Déjà privés de sortie… maintenant nous sommes aussi privés de sexe !

Par Luther Beaumont | Publié le 01/06/2020 à 20:56 | Mis à jour le 01/06/2020 à 21:06
Photo : Erik Lucatero - Unsplash
loi sexe interdiction habitation

Le gouvernement va mettre en application des nouvelles mesures propres au confinement. Une clause interdit notamment à deux personnes vivant séparément de se rencontrer dans un lieu privé.

Cette nouvelle mesure est introduite par le dernier amendement lié aux régulations pour la protection de la santé publique (“The Health Protection Regulations 2020”), qui a été présenté en session parlementaire aujourd’hui à 11h30.

Certaines des précédentes mesures vont être relâchées, permettant par exemple à un groupe d’individus pouvant aller jusqu’à six (lien avec notre article à ce sujet), de se réunir pour un BBQ. Les sportifs de haut niveau vont aussi avoir le droit de retourner s’entraîner.

Mais, noyée au milieu du document énonçant tous les détails de ce début de relâchement, une nouvelle restriction interdit de façon très explicite toutes les rencontres au sein de votre domicile avec quelqu’un (qui que cela puisse être) qui ne réside pas dans le même logement.

La lecture de la clause qui agite désormais tous les tabloïds

« Aucune personne ne devrait participer à des rassemblements qui prendraient place dans un lieu en intérieur, public ou privé, dans lesquels deux personnes ou plus seraient impliquées ». Elaborée dans le but d’insister et de promouvoir les rencontres entre amis ou en famille en extérieur exclusivement, la clause met définitivement fin à toutes discussions possibles quant au caractère légal ou non d’une relation sexuelle ayant lieu entre deux personnes qui n’habitent pas ensemble.

Les précédentes règles en vigueur ne mentionnaient pas les cas potentiels de rencontres dans des lieux privés, étant donné que les restrictions de circulation n’autorisaient la population à sortir de chez elle que pour se procurer de la nourriture ou pour faire de l’exercice.

Les personnes interpelées en train de circuler sans une excuse raisonnable pouvaient être poursuivies, mais ceci n’incluait pas les cas où vous vous trouviez dans le domicile d’autrui.

Désormais, dans pareilles situations, toutes les personnes potentiellement impliquées pourraient être poursuivies légalement pour enfreinte aux mesures liées au coronavirus.

Pour information, le sexe en public était déjà illégal pour ceux qui espéraient que des petites escapades dans le parc pourraient représenter une solution.

Seules les personnes avec “une excuse raisonnable” sont autorisées à se rencontrer dans un lieu privé. Les personnes qui souhaitent partager un moment d’intimité ne sont pas comprises dans ces potentielles “excuses raisonnables”, qui couvrent les sportifs de haut niveau, les personnes devant assister à des funérailles, les personnes vulnérables ainsi que les professionnels.

Les nouvelles mesures autorisent par contre les rencontres dans un lieu privé dans le cadre de la garde alternée d’enfants dont les parents vivent séparément. Les exceptions incluent également une assistance d’urgence qui serait nécessaire.

Les mesures définissent un rassemblement à partir du moment où “deux personnes ou plus sont présentes ensemble au même endroit dans le but d’engager toutes formes d’interactions sociales l’une envers l’autre.

Bien tristement, le sexe à la maison avec son ou sa chérie avec qui vous ne partagez pas le même toit est donc depuis aujourd’hui devenu illégal. Vous pouvez partager l’information !

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Luther Beaumont journaliste Londres

Luther Beaumont

Prendre la decision de devenir journaliste demeure la concrétisation de ce que certains pourraient décrire comme une passion. Dans mon cas je la décrirais comme l'essence de ma curiosité.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale