TEST: 2269

Londres : d’immenses files d’attente devant certains centres de vaccination

Par Lili Auriat | Publié le 14/12/2021 à 13:58 | Mis à jour le 14/12/2021 à 14:16
Photo : The Guardian
NHS

Après les annonces de Boris Johnson la semaine dernière, les Britanniques se sont précipités aux portes des hôpitaux pour recevoir leur troisième dose de vaccin, entraînant d’immenses queues à l’entrée des centres NHS.

 

Beaucoup de scientifiques craignent que le nouveau variant Omicron submerge les services de santé britanniques. Alors que les kits de tests de flux latéral gratuits du NHS viennent à manquer depuis deux jours, les prises de rendez-vous pour la vaccination affluent considérablement pendant que les services de santé redoutent une prochaine vague d’hospitalisations.

 

Le NHS croule sous les prises de rendez-vous

Il semblerait que les Britanniques aient bien entendu l’appel du gouvernement à faire son rappel de vaccin. Dès lundi, la file d’attente à l’entrée de l’Hôpital Saint Thomas à South Bank parcourait le pont de Westminster pour se terminer aux alentours du Parlement. Des files d’attente de plusieurs centaines de mètres constituées par des Britanniques prêts à patienter jusqu’à cinq heures dehors. Selon The Independant, 20 000 rendez-vous pour recevoir sa dose de booster seraient pris toutes les heures au Royaume-Uni. Le NHS serait également submergé par des milliers d’appels.

Malgré la panique et les fêtes qui approchent, Boris Johnson a incité les plus jeunes adultes, qui seront éligibles à la vaccination dès demain, à attendre d’être appelés par le NHS pour laisser les personnes les plus vulnérables recevoir leur troisième dose en priorité. Pour rassurer la population, Dominic Raab a affirmé ce matin que les fêtes devraient se passer « normalement » au vu des dernières études de Pfizer qui confirment l’efficacité du vaccin face au variant. Des études en Afrique du Sud ont en effet montré que deux doses de vaccin permettaient d’éviter à 70% les hospitalisations.

 

Le NHS redoute une pénurie de lits d’hôpitaux

Alors que le premier mort du variant Omicron au Royaume-Uni a été officialisé hier par le Premier Ministre, les dirigeants du NHS craignent de manquer bientôt de lits de soins intensifs et ont averti que les hôpitaux étaient déjà à plus de 90% de leur capacité. Le professeur Neil Ferguson a averti dans le Guardian qu’Omicron pourrait entraîner « 10 000 hospitalisations par jour ». Le personnel médical de tout le pays a donc été invité à se préparer à un pic d'admissions à la mi-janvier.

 

Lili Auriat - Journaliste Londres

Lili Auriat

Lili Auriat, étudiante à Sciences Po Aix, parisienne et passionnée de sport et de voyage.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale