Vendredi 17 septembre 2021

Covid-19 : conséquences de la pandémie sur l’emploi au Portugal

Par Alexandre Klein | Publié le 24/03/2021 à 23:30 | Mis à jour le 25/03/2021 à 23:29
Photo : © Anna Shvets - Pexels
Pandémie et emploi au Portugal

Les conséquences de la troisième vague de Covid-19 au Portugal

Le marché du travail souffre de la baisse de l'activité économique provoquée par la nouvelle vague de Covid-19 un peu partout au niveau planétaire et le Portugal n’y échappe pas.  Plus de 125.000 emplois ont été perdus entre les mois de novembre et janvier selon l’Institut National de la Statistique (INE), au Portugal.

La nouvelle baisse de l'activité économique enregistrée au Portugal depuis la fin de l'année dernière a eu des conséquences négatives sur le marché du travail en particulier au niveau de l'emploi. En décembre 2020, mois pour lequel l’INE possède des statistiques définitives, il y a eu une perte d'environ 38.000 emplois, soit 0,8%. En janvier 2021, selon des données encore provisoires, la baisse du nombre d'emplois a atteint le chiffre de 79.000, soit 1,7%.

Selon les données de l'INE pour le mois de janvier 2021, le Portugal a enregistré une baisse de 170.000 emplois par rapport à janvier 2020, soit une baisse de 3,5%. Cependant, lorsque l’on regarde le taux de chômage, la baisse enregistrée sur le marché du travail n'est pas si évidente. Toujours selon l’INE, en décembre 2020, le taux de chômage a même baissé, passant de 7,1% à 6,8% de la population active, puis est remonté à 7,2% en janvier 2021, avant de connaître une nouvelle augmentation de 1,8% le mois suivant. Le mois de février 2021 devient donc le mois qui comptabilise le plus grand nombre de chômeurs (431.843) depuis mai 2017. Cela constitue une augmentation de près de 37% par rapport au début de l’année 2020.

Cet effet modéré sur le taux de chômage s'explique par le fait que, pendant les périodes de confinement, la recherche d'emploi a été entravée par des problèmes pratiques (comme le fait de ne pas pouvoir passer d’entretien). Pour l´INE une personne qui ne déclare pas une réponse positive à une offre d'emploi au cours du dernier mois, n'est pas comptabilisée comme chômeur, mais est incluse dans la population inactive.

En effet, en décembre 2020 et janvier 2021, comme au début de la pandémie, il y a eu une augmentation très significative de la population inactive. Celle-ci a compté environ 125.000 personnes de plus entre novembre 2020 et janvier 2021. Le taux d'inactivité (qui correspond au pourcentage des hommes et des femmes qui ne sont ni employés ni au chômage) est passé de 33,6% en novembre à 34,4% en décembre 2020, puis est passé à 35,2% en janvier 2021.

 

Les mesures gouvernementales afin de relancer l’emploi

Afin de lutter contre les conséquences de la pandémie, le gouvernement a annoncé, dans le cadre du plan de déconfinement dévoilé le 11 mars 2021, de nouvelles mesures de soutien à l’emploi ainsi qu’à l’économie. Celles-ci ont pour but de venir en aide aux entreprises, ainsi qu’aux travailleurs, pour un total de 7.000 millions d’euros débloqués.

Afin de favoriser l’embauche, le gouvernement annonce, toujours dans le cadre du plan de déconfinement, une aide forfaitaire directe pour les entreprises, notamment lors de l’embauche de jeunes, de personnes en situation de handicap.
Le programme d’aide APOIAR a également été prolongé jusqu’au 19 mars et pour des situations particulières au 25 mars. Ce programme est un instrument de soutien à la trésorerie des entreprises, qui opèrent dans des secteurs particulièrement touchés par les mesures de confinement. Celui-ci a été étendu à de nouveaux secteurs d’activités, comme la pâtisserie et la boulangerie.

Cependant, ces mesures visant à la relance de l’emploi et de l’économie n’ont pas été bien accueillies par l’Associação Empresarial de Portugal (AEP). Celle-ci a analysé et évalué les nouvelles mesures de soutien aux entreprises et à l'économie annoncées par le gouvernement lors de la présentation du plan de déconfinement, en les jugeant « insuffisantes ».

L’AEP a déclaré le 13 mars 2021 que « Une fois de plus, les mesures annoncées sont insuffisantes ». L’une des raisons, explique-t-elle dans un communiqué, est le fait que « les 7.000 millions d'euros - seulement une petite part (1.160 millions d'euros) - se réfèrent à un soutien non remboursable ».

Le gouvernement devra donc continuer de dialoguer avec les différentes parties prenantes, afin de trouver un consensus, et de redresser un pays fortement touché par la pandémie.

 

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Jovani Marie Claire jeu 25/03/2021 - 18:18

Merci. Vos sujets sont toujours très intéressants.

Répondre