Mercredi 27 janvier 2021

Quel avenir pour la monarchie espagnole ?

Par Perrine Laffon | Publié le 02/12/2020 à 11:41 | Mis à jour le 03/12/2020 à 10:44
Photo : © Casa de S.M. el Rey
roi reine espagne

Les scandales à répétition touchant la famille royale mettent en péril l'avenir et la crédibilité de la Couronne. 

 

La Princesse Leonor de Borbón, qui vient tout juste de fêter ses 15 ans, est l'héritière du trône d'Espagne. Mais quel avenir attend la monarchie espagnole ? La famille royale emploie de grands efforts de communication pour souligner la droiture et la formation du Roi Felipe VI et de sa jeune fille Leonor. Mais les scandales hérités ces dernières années compromettent fortement l'avenir de la couronne espagnole, dans une Espagne perturbée par l'instabilité économique.


Chronologie d'un prestige en chute libre

La côte de popularité de la famille royale auprès des Espagnols a commencé à baisser en 2012 : alors que l'Espagne en pleine crise économique fait face à un taux de chômage historique, le train de vie du Roi émérite Juan Carlos Ier qui chasse l'éléphant au Botswana éclate au grand jour, choquant l'opinion publique. Plusieurs scandales de corruption et de relations extraconjugales de l'ancien Roi d'Espagne entacheront encore l'image de la famille royale les années suivantes. Juan Carlos fait l'objet d'une enquête pour une commission illégale de 100 millions de dollars versée par la famille royale saoudienne pour le contrat de construction du TGV entre La Mecque et Médine. La justice espagnole s'intéresse à des sommes millionnaires sur des comptes en Suisse, dont l'existence a été révélée par d'importants virements de la part de Juan Carlos à son ex-maîtresse Corinna Larsen. Sans oublier le mari de l'Infante Cristina, le beau-frère du Roi Felipe VI, condamné en 2017 pour détournements de fonds publics, fraude fiscale et trafic d'influence.

Le dernier scandale date de cet automne, avec l'annonce de l'ouverture d'une nouvelle enquête pour corruption à l'encontre de Juan Carlos, suite à la révélation de cartes de crédit "black" liées à des comptes secrets, dont auraient également bénéficié la reine Sofía et d’autres membres de la famille royale.


Les efforts pour redorer l'image de la monarchie 

La stratégie de Felipe VI, arrivé au pouvoir en 2014 suite à l'abdication de Juan Carlos, est de se démarquer totalement des agissements de son père pour redresser l'image de la couronne espagnole. En mars 2020, Felipe VI a renoncé à l'héritage de son père et lui a supprimé sa dotation annuelle de près de 200.000 euros. L'été dernier Juan Carlos a finalement choisi de quitter l'Espagne, une décision justifiée par "la répercussion publique" que pourraient avoir les événements liés à sa vie privée sur son fils le roi Felipe VI et sur la monarchie espagnole. Mais cela sera-t-il suffisant pour regagner la confiance des Espagnols ? Cela fait maintenant cinq ans que le centre national d'études sociologues se garde bien d'interroger les habitants sur la monarchie, mais selon plusieurs enquêtes d'opinion d'organismes privés, la réponse est non. Un sondage réalisé cet été par l'Institut 40dB révèle que 40,9% des Espagnols seraient favorables à la mise en place d'une République en Espagne, en cas d'éventuel référendum sur le sujet, alors que seuls 34,9% des interrogés se disent en faveur du maintien de la monarchie. Selon l''organisme Sináptica qui réalise des enquêtes en ligne, la pandémie aurait même fait baisser encore davantage la côte de popularité de la famille royale, avec 52% des citoyens qui affirmeraient opter pour une République s'ils le pouvaient.

La famille royale mise sur la figure de la Princesse Leonor pour sauver la monarchie. Un documentaire à la gloire de Leonor vient même d'être mis en ligne sur la plateforme Prime Video, pour faire grimper sa cote de popularité en présentant les goûts et les qualités de la jeune fille.

