Dimanche 25 octobre 2020

Le retour à la vie dans la rue guette les personnes libérées de prison

Par Pauline Berger | Publié le 01/09/2020 à 12:05 | Mis à jour le 01/09/2020 à 12:11
Photo : jonathan kho - unsplash
prisonniers risque SDF covid

L’ONG Nacro s’inquiète du risque d’augmentation des sans-abris parmi les personnes sortant de prison au vue de la fin imminente de l’aide financière gouvernementale envers les anciens prisonniers.

L’aide financière nationale envers les personnes libérées de prison se termine

Ce soutien de la part de l’État consistait en la mise à disposition de logements tels que des chambres d’hôtel pour les individus de retour dans la vie en société en Angleterre et au Pays de Galles. Il se termine demain, et met ainsi en péril la bonne réintégration dans la vie active des anciens prisonniers libérés à partir du mardi 1er septembre 2020.

Néanmoins, malgré cette aide financière, 947 personnes se sont retrouvées à la rue à leur sortie de prison entre le 1er mai et le 8 juin 2020. Cela explique la grande inquiétude de l’ONG Nacro, apportant son soutien aux anciens prisonniers, qui craint l’augmentation importante des sans-abris parmi ces derniers.

La menace du retour à la criminalité

« Pour les personnes quittant la prison et prêtes à reprendre leur vie en main, être libérées sans avoir nulle part où aller revient tout simplement à les condamner à échouer. Et nous savons que cela augmente le risque qu’elles enfreignent la loi de nouveau, ce qui nous impacte tous. » affirme Campbell Robb, le directeur de Nacro.

D’après les données publiées par le Ministère de la Justice anglais en août 2019, 67% des adultes libérés en 2016 n’ayant pas pu bénéficier d’un domicile à leur sortie de prison ont commis un autre crime dans l’année qui suivit. De même, un récent rapport de l’Inspecteur en chef des prisons souligne l’importance d’un domicile pour sortir définitivement de la criminalité. En effet, le risque d’être remis en garde à vue pour les prisonniers ayant pu bénéficier d’un logement après leur libération a été divisé par deux par rapport à ceux qui n’ont pas eu la même chance.

Nacro demande donc au gouvernement britannique d’étendre son aide. Il est également essentiel de mettre en place une stratégie de long-terme pour affronter le problème et assurer à toutes les personnes libérées qu’elles auront un domicile à leur sortie de prison.

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet