Lundi 24 janvier 2022
TEST: 2269

Mathilde Konczynski : « Tisser un réseau d’entraide et d’information »

Par Colin Porhel | Publié le 19/05/2021 à 20:12 | Mis à jour le 19/05/2021 à 20:29
Photo : Alliance solidaire des Français du Royaume-Uni
Photos de personnes sur une carte du monde.

À l’approche des élections consulaires, qui auront lieu le 30 mai prochain au Royaume-Uni, Lepetitjournal.com vous présente les huit listes candidates dans la circonscription londonienne. Aujourd’hui, Mathilde Konczynski, qui conduit la liste Alliance solidaire des Français du Royaume-Uni, revient sur ses projets et ses ambitions.

 

Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter aux élections consulaires ?

Je suis arrivée à Londres il y a plus de 20 ans. J’ai vu la communauté française grandir, changer et être confrontée à des problématiques récurrentes. Au fil des ans, je me suis rendu compte de l’importance, pour un Français qui s’installe, de pouvoir s’appuyer sur un réseau. Ce réseau, j’aimerais le voir grandir, sur la base de l’entraide et de la solidarité. J’aimerais également qu’il puisse bénéficier aux Français de tout le Royaume-Uni pour que chacun puisse y trouver un soutien parfois nécessaire, mais surtout des informations concrètes. Je souhaite aujourd’hui incarner une représentation consulaire basée sur la somme de l’expérience de tous mes colistiers, de nos parcours, de nos difficultés mais aussi de notre joie de vivre dans cette belle nation qu’est l’Angleterre.

 

Comment définiriez-vous votre liste et son orientation politique ?

Je suis très fière de notre liste ! Elle est représentative de la communauté au Royaume-Uni, avec des femmes et des hommes originaires de Swansea à Manchester, de Cambridge à Douvres, de Redhill à Oxford, de Southampton à Birmingham, d’Aberyswyth au Kent en passant par Londres.

Nous avons tenu à ce que chacun puisse nous exposer les problématiques locales qu’il rencontre pour ne pas faire une liste de « capitale » et ainsi pouvoir tisser un véritable réseau d’entraide et d’information à travers le pays entier. Nous avons aussi la chance d’exercer des activités professionnelles variées : je suis médecin, Géraldine est professeure d’université, Mehdi est entrepreneur, Jean-Claude est retraité, David est ingénieur, Adren est étudiant en informatique, Béatrice enseigne l’histoire-géographie au lycée Charles-de-Gaulle, Bernard est chef d’entreprise, Victor exerce le métier de trader, Laure est responsable du patrimoine, Magali travaille dans la communication… Vous l’aurez compris, nous avons une équipe diversifiée géographiquement mais aussi par nos expériences professionnelles et personnelles, à l’image de la communauté française au Royaume-Uni.

Nous sommes une liste indépendante des grands partis politiques, dont l’orientation n’a pas vraiment de sens quand on s’occupe des difficultés concrètes des Français du Royaume-Uni. Le sujet des Français à l’étranger n’est selon nous pas partisan, et nous veillons à ce que chacun puisse être représenté : c’est très important pour nous et pour l’ASFE (Alliance solidaire des Français de l'étranger, ndlr), qui nous soutient.

 

Quels sont les trois principaux projets que vous portez ?

Au-delà du rôle du conseiller des Français de l’étranger, qui représente tous les citoyens de notre circonscription à chaque conseil consulaire, nous leur mettons à disposition un système d'entraide au travers de médias variés (webinaires, vidéos, réunions, newsletters...) qui permet ainsi de bénéficier de l'expertise de nos spécialistes.

Nous sommes tous réunis pour aider et soutenir les Français avec l’appui de l’ASFE. Nous bénéficions d’un support expérimenté à Paris sur des questions plus générales et d’un relais au Sénat - en la personne de la sénatrice, Evelyne Renaud-Garabedian, pour pouvoir porter notre voix.

 

Quel est, selon vous, le problème prioritaire à résoudre pour les Français établis au Royaume-Uni ?

Les préoccupations de nos compatriotes sont très variées, mais je dirais que les sujets qui reviennent souvent sont les problématiques liées au Brexit et à l'éducation des enfants.

Aussi bien dans le système français que britannique, la sortie de l’Union Européenne du Royaume-Uni a aussi créé beaucoup de questions quant à l’avenir et aux modalités de résidence de certains d’entre nous sur le sol anglais. Cette thématique couvre beaucoup de sujets : des questions administratives pour convertir son permis, la fiscalité applicable, la naturalisation, les études de nos enfants, l’emploi …

L’année passée a aussi été très dure pour tout le monde avec l’arrivée du Covid-19. La santé et les restrictions de voyage ont été les préoccupations majeures de beaucoup d’entre nous. En tant que médecin, j’y ai été particulièrement confrontée et attentive. Répondre aux interrogations des Français sur les tests PCR et les vaccins est devenu mon quotidien.

 

Comment comptez-vous y remédier ?

La priorité est de fournir et de relayer des informations sûres et à jour pour recréer un réseau de Français basé sur la solidarité et l’entraide. Nous tenons régulièrement informés les Français des dispositifs, des aides et des restrictions des deux côtés de la Manche.

En ce qui concerne l’éducation, nous les aidons à se familiariser avec les différents systèmes éducatifs disponibles au Royaume-Uni par le biais de conférences et d’articles. Une fois élus, nous siégerons au comité consulaire des bourses scolaires et nous nous engageons à assurer une redistribution équitable de l'enveloppe des bourses. Nous restons également à disposition des Français sur tous les aspects de leur vie quotidienne, à l’image de la fiscalité ou de la santé.

 

Colin Porhel - journaliste

Colin Porhel

Etudiant en troisième année de licence en Langues Etrangères Appliquées à l’Université de Brest Occidentale (UBO).
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet