Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

Interdiction de fumer en Italie : de Milan à Olbia les villes s’affirment anti-tabac

Alors que Milan interdit totalement la cigarette à l’extérieur à compter du 1er janvier 2025, de plus en plus de communes italiennes serrent la vis dans les espaces publics. Des plages aux villes, panorama des dernières politiques anti-tabac en Italie.

mégots de cigarettes éteints dans cendriermégots de cigarettes éteints dans cendrier
Photo de Robert Ruggiero, Unsplash
Écrit par Marie Sors
Publié le 21 avril 2024, mis à jour le 23 mai 2024

En Italie, après la célébration l'année dernière du vingtième anniversaire de la loi Sirchia (entrée en vigueur en 2005), qui interdisait de fumer dans les lieux fermés et couverts, le ministre de la Santé Orazio Schillaci avait exprimé son intention d'étendre les restrictions dans les lieux publics, y compris à l’extérieur et y compris les cigarettes électroniques, ainsi que de supprimer les zones fumeurs fermées. Cependant, si aucune loi nationale n’a pour l’heure été votée, les différentes administrations municipales continuent à agir de manière isolée.

Milan, ville "sans-tabac" à partir de 2025

Mi-avril, Turin, a délibéré l’interdiction de fumer à l'extérieur à une distance inférieure à 5 mètres des autres personnes, sauf consentement explicite, sous peine d'une amende de 100 euros.

A Milan, le plan « Air Climat » (Piano Aria Clima) approuvé fin 2022, s’attaque directement aux fumeurs. Le plan qui vise à réduire de moitié le Co2 d’ici 2050 interdit la cigarette dans tous les lieux publics en extérieur à compter du 1er janvier 2025. Les cigarettes ne seront néanmoins pas totalement bannies avec une tolérance dans les lieux isolés dans lesquels les fumeurs peuvent respecter une distance d’au moins 10 mètres avec d’autres personnes. Les contrevenants encourront une amende pouvant aller de 40 à 240 euros. La cigarette électronique échappe néanmoins à la règle anti-tabac.
La capitale lombarde n’en est pas à son premier tour de vis. En 2021 déjà, la municipalité a interdit de fumer dans les parcs, aux arrêts de transports en commun, dans les aires de jeux et dans les enceintes sportives dans un rayon de 10 mètres avec d’autres personnes.

Plus tôt encore, en 2014, c'est la commune de San Lazzaro di Savena (Bologne) qui a lancé l'interdiction de fumer à l'extérieur, puis en 2021 également Volano, une commune de la province de Trente.
Et après Bibione (Vénétie), qui a interdit de fumer sur la plage en 2019, de nombreuses autres stations balnéaires ont adopté la même ordonnance, de Stintino en Sardaigne à Rimini sur la côte adriatique.
Dans le Latium, des villes telles qu'Anzio, Ladispoli, Ponza, Sperlonga, Gaeta, Fiumicino et Torvaianica ont adopté des réglementations interdisant la consommation de tabac sur les plages et dans d'autres espaces publics. Les Marches, l'Abruzzo et l'Emilie-Romagne ont également leurs propres politiques anti-tabac, couvrant des villes telles que Pesaro, San Benedetto del Tronto, Sirolo, Alba Adriatica, Cesenatico et Ravenne.

L’Italie, une population de fumeurs

Malgré ces mesures, le nombre total de fumeurs en Italie reste significatif, avec environ 20,5 % de la population âgée de plus de 15 ans déclarant fumer. Les efforts visant à réduire ce chiffre sont également confrontés à une consommation croissante, avec une moyenne de 12,2 cigarettes fumées par jour par fumeur et un quart d'entre eux dépassant les 20 cigarettes par jour.

Dans le reste du monde

Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus d'un quart de la population mondiale est couverte par une interdiction de fumer dans les espaces publics. Le Bhoutan, depuis 2011, est le seul État au monde à avoir complètement interdit la vente du tabac et la possibilité de fumer.

 

Publié le 21 avril 2024, mis à jour le 23 mai 2024

Sujets du moment

Flash infos