Jeudi 3 décembre 2020

La Cité envisage de démolir les statues liées au passé esclavagiste

Par Clara Grouzis | Publié le 02/09/2020 à 19:58 | Mis à jour le 02/09/2020 à 20:06
Photo : Lauris Rozentals -Unsplash
Cité Londres statues démolition esclavagisme

La Corporation de la Cité de Londres a ouvert mardi 1er septembre une consultation pour décider si les statues et les symboles liés au passé esclavagiste devaient être supprimés.

Dans la lignée du mouvement Black Lives Matter, l’organisme en charge de la Cité de Londres a lancé mardi une consultation auprès du public. Suite à celle-ci, les statues représentant des personnages emblématiques de la période coloniale pourraient être démolies. Par ailleurs, les noms des rues et des immeubles pourraient changer.

En effet, l’histoire du quartier se retrouve dans ces symboles. Son développement ainsi que celui des entreprises qui y sont implantées a été encouragé par la traite transatlantique. Certaines compagnies comme la Bank of England, Barclays, HSBC ou encore Lloyd's of London se sont excusées et ont reconnu que la richesse de leurs organisations était en partie liée à l’esclavagisme.

En juin, une pétition avait été lancée pour demander la suppression de la statue de William Beckford, deux fois maire de Londres dans les années 1760 et plus important propriétaire d’esclaves de son temps. Le gouvernement avait rejeté la pétition en affirmant que c’était à l’autorité locale d’entériner pareille décision.

La Corporation de la Cité de Londres a donc décidé de mettre en place cette consultation pour recueillir des suggestions. Elle s’adresse à tous les habitants, travailleurs, mais aussi visiteurs de la Cité. Le but est de savoir comment chacun se positionne par rapport à ces éléments que sont les statues, les mémoriaux, les noms des rues et des immeubles. Pour prendre part à la consultation, rendez-vous sur le site de la Corporation. Vous avez jusqu’au mardi 24 Novembre pour donner votre avis.

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Nous vous recommandons

Clara Grouzis journaliste Londres

Clara Grouzis

Etudiante en troisième année à Sciences Po Aix et passionnée, je me destine au journalisme
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Nathalie Ribette - "L'impact du virus a été énorme sur Sing'theatre"

Lauréate du Trophée Culture/Art de vivre des Trophées des Français de l’étranger 2020 organisés par le petitjournal.com, Nathalie Ribette s’efforce de maintenir ses activités malgré le contexte actuel

Sur le même sujet