TEST: 2269

Mon quartier : Willesden Green avec la comédienne Léa Anderson

Par Maxime Cliet Ruzza | Publié le 24/02/2020 à 10:45 | Mis à jour le 24/02/2020 à 11:27
Léa Anderson Portrait quartier

Après avoir déjà habité une première fois à Londres en 2016, Léa Anderson, jeune comédienne française, est revenue s’installer dans la capitale pour y travailler. Elle nous fait découvrir son parcours, son quartier et sa vie.

 

Bonjour Léa, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Léa Anderson, j’ai 26 ans. Je suis comédienne et danseuse et j’habite à Londres. J’ai commencé ma formation de comédienne à Paris en intégrant l’école de cinéma EICAR. Puis j’ai suivi des cours à l’école de théâtre Claude Mathieu durant deux ans. J’ai ensuite eu envie de découvrir d’autres méthodes et je me suis renseignée sur différents stages dans la capitale. C’est finalement l’une de mes professeurs de l’EICAR, Lysandre, qui m’a conseillé de passer une audition pour une école anglaise qui allait ouvrir une antenne à Paris. Je me suis préparée au concours, il fallait présenter un monologue en français et en anglais. J’ai donc passé l’audition et le directeur de l’école GFCA m’a dit que j’étais la bienvenue, mais qu’il me voulait en Angleterre.

Depuis combien de temps vis-tu à Londres et pourquoi es-tu venue ici ?

Je suis venue pour intégrer cette école en 2016, c’était intense et très enrichissant. Puis je suis retournée en France pour développer mon réseau pendant trois ans. En mai 2019, une agence anglaise m’a contactée en me disant qu’elle voulait me représenter. Je commençais à tourner un peu en rond à Paris, je ressentais l’envie de rejouer en anglais, ce désir d’aller chercher plus loin et de ne pas me satisfaire d’une seule culture. Je voulais sortir de ma zone de confort et me challenger. Je vis à Londres depuis quatre mois maintenant. Plein de choses très positives se sont passées depuis. J’ai décroché un rôle pour une publicité pour une grande marque et je vais avoir la chance d’interpréter deux grands rôles dans deux pièces de théâtre en France. Mon arrivée ici a été un vrai tremplin. C’est bien l’endroit où je dois être, afin de mieux vivre ma passion, et qu’elle soit peut-être plus riche et mieux comprise.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans la ville et dans la culture anglaise ?

La diversité, la langue et la spontanéité des habitants de la capitale. Venir ici a été un véritable coup de foudre, pour la langue et les méthodes de travail. Il y a une ambiance, une atmosphère, une vibration très positive, très créative. J’ai tout de suite été attachée à ça. Je me suis ouverte en tant qu’actrice, on utilise beaucoup le corps ici dans le processus de création d’un personnage. J’apprends en permanence, sur moi-même, je me sens grandir énormément. Londres a cet avantage d’être une ville immense, très étendue et d’une diversité incroyable.

Pourquoi as-tu choisi ce quartier ?

Je voulais absolument être dans un endroit calme, mais à la fois dynamique car pas très éloigné du centre de Londres. Il y a des parcs à côté où je cours tous les matins. Willesden Green est parfait pour cela, notamment grâce à la proximité de Queen’s Park. Un bel écrin de verdure.

Quelles sont selon toi les deux choses à ne pas rater dans ce quartier ? Et pourquoi ?

Queen’s Park justement et le marché du dimanche : le Queen’s Farmers’ Market. Concernant le parc, il n’est pas très fréquenté, à part le week-end car c’est un endroit rêvé pour les familles. Il est assez paisible, avec des cours de tennis, un golf et un petit café. Pour le market je pense que maintenant tout le monde devrait acheter des produits locaux et de bonne qualité. De stand en stand, il est possible de rencontrer des gens, de dialoguer avec eux et de les questionner pour savoir d’où les produits viennent. Et le petit plus : c’est cent fois moins cher. Juste à côté, il y a aussi un petit marché de bijoux ou de vêtements vintages.

Quel est ton QG dans ce quartier ?

Juste à la sortie du métro Willesden Green, il y a le pub Beer + Burger qui propose à sa carte des bières artisanales et de nombreux burgers, dont des versions vegan dont je suis fan.

Quelle est la musique que tu écoutes et qui te fait penser à ce quartier ?

Je dirais Bill Evans. La légèreté de cette musique classique me fait penser aux couleurs éclatantes des maisons de ce quartier.

Pour terminer, as-tu quelque chose à ajouter à propos de ce quartier ?

Pour rendre le quartier encore plus vivant, j’aimerais y trouver un pub avec de la musique live et plus d’espaces liés à la culture avec une galerie d’art ou alors un petit club de jazz, quelque chose comme ça.

 

Pour en savoir plus sur Léa, découvrez son Spotlight et son Instagram.

Queen’s Park Farmers Market, tous les dimanches de 10 h à 14 h.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale