Mardi 26 octobre 2021
TEST: 2269

ACCOUCHER EN GRANDE-BRETAGNE - Moins de confort, plus de naturel

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 19/08/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 13:33

 (BEST OF DE L'ETE) Vivre sa grossesse en Grande-Bretagne peut au premier abord déstabiliser les Françaises qui sont le plus souvent habituées à un suivi médical de la maman et du bébé avant, pendant et après la naissance. Moins médicalisée et moins confortable, l'expérience peut néanmoins être très bien vécue à condition de prendre l'initiative de s'informer et de s'y préparer. (Lire aussi : Accoucher en Grande-Bretagne  dans le cadre du NHS, ce qu'il faut savoir pour bien le vivre et L'alternative des associations)

[crédits photo: Steve Hix; Corbis]

Ca y est vous savez que vous êtes enceinte, car le test de grossesse qui vous avez acheté chez Boots, LLoyds Pharmacy, Sainsbury's ou dans un autre drugstore, vous l'affirme. Vous pensez utile de courir chez votre GP (General Practionner) pour qu'il vous fasse faire une prise de sang confirmant votre état et pour organiser au plus tôt un suivi médical. Halte là ! Ca ne se passe pas comme ça au NHS ( National Health Service (NHS), le système de santé public du Royaume-Uni). Tout d'abord, nombreux sont les GP, qui considèrent qu'un ?home test' est suffisant. Aussi, rares sont ceux qui vous proposeront un test d'urine pour confirmer son résultat. Quant à la prise de sang, n'y comptez même pas à ce stade.

Votre premier rendez-vous sera en fait fixé aux alentours du 3ème mois, soit à l'issue de la période à risque de fausses couches. Dans l'intervalle, sauf problème de santé grave, si vous avez des questions ou des doutes, l'accès à une oreille médicale attentive est quasiment impossible avec le NHS. Pour les anxieuses donc, mieux vaut s'en remettre aux médecins français à Londres ou lors d'une visite en France.

La première visite médicale à 3 mois
Lors de votre premier rendez-vous avec votre GP, ne soyez pas surprise s'il se contente de vous indiquer l'hôpital où vous enregistrer, en général le plus proche de votre domicile*. L'état d'esprit anglo-saxon en la matière est que, la grossesse n'étant pas une maladie, le GP n'a pas de temps à perdre avec vos questionnements sur l'évolution de votre corps et de votre bébé (notamment prise de poids, d'ailleurs il ne vous pèsera jamais pendant les prochains mois). "Ce défaut de contact personnalisé et le manque d'informations en début de grossesse est assez perturbant surtout pour un premier bébé car on se pose nécessairement beaucoup de questions, et on ne sait pas ce qui est normal ou pas" confie Clarisse future maman londonienne.

[crédits photo: corbis, TongRo Image Stock]

En fait, la personne auprès de laquelle vous pourrait tenter d'obtenir des informations, est une sage-femme. La première que vous rencontrerez est celle qui vous accueillera lors de votre enregistrement administratif à l'hôpital. Mais n'espérez pas, là encore, rencontrer une oreille attentive. Cette rencontre sert principalement à vous faire remplir quantité de papiers administratifs et à évaluer si votre grossesse est "à risque". Si aucun risque n'est détecté, son suivi sera réduit au strict minimum, lequel se résume à 3 examens médicaux : le Down's Test, qui évalue le potentiel de risque de trisomie 21. Plutôt fortement suggéré en France, en Grande-Bretagne, il n'est pratiqué que si vous le demandez ; une échographie à 12-14 semaines (dating scan) pour déterminer une date d'accouchement ; une seconde à 18-20 semaines (abnomaly scan) pour vérifier la normalité structurelle du bébé (la tête, structures cérébrales, c?ur, poumons, vessie, reins, intestin). "Mais ils ne s'attardent pas sur les mains par exemple pour s'assurer qu'il a bien 5 doigts. Cela ne fait pas partie des contrôles de normalité structurelles m'a-t-on expliqué " témoigne Clarisse qui attend sont premier enfant. Comparé aux visites médicales quasi-mensuelles pratiquées en France dès la découverte de la grossesse, la procédure britannique est sommaire. Là encore, le recours à des consultations complémentaires dans le système privé (ex. au Medicare Français) ou dans un centre  privé d'échographie peut en rassurer plus d'unes.

Le Birth Plan : un accouchement à la carte
Parallèlement, le NHS vous propose d'établir un "Birth Plan". Il s'agit d'un document remis par l'administration et qui vous permet de préciser vos souhaits relatifs à l'accouchement : lieu de son déroulement (à l'hôpital, dans un birth center (maternité), ou chez vous), si vous souhaitez recourir à une méthode antidouleur (Gas and air, Pethidine ou épidural). A vous de vous renseigner et de faire votre choix. "C'est grâce au birth plan que j'ai su que l'on pouvait accoucher dans l'eau et que j'ai pu indiquer que je ne souhaitais pas de péridurale, que le père ne souhaitait pas couper le cordon, et que je préférais qu'on me donne mon bébé qu'une fois lavé. Tout cela a été respecté." raconte Claire très satisfaite de son expérience à l'Hôpital de Euston Square.
Quand viennent les derniers jours de grossesse, pas la peine de penser à faire contrôler les battements de c?ur du bébé via un monitoring ou même la dilation du col. Cela ne se pratique pas. "Contrairement à ce que j'avais connu en France pour mes trois précédentes grossesses, en Angleterre, on n'a jamais contrôlé la dilation du col" témoigne Florence, maman d'une petite Marguerite née à Winchester (Hampshire) et de 3 garçons nés à l'hôpital Salpetrière à Paris. Si vraiment vous êtes anxieuse, on vous conseillera d'appeler un numéro de téléphone dédié. Votre interlocuteur vous posera alors des questions pour tenter de déterminer la nécessité de rencontrer une sage femme ou un médecin. Nul doute qu'en cas de gravité, le nécessaire est fait dans la majorité des cas, en particulier si votre grossesse a été classée à risque. Cependant, le plus souvent votre état est considéré comme normal. "On a le sentiment que l'évolution de la grossesse se fait ?à la grâce de Dieu' et sans prévention" confie Sibylle qui a accouché à Londres pour deux de ses 4 enfants.

