TEST: 2271

Les enjeux de l’Intelligence artificielle vulgarisés à l’IFM

Par Kristen Collie | Publié le 23/09/2018 à 12:06 | Mis à jour le 18/02/2021 à 14:47
Photo : Kristen Collie - lepetitjournal.com
Laurence Devilliers madrid

Le monde change, ses enjeux aussi. Au confluent de cette métamorphose, ce que l’on appelle l’IA, l’Intelligence artificielle. Pour mieux appréhender ce concept, l’Institut français a organisé, jeudi 20 septembre, une conférence intitulée "Inteligencia Artificial y emocional", en la présence des expertes Laurence Devilliers, professeure à la Sorbonne et Concepcíon Alicia Monjé, maître de conférence à l’université Carlos III. 

Promu par le gouvernement d’Emmanuel Macron, qui souhaite faire de la France un "leader de L’Intelligence articifielle", l’IA ne s’inscrit plus dans l’avenir mais se conjugue bel et bien au présent. En marge de cette promotion, l’Institut français a organisé, dans son amphithéâtre, une conférence intitulée "Inteligencia artificial y emocional" présentée par la journaliste Esther Paniagua. Dans une démarche de vulgarisation scientifique, les expertes Laurence Devilliers et Concepcíon Alicia Monjé, se sont relayées afin d’exposer leurs travaux et mettre en exergue les princpaux enjeux et problématiques liés à l’IA et la robotique. 

 

 

 

 

Démystifier et vulgariser l’IA 

 

"Je me suis rendu compte du fort pouvoir de manipulation de ces machines". Laurence Devilliers, professeure à la Sorbonne et auteure du livre "Des robots et des hommes", démarre la conférence par un éloquent verbatim. Pour autant, l’objet de sa présentation est non pas de dresser un portrait apocalyptique de l’IA, mais bien de démystifier l’image péjorative qu’inspirent ces machines. "C’est une simulation, une simple imitation du comportement humain", insistait-elle. Exit donc les scénarios à la "Black Mirror", qui ne "s’éloignent pas énormément de la réalité", nuance néanmoins la professeure à la Sorbonne. Pour elle, l’IA est principalement source de vertu, notamment dans le domaine social et médical, où l’accompagnement de cette technologie chère au mathématicien britannique Alan Turing, est devenu essentiel. 

 

 

 

 

"La Inteligencia emocional"

 

Une des nouvelles problématiques introduites par l’IA est la dimension émotionnelle dont il était largement question lors de cette conférence. Laurence Devilliers a d’ailleurs présenté ses travaux autour des "robots conversationnels affectifs", avec qui l’on peut interagir, et qui sont principalement destinés aux personnes âgées, dont le principal fléau est la solitude. "Aujourd’hui, grâce à l’IA, on peut interagir et avoir du lien social avec ces machines, mais cela ne doit pas nous enlever de l’esprit qu’il ne s’agit que de robots et que ça ne pourra jamais remplacer l’humain", soulignait-elle. Elle n’a pas hésité à mettre en lumière les dérives de cette intelligence artificielle à caractère émotionnel. Elle a notamment évoqué les problèmes éthiques, dont l’émergence d’un marché sur la solitude et l’isolement des gens. Exemple concret, Gatebox, un palliatif virtuel conçu et commercialisé au Japon.

 

 

L’impact de l’IA dans la société 

 

L’une des principales vertus de l’IA prônée par les deux conférencières est son impact dans la société. "Les robots humanoïdes peuvent aujourd’hui remplir toutes les tâches de notre vie quotidienne", avance Concepcíon Alicia Monjé. Passer l’aspirateur, faire à manger ou tout simplement ouvrir une porte, les robots dotés de l’IA ont atteint un niveau de diversité qui laisse prédire une omniprésence dans les années à venir. Autre domaine dans lequel l’IA a apporté des avancées énormes : la médecine. Mettant en exergue notamment les exosquelettes améliorant la motricité et facilitant la rééducation, la professeure à l’université Carlos III a démontré à quel point l’IA est d’ores et déjà essentiel dans le domaine médical et thérapeutique. 


Laurence Devilliers au micro du petitjournal.com : 

 

 


Loin des scénarios à la "I Robot" ou à la "Blade Runner", l’IA s’est déjà imposée dans notre vie quotidienne et incarne inévitablement l’avenir. Comme l’ont répété les intervenants lors de cette conférence, à défaut de pouvoir annihiler cette avancée, mieux vaut en comprendre ses enjeux et apprécier ses vertus. 
 

Kristen

Kristen Collie

Journaliste franco-britannique passé par les rédactions de Stockholm et de Madrid. Féru d'Histoire, de sports et de Scandinavie.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale