Face au gaz russe, l’Italie accélère le développement des énergies renouvelables

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 15/03/2022 à 21:31 | Mis à jour le 17/03/2022 à 12:02
Un parc éolien par un temps orageux

Le gouvernement italien a débloqué les chantiers pour la réalisation de six parcs éoliens afin de sortir de la dépendance du gaz russe. Une solution qui s’inscrit en outre dans le cadre de la nécessaire transition énergétique.


La guerre en Ukraine oblige l’Italie à diversifier au plus vite ses sources d’approvisionnements énergétiques, et l’énergie renouvelable s’illustre comme la première étape pour l’Italie, pour rompre avec la dépendance à l’égard du gaz russe. « Nous devons garantir l’indépendance énergétique et trouver 30 milliards de mètres cubes de gaz », a déclaré Roberto Cingolani, ministre italien de la Transition écologique.  Cette quantité correspond au gaz importé de la Russie en 2021, sur un total de 70 milliards consommés.

Le gouvernement italien vient ainsi de donner son feu vert à la réalisation de six parcs éoliens, jusqu’alors bloqués par la bureaucratie.  Ils se situent dans le Sud du pays, dans les Pouilles, Basilicate et en Sardaigne, dont quatre en province de Foggia, et assureront une puissance de 418 MW.
Ces six parcs éoliens viennent s’ajouter à deux autres projets débloqués par le gouvernement le 18 février dernier. Et au total, depuis la fin 2021, ce sont 18 infrastructures d’énergie renouvelable qui ont été débloquées en Italie, parmi lesquels 10 se trouvent dans le Latium.

« L’Italie peut mieux faire en introduisant un changement structurel et en autorisant d’ici l’été 60 GW d’énergie renouvelable à réaliser dans les trois prochaines années. Cela permettrait de réduire les coûts de 30% sur les factures mais aussi de réduire les besoins de gaz russe à 7% », souligne toutefois l’association Legambiente.

Parmi tous les pays de l’Union européenne, l’Italie est le pays ayant le plus recours au gaz naturel. Elle produit notamment 60% de l’électricité en utilisant du gaz. Et cela notamment car la Péninsule ne produit pas d’électricité nucléaire.

Transition énergétique ralentie en Italie

En ligne avec les objectifs européens et nationaux, l’Italie a fortement progressé sur le front des énergies renouvelables ces dernières années. A tel point que l’objectif fixé par l’Agenda 2030 de l’ONU, atteindre 17% d’énergie renouvelable avant 2020, avait déjà été dépassé en 2014.

Pour autant, la route est encore longue pour atteindre les objectifs européens de décarbonisation à l’horizon 2030. L’Italie devrait encore installer des infrastructures d’énergie renouvelable capables de produire 80 Gigawatt, soit environ 10 Gigawatt par an au cours des huit prochaines années.

« Or depuis 2013, un fort ralentissement a porté les installations éoliennes et solaires à moins 1 Gigawatt par an contre 5,9 Gigawatts installés sur le triennat 2010-2013 », affirme Legambiente. Et d’ajouter, que si l'Italie avait continué au même rythme, elle aurait pu réduire sa consommation de gaz méthane de 20 milliards de cubes mètres par an, réduisant les importations de gaz de Russie de 70%.

 

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale