TEST: 2269

La pollution de l’air retenue comme cause d’un décès

Par Corentin Mittet-Magnan | Publié le 18/12/2020 à 17:17 | Mis à jour le 18/12/2020 à 17:23
Photo : Ivan Aleksic - Unsplash
décès pollution de l'air

C’est la première fois que le rôle de la pollution de l’air est retenu par la justice britannique comme cause d’un décès.

 

Ella Adoo-Kissi-Debrah, âgée de neuf ans, est décédée en février 2013 des suites d'une crise d’asthme. Pendant les trois années qui ont précédé sa mort, elle avait été admise 27 fois à l’hôpital pour le même genre de crise. Sept ans après son décès, le coroner Philip Barlow, a déclaré ce mercredi que « la pollution de l’air a constitué une contribution matérielle importante dans la mort d’Ella ». Jusqu’ici, la justice britannique n’avait jamais reconnu officiellement un lien entre la pollution de l’air et un décès. En 2014, une première enquête sur la mort d’Ella avait établi que l’asthme était la seule cause du décès.

Mais l’enquête avait été relancée en 2018 après qu’un rapport d’un spécialiste de la pollution de l’air, Stephen Holgate, avait établit un « lien frappant » entre les crises d’asthmes d’Ella et les pics de pollution enregistrés autour du South Circular à Lewisham, là où vivait la petite fille et sa famille. Les taux de dioxyde d’azote (NO2) qui y sont enregistrés sont très souvent au-dessus de ceux considérés comme dangereux par l’Union Européenne et l’Organisation mondiale de la santé.

Chaque année, entre 28 000 et 36 000 décès enregistrés au Royaume-Uni seraient liés à la pollution de l’air. L’OMS considère que la pollution tue sept millions de personnes dans le monde tous les ans.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale