Mercredi 17 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Environnement : Un bon et un mauvais score pour les eaux italiennes

Par Inès Daneluzzo-Albertini | Publié le 26/06/2019 à 23:41 | Mis à jour le 26/06/2019 à 23:49
Photo : 90% des sites de baignade italiens se distinguent avec une eau de « qualité excellente » | Pixabay
eau baignade italie

L’Agence Européenne pour l'Environnement (AEE) vient de publier le rapport 2018 sur la Qualité des eaux de baignade européennes. L’Italie est championne, pour le meilleur mais aussi pour le pire.


Le rapport publié en juin 2019 fait état de la qualité de l’eau des zones de baignade des pays membres de l’Union Européenne, ainsi qu’en Albanie et en Suisse. Concernant la Botte, les chiffres sont d’autant plus importants qu’il s’agit du pays d’Europe qui possède le plus de côtes, et de loin. Selon le rapport, l’Italie compte 5.539 zones de baignade (4.871 littorales et 668 intérieures) devant la France (3.351) et l’Allemagne (2.289). Aussi, les eaux italiennes analysées représentent 25% des zones européennes de baignade.

Un constat transalpin à double-tranchant

D’un côté, 90% des sites de baignade italiens se distinguent avec une eau à « qualité excellente » selon l’AEE. Un score remarquable qui vaut à l’Italie la 9ème place du classement européen, dont la moyenne est de 85,1%. La France est loin derrière et se place en 17ème position, avec un score de 78%. En tête du classement se trouvent Chypre (99,1 %), Malte (98,9%), l’Autriche (97,3%) et la Grèce (97%).

Autre constat moins réjouissant, l’Italie est également le pays avec le plus de sites de baignade dont l’eau est de « qualité insuffisante », 89 au total. Elle en comptait 10 de moins en 2017. La situation s’améliore au contraire en France, en deuxième position avec 54 sites contre 80 l’année précédente et en Espagne avec 50 zones de ce type en 2018, soit 12 de plus qu’en 2017.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Tokyo Appercu
POLITIQUE

Japon : élections à la chambre des conseillers

Le 21 juillet prochain se tiendront au Japon les élections de la chambre des conseillers qui verront se renouveler la moitié des sièges de l’assemblée (dans trois ans pour l’autre moitié).