Nous vous recommandons

perrine laffon

Perrine Laffon

Journaliste et rédactrice web française à Barcelone. Spécialiste de la culture locale et nationale. Suivi de l'actualité catalane, portraits, analyses. Passionnée de voyages et d'Histoire.
7 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

lucholepenseur dim 06/12/2020 - 05:55

L'époque actuelle est basé sur l'oubli ou la mémoire du temps perdus. La Monarchie a sauvé la Démocratie en 1981 en Espagne, Beaucoup de chose doivent évoluer, qu'elle est le constat ? La république engendre un centralisme qui où le pouvoir est dans les mains d'une seule et même personne "LE président de la République"; Ne parle ton pas de la France comme un pays au pouvoir Monarchique ! Un pouvoir trop décentralisé lui aussi donne le résultat actuel en Espagne. Où les président de gouvernement de communautés on un pouvoir qui leurs permettent de s'opposés au gouvernement centrale. En parallèle il me semble que la meilleure option serait un système fédéraliste pour le royaume d'Espagne type USA ,unions des communautés Espagnoles UCE. Voici ma proposition ou ma réflexion, bien sûr à à approfondir.

Répondre
Commentaire avatar

Romatou jeu 03/12/2020 - 08:30

Le roi Felipe VI assure l'unité de l'Espagne face aux revendications multiples nationalistes.Qu'adviendrait il si la République d'Espagne était proclamée? Le scenario le plus probable serait qu'aussitôt la Catalogne ,le Pays basque,les Canaries ,Navarre et autres...réclameraient leur indépendance. Il y a à peine 80 ans l'Espagne a connu celà après l'abdication du roi et la proclamation de la République.Pour ceux qui ont la mémoire courte on a vu les résultats

Répondre
Commentaire avatar

KRISS ven 04/12/2020 - 21:33

République République vous rigolez ? Il y a donc encore des inconscients qui ne voient pas que, pas même une République ne peut plus exister dans cette Europe pseudo Démocratique où tous les rouages de fonctionnement sont en mains de technocrates interlopes non élus ? Plus même la Démocratie n’existe, alors la République, de l'histoire déjà ancienne ! Ainsi Catalogne, Pays Basque faisant sécession ??? Mais que croyez-vous qu’ils deviendront ? Des petits pions manipulés sur l’échiquier de mondialistes mafieux et quels pions ? Roi , Dame Cavalier que non ……que des fous ! Il serait grand temps d'arrêter de voir par le petit bout de la lorgnette, grand temps que les Peuples européens dont l'historique Espagne, ceux des Démocraties encore républicaines ou royalistes qui survivent peu importe la forme, s’unissent pour reprendre leurs longues souverainetés et fassent échec et mat à cette Europe ….Franquiste ! Incroyable que certains n’aient pas encore compris le jeu de la propagande mondialiste ? CHUT.... " Il ne faut point parler de corde dans la maison d’un pendu" disait Cervantès. CHUT ...Ce n’est donc plus même un autre mignonet dictateur Franco que l’Espagne du nord au sud subira mais un Mao mondialisé dictateur d'une Europe asservie!

Répondre
Commentaire avatar

Giel358 jeu 03/12/2020 - 07:20

En plus des scandales qui s'accumulent visant essentiellement le roi émérite, le clown de service (Pablo Iglesias) dispose d'appuis déclarés auprès des indépendantistes basques (EH Bildu) et catalans (ERC) ouvertement contre la monarchie. Ce fils de terroriste a pour marotte l'organisation de référendum, ici (monarchie, indépendance catalane et bientôt basque) et ailleurs (Sahara occidental). Ce n'est certainement pas la larve qui nous sert de président du Gouvernement qui tempérera les démarches du communiste et de sa clique.

Répondre
Commentaire avatar

Royaliste progressiste mer 02/12/2020 - 20:39

Je constate que les sorties de la famille royale sont très bien accueillies dans leurs ensemble sauf dans les territoires à majorité sécessionniste. Exemple frappant, le premier déplacement dans un marché de Madrid de Felipe VI avec sa femme après le décret de l'Etat d'Alerte et au début du processus de déconfinement se fut dans une ambiance bienveillante envers eux et c'est terminer sous des applaudissements spontanés nourris en leurs directions.

Répondre
Voir plus de réactions

Entreprise

BUSINESS

Prix de l'Entrepreneuriat franco-espagnol: candidatures jusqu'au 28/02

Les prix de l'entrepreneuriat décernés par la Chambre de commerce et de l'industrie franco-espagnole sont une référence pour la communauté d'entrepreneurs qui tissent des liens entre les deux pays. 

Sur le même sujet