Jeudi 1 octobre 2020

Heathrow n’est plus le premier aéroport européen

Par Corentin Mittet-Magnan | Publié le 14/09/2020 à 14:46 | Mis à jour le 15/09/2020 à 11:07
Photo : John Cameron - Unsplash
fréquentation aéroport londres heathrow

Depuis presque 10 ans, le plus grand aéroport de Londres était aussi le plus fréquenté en Europe avec en moyenne 80 millions de passagers par an, ce n’est plus le cas désormais.

 

Depuis le début de l’année 2020 et l’apparition de la crise du Covid-19, les entreprises de transports sont sévèrement touchées. C’est le cas notamment des aéroports qui souffrent des mesures de restriction sur les voyages. Les quatorzaines imposées à l’arrivée au Royaume-Uni pour les voyageurs en provenance d’une dizaine de pays compliquent fortement la situation des aéroports britanniques. A tel point que Heathrow a perdu sa place de premier aéroport d’Europe. Pire, il est même tombé à la cinquième place du classement derrière ses principaux concurrents : Francfort, Amsterdam-Schiphol, Paris- Charles de Gaulle et Istanbul.

Au mois d’août, qui constitue habituellement le plus gros mois en terme de nombre de passagers, la fréquentation a diminué de 81,5 % par rapport à l’année dernière. Le nombre de voyageurs est passé de 7,7 millions à 1,4. Pour les voyageurs en provenance d’Amérique du Nord, un marché très important pour l’aéroport, la baisse est même de 95 %.

Pour John Holland-Kaye, directeur de l’aéroport, les mesures de quatorzaine sont les principales responsables de la situation. Il compare la situation avec d’autres pays où la mise en place de tests à l’arrivée a permis de relancer l’activité dans le secteur. Heathrow a d’ailleurs mis en place une structure permettant de tester 13 000 personnes chaque jour à l’aéroport. Celui de Francfort utilise déjà un système similaire et a testé 150 000 personnes sur la période juillet-août.

Holland-Kaye s’inquiète de fermetures potentielles dans les petits aéroports du pays. La plupart d’entre-eux profitent de la période estivale où la demande est très forte pour compenser l’hiver, période à laquelle la fréquentation est nettement moins importante. De plus, il explique que le système économique des aéroports comprends des coûts fixes importants, surtout pour la sécurité, qui restent inchangés quelque puisse être la fréquentation. Lorsque celle-ci baisse il est donc difficile de continuer de les assumer financièrement.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet