Dimanche 20 septembre 2020

Le partenariat entre la Fondation Cartier et Triennale Milano inauguré

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 16/09/2020 à 21:50 | Mis à jour le 17/09/2020 à 11:22
Photo : Stefano Boeri, président de Triennale Milano (à gauche) et Hervé Chandès, directeur général de la Fondation Cartie (à droite), invités au palais Farnèse à Rome
Fondation Cartier Triennale Milano

La Fondation Cartier pour l’art contemporain et Triennale Milano se sont associées pour une durée de 8 ans, démontrant une nouvelle fois le rôle de la culture comme facteur d’union entre la France et l’Italie.

La culture scelle de nouveau les liens entre la France et l’Italie. L’ambassadeur de France en Italie Christian Masset, a reçu ce mercredi au Palais Farnèse, le président de la Triennale Milano Stefano Boeri et Hervé Chandès, directeur général de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, pour présenter le partenariat inédit entre les deux institutions, l’une publique, l’autre privée : une riche programmation commune d’expositions et de spectacles vivants, étendue sur une durée de 8 ans. L’ambassadeur a souligné l’importance de cet accord entre ces deux grandes institutions, se réjouissant d’un « projet inédit en Europe, emblématique de la richesse et de la diversité de la coopération franco-italienne ».

A Milan, la Triennale consacrera un espace de 1.300 m² pour accueillir les expositions nées de cette collaboration. C’est ici que le partenariat se verra inauguré, avec l’exposition Claudia Andujar du 17 octobre 2020 au 7 février 2021, La lotta Yanomami, dédiée à l’œuvre de la photographe brésilienne qui depuis les années 1970, travaille à la défense des droits des Yanomami, peuple amérindien parmi les plus importants de l’Amazonie brésilienne.
A suivre, à partir d’avril 2021, l’exposition « Les citoyens » recréera un parcours à travers les œuvres de la Fondation Cartier, sous l’angle du regard de l’Argentin Guillermo Kuitca. Et au programme également, une grande rétrospective consacrée au photographe et réalisateur français Raymond Depardon.

Une vision commune

Ce partenariat inédit et durable, a été favorisé par la vision commune de la création artistique contemporaine qu’entretiennent les deux institutions. L’art contemporain bien sûr, l’architecture, le design, la mode, le cinéma, les questions environnementales, les sciences ou encore la philosophie sont au cœur de leur programmation, résolument pluridisciplinaire et internationale.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir