Dimanche 16 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Pont Morandi : Où en est Gênes un mois après l’effondrement du viaduc

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 16/09/2018 à 23:05 | Mis à jour le 17/09/2018 à 09:18
Pont Morandi Gênes

Le 14 août dernier, l’effondrement du pont Morandi a bouleversé la ville de Gênes. Un mois après, enquête judiciaire, querelles politiques et projet de nouveau pont, rythment le triste quotidien.

43 personnes sont mortes le 14 août dernier, emportées par l’effondrement du pont Morandi, le viaduc qui permettait de traverser la ville de Gênes. Un mois après cette immense tragédie, la ville portuaire du nord-ouest de l’Italie a observé une minute de silence vendredi 14 septembre à 11h36, dans les rues, les places et les écoles. Et cherche à se reconstruire.

Où en est l’enquête ouverte pour homicide involontaire ?

Jeudi soir, la justice italienne a officiellement ouvert une enquête pour homicide involontaire et manquement aux règles de sécurité, à l’encontre d’une vingtaine de personnes : 11 responsables du groupe Autoroutes pour l’Italie et 9 fonctionnaires du ministère des transports, ce dernier ayant eu pour rôle de contrôler la sécurité du pont selon le contrat passé avec le gestionnaire.

Un effondrement prévisible et des alarmes ignorées
C’est bien la structure qui a cédé, au niveau du pilier 9 exactement, du fait de la détérioration des câbles en acier. Et c’est l’ingénieur même du pont, Riccardo Morandi, qui avait tiré la première sonnette d’alarme en 1981 (15 ans après avoir projeté l’ouvrage) en indiquant « une détérioration plus rapide que prévu », que « les tirants du pilier 9 présentaient des lésions transversales », mettant « en péril la stabilité et la sécurité du pont ».
Pour autant, alors que des travaux ont été effectués sur le pilier 11 en 1993, rien n’a été fait sur le pilier 9 en question. Et plusieurs sonnettes d’alarme, toutes ignorées, ont été tirées ces 25 dernières années. Comme celles de deux expertises datant de 2011 et 2016, documentées par L’espresso, révélant que « tous les câbles examinés résultent déformables » et « n’étaient plus efficaces ».
En septembre 2017, Autoroutes pour l’Italie décide d’attribuer 25 millions d’euros à la consolidation de ce pilier 9. Reste que le ministère des Transports ne délivrera le décret d’autorisation d’ouverture des travaux qu’en juin dernier, soit 8 mois plus tard. Le début du chantier était programmé pour le 1er octobre 2018.

Querelles politiques

La coalition au pouvoir tarde à trouver un accord sur le nom du futur commissaire chargé de superviser la reconstruction du pont. Le ministre des Transports Danilo Toninelli et le vice-président du conseil Luigi Di Maio (Mouvement 5 étoiles), refusent que le groupe Autoroutes pour l’Italie intervienne sur le chantier. Contrairement au ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, et les autres membres de la Ligue pour qui Autostrade devraient avoir un rôle, comme celui du déblaiement des gravats.
Pour l’heure, si le gouvernement a promis aux Gênois un nouveau pont d’ici 2020, aucun appel d’offres n’est encore prévu.

Le nouveau pont : un projet architectural de Renzo Piano

Le nouveau pont de Gênes ne sera pas reconstruit par la société Aspi (Autostrade per l’Italia) mais elle paiera en revanche toute sa reconstruction, a assuré début septembre le ministre des Transports Danilo Toninelli.

Et ce pont sera celui dessiné – à titre gracieux - par le célèbre architecte Renzo Piano (l’un des concepteurs du centre Pompidou à Paris), né à Gênes il y 80 ans. S’il vit à Paris, « l’architecte star » a conservé des liens étroits avec sa ville natale.
Avec une forme qui doit rappeler celle d’un bateau, « ce pont devra durer 1000 ans et être en acier », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse le 7 septembre, présentant sa maquette.
Le groupe naval public italien Fincantieri et la banque publique Cassa Depositi e Prestiti seront chargés de réaliser sa construction. Si le maire de Gênes, Marco Bucci espère un nouveau pont à l’automne 2019, Renzo Piano a appelé à « ne pas se précipiter ».

Le maire de la ville a par ailleurs annoncé le lancement dans les prochains mois d'un concours international pour reconstruire « un très beau quartier » sous le pont. Cette « zone rouge » située sous ce dernier devra en effet être reconstruite : la démolition du pont Morandi obligeant la destruction d’une partie des édifices à proximité. Quelque 600 personnes ne savent toujours pas si elles pourront remettre un pied dans leur appartement.

 

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Milan ?

TOP 10

9 séries incontournables sur l’Italie

A l’occasion de la sortie de l’Amie prodigieuse, notre sélection de 9 séries racontant l’Italie. Entre politique, histoire, scandales célèbres et mafia: découvrez l’Italie au plus proche de la réalité