’il y’a aussi un visa réservé aux personnes aux compétences rares dans l’art, les sciences, le sport, les affaires et l’éducation. Peu de personnes l’obtiennent, et pour cause : il faut vraiment être un des meilleurs dans son domaine, avec documents, distinctions, fiches de salaires ou récompenses à l’appui. A ce titre, cette catégorie de personne n’est pas tenue de présenter une promesse d’embauche. Le visa O-1-B est lui dédié aux artistes de renommée, qu’ils soient dans le domaine de l’écriture, la musique, le cinéma etc. 

 

Pour en savoir plus sur les visas de travail aux Etats-Unis, consultez le site officiel de France diplomatie

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à New York ?

ÉVÉNEMENT

Pourquoi fête-t-on Halloween ?

Décorations lugubres, toiles d’araignées et bien sûr citrouilles évidées seront à l’honneur pour Halloween. Mais d’où vient vraiment cette fête de la mort si populaire dans les pays anglophones ?

Vivre à New York

EDUCATION

Être parent à Paris ou NYC : que le match de l’éducation commence !

Suffit-il de traverser l’Atlantique pour faire le grand écart en matière d’éducation ? Absolutely ! nous disent Florence Mars et Pauline Lévêque, respectivement ex-expat’ et expat’ dans la grande...