Samedi 23 octobre 2021
TEST: 3752

La Coca : feuille sacrée des Incas

Par Lorena BERTIN | Publié le 24/08/2021 à 08:00 | Mis à jour le 24/08/2021 à 08:00
Photo : ©Lorena Bertin
La Coca : feuille sacrée des Incas

Cette plante ancestrale d’Amérique du Sud est un symbole de la culture andine. Connue pour ses bienfaits thérapeutiques et son importance culturelle, qui est-elle vraiment ?

Originaire du Pérou, de Bolivie et de Colombie, elle fait partie de l’identité nationale. Issue de la famille des érythroxylacées, résistante aux parasites et très fertile, sa récolte peut aller jusqu’à 6 fois par an. Mais ses caractéristiques sont parfois inconnues et cette plante est facilement vulgarisée. En effet, la cocaïne est un dérivé de la plante. Il ne faut toutefois pas les confondre. La feuille de coca présente de nombreux avantages nutritionnels et médicinaux. La feuille absorbe l'énergie solaire et dégage de l’oxygène une fois consommée, qu’elle soit mâchée, infusée ou transformée.

 

La Coca : feuille sacrée des Incas
©Lorena Bertin 

 

Les substances naturelles de la feuille de coca

Sa consommation n’est pas une dépendance mais une habitude. Les acides aminés et vitamines qu'elle contient en font la plante la plus complète en azote non protéique, ce qui permet d'éliminer les toxines et les pathologies de l'organisme. Cette feuille “miracle” présente 14 alcaloïdes, en voici les principaux. 

  • Écgonine : métabolisation des graisses et des glucides. Il fluidifie le sang.
  • Pectine : anti-diarrhéique et régule la production de mélanine pour la peau.
  • Papaïne : accélère la digestion.
  • Globulin : cardiotonique qui régule le manque d'oxygène dans l'environnement et améliore la circulation sanguine. Il prévient le mal de l'altitude.
  • Pyridine : augmente l'apport sanguin et améliore l'organisme en général.
  • Quinoline : Avec le phosphore et le calcium, il prévient la formation de caries.
  • Conina : est un anesthésiant puissant.
  • Inulin : améliore le fonctionnement du foie, la sécrétion de la bile et son accumulation dans la vésicule biliaire. Il favorise l'élimination des substances toxiques non physiologiques. 
  • Benzoin : propriétés thérapeutiques pour les gastrites et les ulcères. 
  • Reserpine : régule la pression sanguine en cas d'hypo et d'hyper tension.

 

La Coca : feuille sacrée des Incas
©Lorena Bertin 

 

Les rituels religieux autour de la coca

La lecture de la coca est pratiquée par les cultures pré-Inca et Inca. Ces communautés ont hérité d’un don pour invoquer son esprit. Ils entrent dans un état de conscience supérieur pour prédire l'avenir en se basant sur l'interprétation et la localisation des feuilles. 

Dans la philosophie andine, la coca a été créée par la Terre Mère. Elle a pour but de guider, guérir, gouverner et anticiper les mouvements de la vie. Lors de cérémonies, on la remercie pour ce qu'elle donne en faisant des offrandes. La coca en est l’élément principal. Ce rituel ancestral est un signe de respect et d'interaction entre l'homme et la nature.

La feuille de coca a permis la fusion du christiannisme et des divers dieux et cultes andins. Le célèbre artiste contemporain Pachacutec Huamãn Yuca réalise une œuvre en fer blanc, représentant la vierge catholique. Elle tend dans ses mains trois feuilles de coca. Cette œuvre uni les deux mondes religieux et démontre la persistance des Andins à maintenir leur foi spirituelle dans la coca que le catholicisme n'a pas pu effacer.

 

La Coca : feuille sacrée des Incas
©Lorena Bertin 

 

La commercialisation de la coca lors de la conquête des Espagnols 

Dès leur arrivée sur le territoire, les Espagnols ont interdit la consommation de la coca dans le cadre des activités religieuses et magiques de la culture inca. Ils prétendaient que le peuple andin communiquait avec le mal. C’est après de longs voyages, que les soldats ont eu recours à la coca pour soulager leurs douleurs. Toutefois, la production et la commercialisation n’ont cessé d’être contrôlées notamment dans le centre minier de Potosí en Bolivie. En 1949, le gouvernement péruvien établit des lieux spécifiques de ventes. C’est en 1978, que les autorités attribuent le monopole de la commercialisation à l’Entreprise Nationale de la Coca (Enaco). Cette feuille a toujours été contrôlée depuis l’époque inca et elle continuera de l’être.

 

La Coca : feuille sacrée des Incas
©Lorena Bertin 

 

La coca et Coca-Cola 

Coca-Cola est sans aucun doute l'une des marques les plus connues au monde. Même si sa recette exacte reste un mystère au nom du secret industriel, on sait qu’en plus d’utiliser graines de noix de kola, cette fameuse boisson gazeuse contient des feuilles de coca. Breveté par John Pemberton le 8 mai 1886, il prétend que le prototype soulage les maux de tête et guérit de nombreuses maladies. Pour 23 000 dollars, il vend son concept à Coca Cola Company. Aujourd'hui, la société utilise l'extrait de feuille de coca formulé par Stephan Company, la seule société aux États-Unis autorisée à isoler l'alcaloïde nécessaire à la fabrication de la boisson. La société importe principalement la feuille de coca du Pérou.

 

La Coca : feuille sacrée des Incas

 

Lorena Bertin Lepetitjournal Lima

Lorena BERTIN

Étudiante en Master à l'École de Journalisme de Nice, je réalise mon premier stage pour l'édition Lepetitjounal.com de Lima au Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Lima

La peine de mort est-elle vraiment abolie au Pérou ?

Afin de mettre fin aux homicides judiciaires, chaque 10 octobre est organisée la journée mondiale contre la peine de mort, mais qu’en est-il au Pérou ? Est-il possible d'y appliquer la peine capitale