*En pratique vous avez le choix entre deux hôpitaux à proximité de votre domicile, mais cette possibilité est rarement évoquée. Petit conseil : avant votre premier RDV chez le GP, renseignez-vous sur les hôpitaux proches de chez vous et visitez-les pour vous faire une opinion. Indiquez votre choix au GP lors de votre premier rendez-vous.

Le retour à la maison au bout de 24 heures

Le jour J, en principe, vous accoucherez selon la méthode que vous avez indiquée dans votre "Birth Plan". Ici encore, si votre grossesse n'a pas été déclarée à risque, vous ne verrez point de médecin, mais une sage-femme, le plus souvent accompagnée d'une étudiante. La délivrance se fait en général dans une pièce équipée très sommairement avec parfois une table sans étrier. Au moment de l'accouchement, le médecin ne se déplace que si la sage-femme l'estime nécessaire, c'est-à-dire en cas de complications. Si tout s'est bien déroulé, on vous invite très rapidement (dans les 2 heures qui suivent) à prendre une douche et à vous rendre dans une salle dortoir où des rideaux vous séparentd'autres mamans.

Contrairement à la France, où les infirmières vous proposent de garder le bébé la nuit pour vous permettre de vous reposer si vous le souhaitez, au Royaume-Uni, ce choix n'existe pas. Désormais, vous êtes la maman, responsable de son enfant, et qui doit savoir d'instinct le nourrir, le laver, le calmer, le bercer. Contrairement aux hôpitaux français qui fournissent, lait, couches, lait de toilette et bain durant tout le temps de votre séjour (3 jours minimum), au Royaume-Uni, vous ne restez en général qu'entre 12 et 24 heures, et c'est à vous d'apporter tous le matériel nécessaire lors des premières heures de vie de votre bébé. Si vous avez des questions sur la façon de donner le bain, le soin du nombril, le genre de couches appropriées, la façon de le tenir lors des changes, c'est à la sage-femme, qui passera vous voir après l'accouchement chez vous pour vérifier que tout va bien, que vous devrez vous adresser. En théorie, celle-ci doit passer le lendemain de la naissance, puis elle espace ces visites progressivement. Pour peser votre bébé et vérifier qu'il grossit normalement, vous pouvez vous déplacer dans l'unité dédiée de votre Surgery (centre médical du GP). C'est aussi là que ce feront fait plus tard les différents vaccins. [crédits photo: Monalyn Gracia, Corbis]

Tiphaine Beausseron (www.lepetitjournal.com/Londres) lundi 17 janvier 2011

Accoucher en Grande-Bretagne  dans le cadre du NHS, ce qu'il faut savoir pour bien le vivre :
-Suivi médical de la grossesse réduit au minimum en l'absence de risque déclaré
-Choix plus large des méthodes d'accouchement
-Birth Plan :
http://www.nhs.uk/Planners/pregnancycareplanner/pages/birthplan.aspx
-Incitation à utiliser les méthodes naturelles (péridurale peu fréquente, allaitement fortement suggéré)
-The National Childbirth Trust :
http://www.nct.org.uk/home : informations et relais local
-Examens médicaux et accouchement entièrement gratuits dans le NHS. Si vous optez pour le privé, sachez que très peu de compagnies d'assurance prennent en charge ces dépenses et qu'il faut compter un minimum £5000.
-Temps de séjour à l'hôpital très court (entre 12h et 24h) si tout est normal
-Contrôle et suivi de l'état de santé de la mère après l'accouchement quasi-inexistant (notamment pas de contrôle spontané de l'évolution des éventuels points de sutures, pas de rééducation du périnée encadrée)

L'alternative des associations: Si, en raison du manque d'informations délivrées par votre centre médical, vous vous sentez insatisfaite et isolée, adhérer à une association spécialisée pourra alors vous être utile. A cet égard l'association NCT offre de tas de conseils pratiques, des cours de préparation à l'accouchement et la possibilité de parler avec des spécialistes. "J'ai trouvé cela très bénéfique d'autant que vous rencontrez localement des mamans qui sont dans la même situation que vous et qui habitent le quartier. Quand on est expatriée, c'est très rassurant de pouvoir se créer un réseau d'amies" , explique Clarisse à la veille de naissance à son premier enfant. Mais le service délivré par l'hôpital peut vous suffire. "A l'hôpital de Euston Square, j'ai bénéficié de cours de préparation à l'accouchement, et j'ai visionné une vidéo sur les gestes à faire ou ne pas faire lors de l'allaitement" témoigne Claire, aujourd'hui maman d'un petit Tiago en pleine santé. En résumé, avant l'accouchement, c'est à vous, future maman, de vous débrouiller pour vous informer, et vous préparer psychologiquement et physiquement. Ce n'est qu'en cas de risque grave que vous serez prise en charge de manière individualisée.

Lire aussi l'article de la rubrique Expat du Petitjournal.com : MATERNITE ? Accoucher à l'étranger, une bonne idée ?

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet