À quoi s’attendre quand commerces et restaurants rouvriront au public

Par Sarah-Laure Grossmann | Publié le 26/05/2020 à 12:10 | Mis à jour le 26/05/2020 à 12:52
Reouverture restaurants commerces Covid

Tout le monde attend avec impatience un « retour à la normale » … Peu de chances malheureusement que ce soit le cas. Bien sûr, nous espérons vaincre la pandémie, il faudra cependant être encore patient et suivre de nouvelles normes. Port du masque, lavage répété des mains, check du coude ou encore patience - et sérénité - dans les files d’attente font partie des nouvelles pratiques pour réapprendre à vivre en société.

Voici comment, à partir du 1er juin, les lieux qui accueillent du public se préparent à nous recevoir au Royaume-Uni !

 

Restaurants : l'importance des terrasses et de la technologie

En Espagne où le gouvernement a autorisé les bars et restaurants à rouvrir leurs portes depuis le 11 mai, les tables à l'intérieur des établissements ne peuvent plus être utilisées. Heureusement les beaux jours sont là et les espaces qui disposent d’une terrasse peuvent accueillir les clients, mais à 50 % seulement de leur capacité, afin de maintenir la distanciation sociale en vigueur. Ce principe de précaution risque bien d’être suivi par d’autres pays en Europe, tout comme le port obligatoire du masque et des gants pour les serveurs.

Selon les déclarations de Boris Johnson début mai, certains établissements pourraient ouvrir en juillet. La British Beer and Pub Association (BBPA) a réagi en demandant au Royaume-Uni de suivre les directives de l’OMS d'imposer une distance d'un mètre (et non de deux mètres), ce qui « permettrait à beaucoup plus de pubs d’ouvrir à nouveau de manière viable et servir leurs communautés ».

Le café (ou la bière) au comptoir pourrait bien disparaitre au profit d’une plaque de plexiglas comme cela se généralise dans les autres types de commerce et de service à la clientèle. Les cartes aussi pourraient bien disparaitre et laisser place aux ardoises, ainsi qu’aux QR codes qui envoient les menus sur les téléphones des clients…. Cette nouvelle pratique se répand déjà en Espagne, en Italie ou encore en Suisse depuis quelques semaines.

 

Dans l’hôtellerie, moins de convivialité et plus d’hygiène

La saison d’été verra-t-elle le retour des clients à l’hôtel ? Même s’ils n’en avaient pas l’obligation officielle, la plupart des établissements ont fermé leurs portes pendant le confinement, faute de clients.

Afin de faire revenir les touristes, les hôteliers promettent d’élargir les normes d’hygiène, critère numéro 1 pour 83 % des Français dans le choix de leurs prochaines vacances (sondage Opinion Way pour B&B). La convivialité risque de ne plus être la priorité des hôteliers : écran en plexiglas à la réception, gel hydroalcoolique dans toutes les parties communes, port du masque pour les salariés, et bien sûr, nettoyage beaucoup plus fréquent des espaces communs et des chambres. Et afin de limiter les contacts, le check-in/check-out pourrait bien se faire par internet uniquement. Même les clefs de chambre deviendront peut-être obsolètes ! Certains établissements s’équipent déjà de serrures avec un code que les clients récupèrent lors de leur enregistrement en ligne.

Si vous aimez le roomservice, vous serez satisfait, puisque le service de restauration devra s’adapter pour éviter le plus possible les rassemblements dans les salles de restaurants. C’est la fin (provisoire espérons-le !) des grands buffets appétissants du petit-déjeuner...

 

Commerces : shopping masqué pour plus de sécurité

Pour limiter les contacts, il faudra limiter les clients… Êtes-vous prêt à faire la queue pour faire du shopping ? Le nombre de personnes dans les commerces essentiels déjà ouverts est limité et cette règle restera en application pour tout type de commerce. L’accès au magasin dépendra de la taille de celui-ci pour faire respecter les règles de distanciation. En revanche, tous devraient offrir un lavage de mains express avec une solution hydroalcoolique à l’entrée. Là encore, n’oubliez pas votre masque (même si la plupart des commerces en proposeront à l’entrée pour les clients qui n’en ont pas). En Allemagne, de nombreux commerçants ne laissent pas rentrer les clients sans masque.

Les grandes enseignes comme Zara ont averti que les cabines d’essayage resteront fermées pour le moment. Mais les petites boutiques pourraient proposer une seule cabine d'essayage ouverte et même désinfecter les vêtements à la vapeur après chaque passage. Au Royaume-Uni, John Lewis envisage, soit de passer les vêtements manipulés à la vapeur, soit de les mettre en quarantaine ! En Suisse, une commerçante du centre-ville de Genève propose un service sur-mesure : ouvrir son magasin sur rendez-vous pour les clientes très angoissées ou à risque.

Enfin, un nouveau label créé par des Toulousains en pleine pandémie, s’affiche désormais dans les vitrines des commerces locaux et pourrait bien se généraliser à d’autres villes. « Le bon geste » dont le logo représente le dessin d’une main faisant le signe V comme Victoire, aide les commerçants à s'adapter aux règles sanitaires et met en confiance la clientèle.

 

Les salles de sport en accès « limité »

Oublions les cours collectifs et l’ambiance survoltée où tout le monde transpire et crie ensemble… Comme dans tous les lieux accueillant du public, le nettoyage sera renforcé et les contacts limités au maximum.

Les machines devraient être espacées d’un mètre ou deux afin de respecter la distanciation sociale. La question du masque n’est pas encore tranchée. En Suisse, où les salles de sports sont de nouveau accessibles depuis le 11 mai, le port du masque est à la discrétion des clients. Ces mesures donneront-elles envie malgré tout aux sportifs de revenir en salle ?

 

Salons de beauté et de coiffure : rester proches sans prendre de risque

Le contact avec la clientèle est ici inévitable, le protocole sanitaire est donc draconien. Si la plupart des prestations esthétiques devraient être autorisées, l’épilation du nez par exemple restera interdite, comme c’est le cas en France depuis le déconfinement. Cette zone est considérée « à risque et peut présenter des résidus de coronavirus ». L'utilisation d'appareils à vapeur pour les soins du visage est aussi proscrite provisoirement. En plus du masque et des gants, les professionnels de la beauté s’équiperont d’une visière en plastique et de matériel professionnel jetable pour renforcer leur sécurité (blouses et linges).

 

Personne ne sait aujourd’hui combien de temps ces nouvelles mesures resteront en application. Elles pourraient coûter cher à la collectivité et avoir un impact sur notre portefeuille… Mais comme le disait Winston Churchill : « Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu'il ne nous prenne par la gorge ».

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sarah-Laure Grossmann rédactrice

Sarah-Laure Grossmann

Rédactrice freelance et spécialiste de la communication : la créativité et la curiosité sont mes moteurs.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale