Mercredi 27 janvier 2021

Il y a 20 ans, au Pérou…

Par Guillaume Flor | Publié le 12/01/2021 à 07:30 | Mis à jour le 12/01/2021 à 18:41
Photo : © Daniel Silva
20ans pérou 2001

Lepetitjournal.com fête ses 20 ans, il a vu le jour le 11 janvier 2001 au Mexique. Que se passait-il, il y a 20 ans, au Pérou ? Revenons sur trois événements qui ont marqué l’année 2001 au Pérou.

 

Le 4 juin 2001 : Fondation de la « Commission de la Vérité et de la Réconciliation »

La CVR est une commission péruvienne chargée d'élaborer un rapport sur le conflit armé péruvien qui a eu lieu entre 1980 et 2000. Elle a été créée par le président de l’époque Valentín Paniagua et était formée par divers membres de la société civile. Son président était Salomón Lerner Febres, alors docteur en philosophie et recteur de l'Université Pontificale Catholique du Pérou.

Au-delà de ses recherches sur la violence armée du Sentier lumineux et du Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru (MRTA), la commission a cherché à analyser les racines profondes de cette violence et a enquêté sur la répression militaire contre ces guérillas. Pour cela, elle a récolté le témoignage de près de 17.000 personnes et a organisé 21 audiences publiques avec les victimes de la violence, auxquelles plus de 9.500 personnes ont assisté.

Le rapport final de la Commission a été rendu public le 28 août 2003. Il se divise en trois parties : ce sont d’abord le processus, les faits et les victimes qui sont détaillés, puis les facteurs qui ont permis le développement du conflit et enfin, les séquelles et quelques recommandations. La CVR a constaté que le conflit armé qu'a vécu le Pérou entre 1980 et 2000 est l'épisode de violence le plus intense, le plus étendu et le plus long de toute son histoire républicaine. En effet, la CVR estime à 69.280 personnes les victimes du conflit, parmi lesquelles une large majorité vivait dans une situation d'extrême pauvreté et d'exclusion sociale.

La CVR considère que la cause fondamentale du déchaînement de la violence lors du conflit armé a été la décision du Sentier Lumineux d'initier la lutte armée contre l'État péruvien, au moment même où le Pérou retrouvait la démocratie et les élections libres. Le groupe maoïste est imputé de la majorité des crimes et des violations des droits de l'homme. L’organisation terroriste est notamment responsable de violence au cœur des villes, avec des attentats à la voiture piégée, dont le plus célèbre est celui de la rue Tarata dans le district de Miraflores à Lima. La stratégie de la direction nationale du Sentier Lumineux était clairement l'implantation de la terreur.

Le conflit armé interne a laissé des séquelles importantes sur tous les plans de la vie nationale péruvienne, détruisant l'ordre démocratique et social et accentuant la pauvreté et les inégalités. Les migrations ont été également très importantes durant le conflit, de nombreuses personnes ont fui les zones de violence pour se réfugier dans les villes. La réparation nationale passe, selon la CVR, par la sauvegarde de la mémoire et la réintégration sociale des victimes de ces années de violence.

 

Le 23 juin 2001 : Tremblement de terre dans le sud du Pérou

Également appelé le séisme d’Arequipa, le tremblement de terre de 2001 au Pérou fut une secousse d’une magnitude de 8.4 sur l'échelle de Richter. Il a eu lieu à 15h33 (heure locale) et a frappé les régions d'Arequipa, de Moquegua et de Tacna. À l’époque, c'est le tremblement de terre le plus dévastateur au Pérou depuis celui de 1970.

Bien que l’épicentre soit situé à 83 km de la ville d’Atico au nord d’Arequipa (deuxième ville du Pérou) et à une profondeur de 33 km, le séisme fut ressenti également dans le nord du Chili, dans la région d'Arica, et en Bolivie, touchant ainsi une zone de 40.000 km2. Cette région est l’une des zones sismiques les plus actives au monde puisqu’elle correspond au point de frottement entre la plaque de Nazca celle de l’Amérique du Sud sous laquelle elle s’enfonce.

Selon L’Institut de Défense Civile (INDECI), ce sont 220.000 habitants qui ont souffert des conséquences du séisme. Trente minutes après la secousse, un tsunami atteignant les 7 mètres de haut par endroit s’est enfoncé jusqu’à un kilomètre à l'intérieur des terres. Le bilan est de 65 morts (dont 26 à cause du tsunami), près de 2.700 blessés et 24.500 maisons complètement détruites.

 

Le 29 décembre 2001 : Incendie de Mesa Redonda à Lima

Mesa Redonda est un quartier du centre de Lima, dans le secteur de Barrios Altos, une des zones les plus anciennes de la ville qui souffre d’un urbanisme en partie détérioré. En quelques années, ce quartier est devenu une zone très commerciale basée sur l’économie informelle. Une zone en pleine effervescence au moment des fêtes de fin d’année où malgré les interdictions était vendu du matériel pyrotechnique, entreposé dans les locaux sans aucune mesure de sécurité.

À 19h15, le samedi 29 décembre 2001, la démonstration d’un feu d’artifice par un vendeur informel a déclenché l’incendie d’un local adjacent où étaient entreposés plusieurs caisses de matériel pyrotechnique provoquant ainsi une série d’explosions. Le feu s’est ensuite propagé très rapidement dans les galeries commerciales puis s’est étendu à tout le quartier.

Mesa Redonda était identifié comme une zone à risque étant donné sa surexploitation commerciale. Il était par ailleurs admis que 900 tonnes de matériel pyrotechnique étaient entreposées dans ses galeries où des dizaines de personnes se sont finalement retrouvées piégées par l’incendie. Cette tragédie a causé la mort de 277 personnes et il est estimé qu’également plus de 500 personnes ont été blessées.

 

Nous vous recommandons

guillaume flor

Guillaume Flor

Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Responsable de la publication à Lima – Pérou pour LePetitJournal.com
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Des vêtements confectionnés par des détenus à Lima

Rien ne prédestinait Thomas Jacob, un breton d’une trentaine d’années, ancien chasseur de tendance pour Chanel, à créer sa marque de vêtement au Pérou et encore moins en employant des prisonniers.

Vivre à Lima

Une carte sonore des langues autochtones ou indigènes du Pérou

Le Pérou est un pays pluriel avec des langues diverses. Apprenons-en plus sur les langues parlées dans les différentes régions du Pérou grâce à la carte sonore créée par le Ministère de la Culture.