Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 5
  • 0

Législatives 2024 - Charlotte Minvielle (NFP) : "un projet humaniste et écologiste"

Dans la perspective des prochaines élections législatives, les 30 juin et 7 juillet 2024, lepetitjournal.com est allé à la rencontre des candidats. Charlotte Minvielle, candidate du Nouveau Front Populaire pour la 3ème circonscription (Royaume-Uni, Irlande, Norvège, Suède, Finlande, Danemark, Islande, Lettonie, Lituanie, Estonie), a répondu à nos questions.

charlotte minviellecharlotte minvielle
Écrit par Léa Degay
Publié le 24 juin 2024, mis à jour le 1 juillet 2024

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Charlotte Minvielle, j'ai 38 ans et je suis candidate du Nouveau Front Populaire aux élections législatives pour la 3e circonscription des Français.es de l'étranger, l'Europe du Nord. Je vis au Royaume-Uni depuis 2006 où je suis initialement venue faire un Master en Relations Internationales à King's College et en ONG et Développement à la London School of Economics and Political Science (LSE). Depuis, j'ai travaillé dans le secteur de la solidarité internationale et des droits humains pour des organisations comme l'UNICEF, Save the Children ou WaterAid et je suis actuellement cadre dans une organisation internationale de droits des femmes. 

En plus de mon engagement professionnel en faveur de l'égalité et la justice sociale, je suis aussi engagée chez Les Écologistes où je suis la représentante du parti au Royaume-Uni, convaincue que la politique est un levier d'action essentiel pour améliorer la vie des gens et transformer nos sociétés. 

 

Pourquoi souhaitez-vous vous présenter aux prochaines élections législatives ?

Je me présente aux élections législatives pour continuer mon engagement en faveur de l'écologie, de la justice et de l'égalité. J'étais candidate de la NUPES en 2022 dans notre circonscription et je suis fière aujourd'hui de représenter de nouveau l'union de la gauche pour ces élections avec mon suppléant Samy Ahmar, élu socialiste à l'Assemblée des Français.es de l'étranger.

Face au risque réel de voir le Rassemblement National et son projet de haine accéder au pouvoir et à la majorité présidentielle qui a participé à l'ascension de l'extrême-droite, il est indispensable de faire front. Beaucoup dans notre circonscription ont été choqué.es par une loi immigration indigne, interpellé.es par une dissolution irresponsable et consterné.es par une stratégie électorale qui tourne le dos au barrage républicain et pioche dans le vocabulaire de l'extrême-droite pour renvoyer dos à dos le Rassemblement National et le Nouveau Front Populaire.  

Nous avons développé un projet humaniste, écologiste et solidaire qui est précis et chiffré et permettra à toutes et tous de vivre mieux. Notre programme est approuvé par des économistes tels que Esther Duflo, Prix Nobel d'économie en 2019, ou encore le banquier d'affaires Matthieu Pigasse. 

 

Quel est votre rapport avec cette circonscription ?

Je vis au Royaume-Uni depuis 2006 et je suis devenue citoyenne britannique en 2018. Suite à mes études à Londres, j'ai décidé de rester dans cette ville si riche de sa diversité. J'ai aussi eu la chance de souvent me rendre en Irlande depuis mon enfance, ayant de la famille établie à Dublin et maintenant à Westport. 

Mon engagement politique et mes activités professionnelles m'ont conduit à me rendre dans les nombreux pays de notre circonscription et m'ont permis ainsi d'être au fait des réalités et des défis de notre communauté en Europe du Nord. Lors de la dernière campagne pour les élections législatives, j'ai été à la rencontre des Français.es établi.es en Irlande, en Écosse, en Suède, en Norvège, au Danemark et plus récemment en Islande.

Étant nous-même Français.es de l'étranger, avec mon suppléant Samy Ahmar, nous connaissons les préoccupations et difficultés partagées par nos concitoyens basés à l'étranger.

 

En quoi votre parcours est-il marqué par les préoccupations des Français·es de l'étranger ?

Je mène des actions concrètes comme le combat pour des tarifs plus accessibles en Eurostar notamment avec la mise en place d'un tarif jeune et senior et aussi le développement du train de nuit en Europe. Le train est un atout essentiel dans la lutte contre le dérèglement climatique. Cependant, nous ne pouvons pas demander aux jeunes, aux familles, et aux seniors de dépenser plus pour se déplacer de façon plus respectueuse de la planète. Les prix du train doivent être compétitifs face à ceux de l'aérien. 

Je suis aussi engagée pour un accès plus large et inclusif à l'éducation française. Par exemple, la scolarisation des enfants dans les établissements français de l'étranger pour celles et ceux qui le souhaitent est particulièrement coûteuse. Nous devons davantage développer l'accès aux bourses et soutenir les petites écoles françaises FLAM (Français Langue Maternelle). J'ai d'ailleurs eu l'occasion de présenter au sein de ce réseau FLAM des pistes pour l'éducation à l'écologie. 

Un autre point crucial est le soutien à nos services publics à l'étranger et notamment nos services consulaires. Le personnel des consulats et des ambassades fait un travail remarquable et ils doivent être soutenus. Nous devons amplifier la digitalisation sans négliger les moyens de soutien en présentiel, faciliter les démarches administratives, et continuer à améliorer les services proposés à nos compatriotes.

