Jeudi 21 octobre 2021
TEST: 3752

La musique des Andes, nouvelle génération !

Par Le Petit Journal LIMA | Publié le 15/06/2021 à 08:00 | Mis à jour le 15/06/2021 à 11:32
Photo : © Renata Flores
La musique des Andes, nouvelle génération !

De jeunes artistes péruviens n’hésitent pas à mélanger les sons traditionnels de la musique des Andes avec des styles tels que le rock, la trap et le hip hop, tout en continuant de chanter en quechua.

 

La musique des Andes est au cœur de l’identité péruvienne

Dans le calendrier andin, juillet est un mois très particulier car à cette période, les peuples andins organisent d'importantes fêtes comme celle de l'Inti Raymi en l'honneur du Soleil. Ils célèbrent également la fête du paysan (24 juin) ou encore le jour de la chanson andine (15 juin), un festival qui est né grâce à l'initiative de divers chanteurs andins, dont Amanda Portales, connue sous le nom de « La fiancée du Pérou. C'est une initiative très importante car pour des raisons de racisme ou d'indifférence, ce genre musical a longtemps été oublié. Heureusement, les choses ont commencé à changer et la musique andine est maintenant un peu plus acceptée et elle est devenue un élément fondamental de l'identité péruvienne.

La musique des Andes a conservé à travers le temps tout l'héritage des peuples préhispaniques auquel se sont ajoutés les genres musicaux et les instruments apportés par les conquérants, créant ainsi une musique beaucoup plus riche et plus complexe. Sa diversité est telle qu'il est très difficile de dresser une liste des différents genres, styles et instruments. Selon leur situation géographique, les genres musicaux, les styles et même les noms diffèrent. Parmi les plus connus, on retrouve entre autres le huaino, le kashua, le wifala et le chuta chutay. De même, les instruments de musique peuvent avoir des formes différentes dans chaque zone des Andes. Parmi les plus utilisés figurent la quena, la flûte de pan, le charango et la harpe ; mais aussi d'autres instruments qui sont utilisés dans les rituels de fertilité comme le wakrapuku, le clairon ou le pinkuyllu.

 

Des nouveaux sons pour une musique andine toujours chantée en quechua

Il y a eu beaucoup de grands interprètes et chanteurs de la chanson andine tels que Raúl García Zárate, Jaime Guardia, Manuelcha Prado, Pastorita Huaracina (María Alvarado Trujillo), Martina Portocarrero ou la princesse de Yungay (Angélica Harada Vásquez), mais depuis très peu de temps il y a eu une nouvelle génération d'artistes qui mélangent les sons traditionnels de la musique des Andes avec des styles tels que le rock, la trap et le hip hop. Et le meilleur, c'est qu'ils le font en chantant en quechua, la langue andine la plus parlée par les anciens Péruviens avant l'arrivée des Espagnols.

Renata Flores est l'une des artistes les plus représentatives de cette génération. Inspirée par le groupe « Uchpa » (Cendres en français), l'un des pionniers dans le mélange du traditionnel et de la musique venue de l'étranger puisqu'il a été l’un des premiers à chanter en quechua sur du rock and roll et du blues, Renata s'est fait connaître dès l’âge de 14 ans grâce aux adaptations qu'elle a faites de chansons de chanteurs connus dans le monde entier comme Alicia Keys ou Michael Jackson. Ses chansons s'inspirent de thèmes sociaux car elles font allusion au féminisme, à la discrimination ou à la pauvreté dont souffrent de nombreuses filles dans les Andes. En 2021, elle a présenté son premier album « Isqun », dans lequel se trouvent des chansons inspirées de la vie de grandes femmes de l'histoire péruvienne.

 

Sans lien de parenté bien qu'il porte le même nom de famille que Renata, Ricardo Flores se fait appeler Liberato Kani (amoureux de la liberté). C'est un jeune de Lima qui, poussé par des problèmes économiques et familiaux, a dû partir vivre avec sa grand-mère dans les Andes où il a appris le quechua. De retour à Lima, il découvre le hip hop et depuis lors, il n'a cessé de composer des chansons dans lesquelles il parle de la rébellion des peuples des Andes et de la rencontre du monde occidental avec les Andes. Il vient de sortir son deuxième album intitulé « Pawaspay » dans lequel on retrouve l'influence de groupes comme Rage Against the Machine et Beastie Boys associée à toute la puissance de la musique traditionnelle andine.

 

Luis Dallamont, est un jeune homme d'Ayacucho connu sous le nom de Kayfex, qui depuis l'âge de 13 ans fusionne les rythmes andins péruviens avec les rythmes venus de l’étranger. Depuis lors, sa carrière ne s’arrête plus, il collabore avec d'autres artistes tels que Renata Flores, Vibarco (compositeur de certains tubes de Maluma), et avec d'autres compositeurs de chansons interprétées par des artistes tels que Jennifer Lopez, Natty Natasha ou Becky G. En 2019, il a signé un contrat avec la multinationale Warner Chappel Music.

 

Rédaction : Pablo Solórzano – Guide touristique

 

0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Lima

La peine de mort est-elle vraiment abolie au Pérou ?

Afin de mettre fin aux homicides judiciaires, chaque 10 octobre est organisée la journée mondiale contre la peine de mort, mais qu’en est-il au Pérou ? Est-il possible d'y appliquer la peine capitale