La première alerte pour chaleur extrême de l’histoire du Royaume-Uni a été déclenchée

Par Maël Narpon | Publié le 21/07/2021 à 13:18 | Mis à jour le 21/07/2021 à 13:33
Photo : Jaroslaw Kwoczala - Unsplash
jaroslaw-kwoczala-ynwGXMkpYcY-unsplash

Le Met Office, le service national britannique de météorologie, a lancé la toute première alerte météo pour extrême chaleur après un week-end durant lequel le jour le plus chaud de l’année a été enregistré (32,2°C).

 

Cette alerte a été créée en juin. Sa création survient en réponse au record de décès dus à la chaleur enregistré en Angleterre l’été dernier. Elle reconnaît les effets néfastes des températures élevées sur la santé des personnes et sur les infrastructures telles que les secteurs du transport et de l’énergie. Elle note également que la survenance de périodes prolongées de fortes chaleurs est plus probable en raison des effets du changement climatique. Selon le Met Office, la durée des périodes de chaleur a plus que doublé, passant de 5,3 jours entre 1960 et 1991 à plus de 13 jours entre 2008 et 2017. Le record de chaleur reste celui recensé à Cambridge où le thermomètre affichait 38,7°C il y a deux ans.

 

La mise en place de l’alerte jusqu’en fin de semaine

Des versions rouge et orange de cette alerte pourront désormais être prononcées pour avertir le public des perturbations généralisées et du danger que représentent ces vagues de forte chaleur pour leur santé.

La première alerte orange de ce type a ainsi été annoncée lundi et vise une large zone du sud du Royaume-Uni incluant les Midlands de l’Ouest (Birmingham), le sud-ouest de l’Angleterre et la majeure partie du Pays de Galles. Une seconde est appliquée à partir d’aujourd’hui dans toute l’Irlande du Nord.

 

Carte des alertes orange de chaleur extrême au Royaume-Uni
Source : Met Office

 

Son déclenchement est en place jusqu’à jeudi soir dans la zone sud et jusqu’à vendredi en Irlande du Nord. Un retour aux normales de saison est attendu pour ce week-end avec des températures situées entre 20 et 25°C. Jusque-là, il est conseillé à tout le monde, personnes vulnérables comme personnes bien portantes, de prendre les mesures adéquates pour se protéger des effets néfastes de la vague de chaleur en se protégeant et en s’hydratant abondamment.

Le Met Office appelle également à la prudence alors qu’un nombre toujours plus important de personnes se déplace vers les côtes, lacs ou autres rivières pour se baigner et se rafraîchir, accroissant ainsi le risque de noyades. Six personnes ont trouvé la mort dans les lacs et rivières ce week-end.

 

Que faire si quelqu’un semble souffrir de la chaleur ?

Les consignes de la NHS (National Health Service) en la matière pourraient s’avérer utiles face à une personne présentant des signaux alarmants.

Si la température corporelle de la personne peut être diminuée en l’espace d’une demi-heure, il ne s’agit probablement pas d’un cas sérieux. Pour ce faire, la NHS conseille de déplacer la personne à l’ombre vers un endroit frais dans un premier temps. Ensuite, la personne devrait s’allonger sur le dos en gardant les jambes sensiblement surélevées. La réhydratation est bien entendu primordiale : l’individu doit impérativement boire une grande quantité d’eau. Enfin, il est conseillé de rafraîchir son épiderme en vaporisant de l’eau sur son visage, en le ventilant ou en y appliquant une éponge imbibée d’eau. L’application de pains de glace ou autres produits réfrigérés sous les bras ou sur la nuque peut aussi se montrer efficace.

Cependant, si la personne ne se sent pas mieux au bout de 30 minutes, celle-ci est probablement en train de faire une insolation, ce qui constitue une urgence médicale. Il est alors conseillé de joindre le 999. Les personnes souffrant d’une insolation peuvent arrêter de transpirer malgré la sensation de chaleur, et leur température corporelle pourrait atteindre voire dépasser la barre des 40°C. Un tel état est susceptible de provoquer des convulsions ou des pertes de conscience. 

 

 

Mael Narpon - journaliste junior Londres

Maël Narpon

Diplomé d'une licence de sociologie à Pau et à Athènes, il intègre ensuite l'IEJ Londres. Il effectue un stage avec lepetitjournal.com Londres puis rejoint l'édition internationale en tant qu'alternant dans le cadre d'un Master à l'IEJ Paris.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale