Mort d’Elizabeth II : qui pour succéder à la reine d'Angleterre ?

Par Maël Narpon | Publié le 08/09/2022 à 19:52 | Mis à jour le 11/09/2022 à 20:10
La reine Elizabeth II morte le 8 septembre 2022 à 96 ans

La reine Elizabeth II est morte. Celle dont la popularité outre-Manche était toujours au beau fixe laisse tout un pays en émoi en disparaissant à l'âge de 96 ans. Après le décès l’année dernière de son époux, le Prince Philip, l’avenir de la famille royale et sa succession soulèvent de nombreuses interrogations.

 

Elizabeth II est morte « sereinement » ce jeudi 8 janvier 2022 au château de Balmoral en Ecosse, comme annoncé par la famille royale et Buckingham Palace. Celle qui fût reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord depuis le 6 février 1952 avait célébré cette année ses 70 ans de règne ainsi que ses 96 printemps.

 

 

Qui pour succéder à Elizabeth II et quel avenir pour la famille royale ?

Elizabeth II suit le destin de son regretté mari, le Prince Philip, décédé l’année dernière à l’âge de 99 ans, et retiré de la vie publique depuis août 2017. Le Royaume-Uni se retrouve maintenant orphelin de son couple royal dans son entièreté. Les deux époux participaient grandement à l’amour persistant des Britanniques pour la famille royale, dont les rênes doivent revenir au Prince Charles, fils d’Elizabeth II et loin d’être aussi populaire que sa défunte mère. Celui-ci devient donc Charles III, roi du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord.

 

La reine Elizabeth 2, morte ce 8 septembre 2022

 

Amputée de sa figure de proue, la famille royale pourrait peiner à se remettre de la disparition d’Elizabeth II. Le Prince Charles ne dispose en effet pas du même crédit qui était accordé à sa mère en raison de nombreuses affaires, notamment sa relation avec feu Lady Diana, qui fut son épouse. De plus, le prince de Galles accède au trône à 73 ans, un âge que l’on peut difficilement qualifier d’adapté pour incarner le nouveau visage de la royauté britannique. 

 

Outre l’accession d’une nouvelle personne au trône, la famille royale avait déjà reçu un coup l’année passée lorsque l’ex prince Harry et Megan Markle s’étaient livrés sur les dessous de la famille royale dans une interview accordée à Oprah Winfrey

 

London Bridge, ou le protocole élaborée par Buckingham Palace pour le décès d’Elizabeth II

Le Royaume-Uni n’avait pas connu cela depuis 1952. Le décès d’Elizabeth II donne lieu à la mise en place d’un protocole stricte suivant la disparition d’un ou d’une monarque britannique et qui n’a pas servi depuis 70 ans. Dans l'éventualité de la disparition de la reine, le nom de code « London Bridge » avait été attribué à ce protocole. Une phrase a ainsi été utilisée pour signifier la mort d’Elizabeth II à la nouvelle première ministre Liz Truss et au reste de l’administration britannique : « London Bridge is down » (pouvant être traduit par « London Bridge est tombé »).

 

 

S’ensuit maintenant toute une série d’étapes prévues dans le protocole, à commencer par la mise en berne du drapeau britannique, le Union Jack, sur tous les bâtiments officiels au Royaume-Uni et dans le monde entier. Les médias britanniques doivent à présent exclusivement diffuser des programmes dédiés à la mémoire de la défunte reine et le noir est de mise pour tous les journalistes présentateurs. Il en va de même pour les officiels qui doivent arborer un brassard noir sur le bras gauche tout au long du deuil national de 10 jours qui a été proclamé. Viendront après cette période les funérailles qui donneront lieu à une cérémonie en grande pompe réunissant de nombreux chefs d’Etat.

 

God Save the King, couronnement et timbres à l’effigie de Charles III

Le couronnement ne s’effectuera que dans plusieurs mois, alors même que le nouveau roi Charles III a commencé à remplir ses devoirs royaux à l’instant du décès de sa mère. Il verra par ailleurs son visage venir remplacer celui de cette dernière sur les timbres de la Royal Mail pendant que l’hymne national basculera de God Save the Queen à God Save the King.

 

Mael Narpon - journaliste junior Londres

Maël Narpon

Diplomé d'une licence de sociologie à Pau et à Athènes, il intègre ensuite l'IEJ Londres. Il effectue un stage avec lepetitjournal.com Londres puis rejoint l'édition internationale en tant qu'alternant dans le cadre d'un Master à l'IEJ Paris.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale