Jeudi 22 avril 2021

Philippe Gandet: "Le tourisme sortira renforcé de la crise"

Par Vincent GARNIER | Publié le 10/02/2021 à 19:42 | Mis à jour le 10/02/2021 à 19:55
Photo : lepetitjournal.com
vatel espagne

Vatel est présent dans la capitale espagnole depuis près plus de 10 ans désormais. Avec son campus de Malaga, ouvert en 2019, et Tenerife (ouverture en 2021) l'école de Direction Hôtelière assure une présence dans un pays stratégique, 2e destination touristique au monde. Crise du Covid oblige, la donne a été particulièrement chamboulée en 2020 et le directeur de Vatel Espagne revient sur les changements, les enjeux et les défis d'une formation qu'il prédit, en dépit du contexte actuel, d'avenir.
 
 
C'est une constante dans l'enseignement, la pandémie de Coronavirus et les mesures sanitaires qui en ont découlé ont contraint les écoles à modifier leur organisation et la manière dont les contenus sont transmis aux élèves. Vatel n'échappe pas à la règle, et on aurait tendance à dire que c'est tant mieux, vu les conditions d'accueil qui ont été instaurées depuis septembre dernier, et le déménagement de la structure au sein de... l'hôtel Melia Castilla, pas moins. "C'est une aubaine incroyable", confirme le directeur de l'école. De fait, les élèves bénéficient d'infrastructures exceptionnelles pour suivre les cours qui sont impartis -espace et luxe à volonté. "Surtout, c'est une opportunité unique de pouvoir suivre notre formation, immergés dans un hôtel comme celui-là", estime Philippe Gandet. De l'accueil aux chambres (quelque 800, suites incluses, il s'agit d'un des plus grands établissements de la capitale), des cuisines aux salons et salles de conférences, les élèves de Vatel sont ainsi plongés au quotidien dans le B-A BA du métier, alliant de façon inédite à ce jour, la pratique à la théorie. 

 

vatel espagne

 

Les situation est en Espagne dramatique...

Allier la pratique à la théorie a de fait depuis l'origine été le credo de Vatel, qui s'évertue à tisser des liens étroits avec les établissements du pays. "Ce sont nos premiers clients", défend Philippe Gandet, "puisque ce sont eux qui accueilleront nos élèves, en stage ou en fin de cursus". Cette année pourtant, il a fallu plus que de coutume mouiller la chemise pour assurer cette alternance, et permettre aux élèves de réaliser leurs stages au sein des établissements. Entre fermetures et chômage partiel, les hôtels de la Péninsule ne sont évidemment pas toujours en mesure d'accueillir les jeunes. Pour pallier la situation, Vatel a organisé fin janvier un forum des métiers virtuel, sur lequel pas moins de 40 entreprises sont venues participer et consulter les candidatures des élèves. "Le processus de recherche est lancé", confirme Philippe Gandet, "et les stages débuteront fin mars". "C'est notre priorité", insiste-t-il, "Nous faisons tout pour que chaque élève trouve le sien". À ces fins l'école fait jouer ses contacts avec les établissements, bien sûr. Elle s'appuie aussi sur son réseau et ses 55 campus de par le monde. "Nous sommes en mesure de proposer des stages dans les Caraïbes, en Asie ou au Moyen-Orient, à Dubaï par exemple, où la crise n'est pas aussi marquée pour l'Hôtellerie", explique le directeur. Il faudra de toutes manières faire preuve de flexibilité, admet Philippe Gandet. "On fera récupérer toute période de stage qui n'a pas pu se faire, sur le stage suivant", avance-t-il.

 

... Mais les acteurs de la formation ne perdent pas leur optimisme

Si pour le secteur la situation est en Espagne dramatique, et si beaucoup d'établissements seront contraints à mettre la clé sous la porte, les acteurs de la formation ne perdent pas leur optimisme. D'abord parce que les hôtels devraient ouvrir cet été, avec les précautions de circonstance. Ensuite, parce que ceux qui survivront à la crise auront appris à faire les choses différemment, voire mieux. "Ils auront réappris le sens du détail", juge Philippe Gandet, "profitant des mois de fermeture pour former leur personnel". À cet égard, Vatel Espagne a gratuitement mis en ligne des modules de formation, au service de l'entreprise hôtelière. Quelque 800 professionnels ont suivi ces cours, permettant d'améliorer leur service, et générant un maillage plus étroit encore avec l'école. Philippe Gandet n'en démord donc pas : "Le tourisme sortira renforcé de la crise". D'autant qu'après les restrictions liées à la pandémie, "le tourisme va exploser", estime-t-il. 

 

vatel espagne


 
 
En attendant quelque 250 étudiants suivent les cours cette année en Espagne, entre Madrid et Malaga. Ils sont 100% présentiels pour ceux de première année et pour les MBA. "Nous avons profité de la mise en ligne de certains de nos cours pour faire participer des intervenants très qualifiés, que nous n'aurions pu mobiliser en présentiel", rebondit Philippe Gandet. Avec des élèves issus des 4 coins du globe, c'est là encore un casse-tête organisationnel que l'institution a eu à charge de gérer. "Nous avons une élève qui suit les cours depuis le Canada", révèle le directeur, "et qui suit les cours à distance, avec les 8 heures de décalage horaire que cela implique". Amérique du Sud, Chine, Vietnam, Togo, Belgique ou... France : si l'assistance aux cours est internationale, l'enseignement, lui, reste fidèle aux préceptes de l'école : exigeant, certes, mais aussi bienveillant. À la fin d'un business game organisé entre étudiants de MBA, le directeur venu remettre un prix symbolique à l'équipe gagnante, est vite entouré de ses élèves, avec lesquels il échange sur leur avenir, et notamment leur stage de fin de cours. Antibes, Saint-Tropez, Mendoza en Argentine ou même Zanzibar, les étudiants se tâtent, évaluent le pour et le contre. "Nous cherchons un poste qui nous amène sur du management et nous permettent d'évoluer", décrypte l'un d'entre eux. "Les hôtels, plus que jamais, auront demain besoin de personnel bien formé", remarque Philippe Gandet. "À meilleure formation, meilleur futur professionnel", enchaîne le directeur qui, c'est de bonne guerre, défend l'excellence de sa filière. 
 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Madrid ?

CULTURE

L'Opéra de Madrid fait de la résistance

Le Teatro Real de Madrid présente "Peter Grimes", un opéra de Benjamin Britten et une co-production du Royal Opera House de Londres, de l'Opéra National de Paris et du Teatro de la Opera de Rome

Expat Mag

MEDIAS

Fill’expat: le podcast au féminin pour sauter le pas de l’expatriation

Fill’expat, c’est le podcast francophone qui donne les clés pour s’expatrier. Toutes les semaines, Kelly Barichello interroge des femmes francophones qui ont fait le choix de s’installer à l’étranger.

Sur le même sujet