Samedi 28 novembre 2020

Les bons petits plats de Brigitte, fondatrice de ‘Ma Petite Cocotte’

Par Caroline Rayner | Publié le 19/11/2020 à 17:37 | Mis à jour le 22/11/2020 à 17:24
ma petite cocotte

Amoureuse de Londres depuis 2004, Brigitte Saint Olive a fait de la crise sanitaire une force en fondant un service de livraison de plats faits maison Ma petite cocotte. 

 

Présentez-nous votre activité...

Au début du confinement, j’ai lancé « Ma Petite Cocotte », un service de livraison de plats faits maison que je prépare moi-même dans ma cuisine. J’ai eu énormément de chance car cette idée a été un succès immédiat ! Beaucoup de mères de famille, qui avaient du mal à constamment faire la cuisine pour leurs enfants tous les jours se sont tournées vers « Ma Petite Cocotte » et ont régulièrement commandé des plats.

Je change mon menu toutes les semaines, avec toujours une soupe, un plat principal, composé de viande, poisson ou végétarien, un « lunch special », généralement une salade et un dessert. Les clients choisissent ce qu’ils veulent : il n’y a pas de menu imposé. Je voulais que ce soit le plus facile pour les clients afin qu’ils puissent l’adapter à leurs besoins. Je fais également quelques « extras », comme du Nutella maison. Les plats que je cuisine sont assez simples et « rassurants », comme des hachis parmentiers ou des chili con carne.

Je cuisine principalement avec des produits bios, locaux, de saison et de qualité. Je veille également à ce que les emballages soient recyclables.

 

ma petite cocotte

Comment l’idée de « Ma petite Cocotte »  est née ?

J’ai commencé il y a 10 ans, alors que j’habitais déjà à Londres, à faire un service de livraison de gâteaux maison. Par ailleurs, la cuisine et la nourriture en général ont toujours été très importantes pour moi.

Quand j’ai eu des enfants et que j’ai commencé à être plus occupée, j’ai essayé de trouver des services de livraison de plats sains et équilibrés pour me simplifier la vie et me suis rapidement rendu compte qu’il n’y en avait pas vraiment en Angleterre. C’est comme cela qu’a germé l’idée d’en créer un moi-même car j’ai remarqué que cela manquait réellement sur le marché.

Quand vous êtes-vous installée à Londres ?

Mes premiers pas sur le sol londonien remontent en 2004, quand je suis arrivée avec mon mari. Après plusieurs allers-retours entre Hong-Kong, la France et Londres, nous avons finalement posé nos valises dans la capitale britannique. J’ai eu un parcours un peu différent, car j’ai toujours suivi mon mari, aux quatre coins du monde, ce qui m’a permis de me rendre compte qu’on peut toujours se réinventer.

Quelles barrières avez-vous rencontrées lors de la mise en place de votre activité ?

Le grand avantage de l’Angleterre est qu’on peut cuisiner de chez soi et vendre les plats, après avoir passé un test de sécurité alimentaire. Je n’ai donc pas eu à engager de lourdes dépenses pour aménager une cuisine professionnelle. En termes de matériel, j’ai dû investir dans des robots, ainsi que d’autres ustensiles, afin de pouvoir cuisiner en plus grandes quantités. D’ailleurs, quand j’ai commencé mon activité, l’accès à mon site et aux commandes n’était que sur invitation. Cela m’a permis de me mettre tranquillement dans le rythme et d’apprendre à gérer les quantités.

Quels sont vos produits phares, ou les plus demandés, qui sont vos clients ? 

Mes clients sont surtout des mères de famille françaises, même si, petit à petit, nous commençons avoir des Anglais, ce qui me fait très plaisir !

Les produits les plus demandés sont les « extras » : mon Nutella maison a immédiatement eu un succès fou et de nombreuses mères de famille le commandent régulièrement ! Sinon, mes rillettes de sardine fonctionnent également très bien.

Une chose qui cartonne : ce sont me « raclette box » et ma « fondue box » , composées de tous les ingrédients qu’il faut pour faire une raclette et une fondue !

Les incidences du Covid et du confinement ? Comment avez-vous traversé cela… 

Dans mon cas, je dirais que le Covid a été bénéfique à mon activité. Plus de personnes travaillent de chez elles, les enfants sont plus souvent à la maison, la demande pour les services de livraison augmente sans cesse.

Quels sont vos projets pour l’avenir ? Songez-vous à un retour en France ? 

Je souhaite vraiment rester en Angleterre. Je voudrais bien sûr continuer et développer « Ma Petite Cocotte ». À terme, j’aimerais prendre un local pour préparer les plats et embaucher quelqu’un pour m’aider.

Quel est votre lieu préféré à Londres (celui où vous pouvez de temps en temps trouver refuge…)

Il y en a beaucoup (rires) ! Mon lieu préféré à Londres est Hampstead : j’aime beaucoup l’ambiance paisible qui y règne et je trouve le parc « Hampstead Heath » magnifique. C’est très rare d’avoir une véritable forêt en pleine ville, et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’apprécie tant Londres !

 

 

Nous vous recommandons

Caroiline Rayner - stage rédactrice

Caroline Rayner

Franco-germano-anglaise ayant grandi à Francfort, Caroline aime le chant, la musique classique et la lecture. Elle est aussi rédactrice web pour Lepetitjournal.com Allemagne.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
SPORT

Wind-Surf : Sarah Hauser entre au Guinness World Records

La windsurfeuse Calédonienne Sarah Hauser entre au Guinness World Records pour la plus haute vague wind-surfée par une femme à 10,97 mètres de haut à Haiku, Hawaï, USA le 31 Décembre 2019.

Sur le même sujet