 

Comment voyez-vous le mandat de députée ?

Le mandat de députée est un rôle essentiel pour notre démocratie. Ce mandat, je le vois comme étant au service des citoyens et citoyennes de ma circonscription qui m'auront accordé leur confiance. Je mettrai toute mon énergie pour répondre aux attentes et besoins des Français.es de notre circonscription et porter mes valeurs écologistes et sociales dans tout mon travail législatif. 

Aujourd'hui, plus que jamais, les électeurs et électrices expriment une volonté d'inventer une autre façon de communiquer avec leurs représentant.es politiques. Je m'engage à faire des retours réguliers sur mon travail parlementaire et écouter leurs préoccupations. Cela peut prendre différentes formes telles que des réunions d'écriture collectives de propositions de loi et des assemblées citoyennes en présentiel et virtuelles pour faire de la politique autrement. 

Il y a également un travail essentiel de coopération avec les différentes institutions et parties prenantes dans les pays de la circonscription qu'il faut développer. Collaborer avec les autorités des différents pays est crucial pour comprendre les besoins spécifiques de nos concitoyen.nes à l'étranger et pour développer des solutions adaptées. En tant que députée, j'établirai des relations constructives et travaillerai en partenariat avec les acteurs locaux et internationaux.

Enfin, je pense que le rôle d'une députée des Français.es de l'étranger est aussi d'apporter une perspective sur ce qui se fait de mieux ailleurs. Il y a de nombreux aspects de notre modèle français dont nous sommes fier.es. Mais les pays de notre circonscription peuvent aussi, à certains égards, être sources d'inspiration en termes de politiques publiques. Par exemple, la société multiculturelle du Royaume-Uni enrichit nos perspectives, l'investissement dans les énergies renouvelables au Danemark est clé pour mener à bien la transition écologique, et des avancées dans le domaine de l'égalité femmes-hommes en Suède pourraient être répliquées en France. 

 

Quels sont, selon vous, les défis qui attendent les Français·es de votre circonscription ?

En 2022, avec mon équipe, nous avions réalisé un sondage auprès des électeurs et électrices de la circonscription d'Europe du Nord qui a recueilli plus de 900 réponses qui ont ensuite été analysées. Certaines priorités sont apparues : l'accès aux services consulaires, à l'éducation et la culture française, et à une mobilité verte pour les trajets entre la France et les pays de la circonscription.

Nous savons également que selon une étude de 2022 de l'Observatoire de l'Expatriation, l'environnement est la première préoccupation des Français⋅es de l'étranger. C'est une question essentielle pour le devenir de notre planète et des générations futures. Ensuite, c'est le thème de la protection sociale puis de l'éducation et de la formation. Et ça tombe bien, car ces sujets sont au cœur de mes préoccupations et de notre programme. 

 

Comment est organisée votre campagne et qui sont vos soutiens ?

À l'irresponsabilité du Président de la République qui décide d'une dissolution mettant le Rassemblement National aux portes du pouvoir, s'oppose la responsabilité des forces de gauche et écologistes et la solidité de notre programme. 

L'ensemble des militant.es des différents partis politiques de gauche font preuve d'une mobilisation exceptionnelle. Je reçois à ce titre, des centaines de messages de Français.es de tous les pays d'Europe du Nord qui souhaitaient faire campagne à nos côtés. Les citoyen.nes ont compris que nous sommes les seuls à pouvoir arrêter le Rassemblement National au regard du paysage politique actuel et à pouvoir donner un nouveau cap démocratique, écologique et social à notre pays.

Depuis deux semaines, nous menons une campagne sans relâche pour venir à la rencontre des Français.es de notre circonscription et présenter notre programme lors de cafés citoyens, de tractages, de porte-à-porte, de webinaires et d'événements culturels ou sportifs. 

Enfin, j'ai la chance de pouvoir compter sur le soutien de nos parlementaires représentant  les Français.es de l'étranger notamment Mélanie Vogel, Yan Chantrel, Mathilde Ollivier et Hélène Conway-Mouret ainsi que sur celui des Conseillers des Français.es de l'étranger en Europe du Nord. 

 

Quels sont les axes de travail que vous souhaitez mener à bien si vous êtes élue ?

Déjà, mon engagement écologiste m'amènera à agir de manière décisive pour préserver notre environnement et assurer un avenir durable pour les générations futures. Parce que l'écologie va de pair avec la justice sociale, j'agirai pour assurer un revenu et des conditions de vie dignes pour tous et toutes. 

Un autre sujet qui me tient particulièrement à coeur et celui de la lutte contre toutes les formes de discriminations, que ce soit le sexisme, le racisme, l'antisémitisme et les autres formes d'exclusion. Notre pays a un besoin urgent de respect mutuel et je suis déterminée à y contribuer activement au sein de l'Assemblée nationale.

Plus largement, le Nouveau Front Populaire a un programme détaillé et chiffré comprenant 150 mesures compilées sur 24 pages. Notre projet est non seulement nécessaire mais également viable économiquement. Alors oui, le Nouveau Front Populaire est une chance pour notre pays et pour les Français.es de l'étranger.

 

Sujets du moment

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions