Sadiq Khan doit être protégé 24h/7j “à cause de sa couleur de peau”

Par Judith Chouzenoux | Publié le 30/09/2021 à 13:20 | Mis à jour le 30/09/2021 à 13:52
Sadiq Khan

Sadiq Khan, maire de Londres depuis 2016, a expliqué pourquoi une équipe de 15 agents de la police métropolitaine veille à sa sécurité jour et nuit.

 

À l’occasion de la conférence annuelle du parti travailliste à Brighton, Sadiq Khan s’est exprimé quant à la protection rapprochée dont il fait l’objet. L’homme politique a expliqué qu’il avait dans un premier temps rejeté la suggestion de bénéficier d’une protection permanente, mais qu’il avait finalement cédé aux sollicitations de la police en prenant en compte les risques auxquels s’exposait son entourage.

 

Une décision « difficile » à vivre pour le maire de Londres, qui regrette de devoir être surveillé 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Sadiq Khan a déclaré qu'il aimait prendre le métro et se promener dans la capitale, mais qu’il n’avait pas eu d’autre choix que de changer sa position sur la question lorsque son entourage a été menacé en 2017. Il dit cependant comprendre cette nécessité qui s’impose en raison « de sa couleur de peau et du dieu qu’il vénère », a-t-il déploré dans les médias britanniques.

 

Un sortie polémique à Battersea Park

La controverse publique a éclaté après que M. Khan a été critiqué dans la presse anglaise pour s'être rendu dans un convoi de trois véhicules à Battersea Park, qui se trouve à six kilomètres et demi de son domicile, pour promener son chien Luna.

 

Il s’est justifié en déclarant que le déploiement de ce convoi n’était pas du fait de sa volonté, mais bien une décision prise sous les conseils de la police. Le maire a ajouté avoir reçu des « courriels menaçants » suite à cette affaire.

 

Une garde rapprochée pour la sécurité de son entourage

Sadiq Khan a expliqué que c’est sa femme qui l’a persuadé d’accepter cette protection et qui pour lui a « changé la donne ». Il a déclaré peu de temps après son élection « la police a parlé à mon chef de cabinet et à ma femme pour qu’ils essayent de me persuader d'accepter, et ce qu'ils ont dit, c'est que je pouvais refuser, mais ils m’ont aussi demandé si je me rendais compte qu'à cause de moi, mes proches pouvaient être en danger ». Le maire de Londres a donc finalement accepté cette protection à contre-coeur afin de protéger « sa femme, ses enfants, mais aussi le personnel avec lequel il travaille », considérant que cela faisait parti de son « devoir ».

 

Le maire refuse de se laisser intimider par la haine

Il a déclaré qu’il devait à présent sa sécurité à une équipe de 15 officiers de police qui se relaient jours et nuits pour veiller sur lui et sa famille. Il a également ajouté que son personnel avait reçu des directives et des conseils pour faire face aux menaces lancées contre lui.

 

M. Khan a expliqué ne s’être jamais exprimé sur son niveau de protection auparavant pour ne pas décourager quiconque souhaitant se lancer en politique. Face à la haine, il a clamé qu’il ne laisserait pas « les racistes et islamophobes l’intimider » et qu’il ne « s'inclinera jamais devant eux ».

 

Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale