TEST: 3752

Qhapaq Ñan, le « grand chemin inca » qui s’étend sur six pays

Par Le Petit Journal LIMA | Publié le 03/02/2022 à 08:00 | Mis à jour le 03/02/2022 à 11:23
Photo : © GFLOR
Qhapaq Ñan, le « grand chemin inca » qui s’étend sur six pays

Long de plus de 60.000 kilomètres, le Qhapaq Ñan est un réseau de routes qui unissait l'ensemble de l’Empire inca, le Tahuantinsuyo, en reliant les centres de production, administratifs et cérémoniels.

Le Qhapaq Ñan, qui en quechua signifie "Grand Chemin Inca", s'étend à travers les territoires de l'Argentine, de la Bolivie, du Chili, de la Colombie, de l'Équateur et du Pérou. Il a été inscrit en 2014 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, dans la catégorie des itinéraires culturels ; au total, 780 kilomètres ont été déclarés patrimoine mondial, dont 250 kilomètres au Pérou.

 

Qhapaq Ñan, le chemin inca qui s’étend sur six pays
© PromPerú

 

Sur les plus de 60.000 kilomètres qui composent le Qhapaq Ñan, plus d'un tiers traverse le Pérou ; environ 23.000 km de routes. Le Pérou abrite d'importants vestiges de ce grand réseau routier dont la plus grande partie est située autour de Cusco où se trouve d’ailleurs le point de départ, Huacaypata, l’actuelle Plaza Mayor de Cusco. Mais il existe également des routes qui passent le long du lac Titicaca à Puno ou encore entre Vilcashuamán et Pisco. En effet, le chemin passe par la chaîne de montagnes centrale et longe une partie de la côte péruvienne jusqu'à atteindre la Huaca Cabeza de Vaca à Tumbes. Près de Lima, une partie de cette route traverse le site archéologique de Pachacamac.

 

Le Qhapaq Ñan constitue une expression inestimable du développement et de l'unification de l'Empire inca

Ce réseau de routes était le soutien vital de l'Empire inca ; un symbole de sa force et de son extension, ayant la Cordillère des Andes comme épine dorsale. Il remplissait un rôle essentiel dans les communautés, car non seulement il reliait une ville à une autre, mais les routes étaient utilisées comme moyen de transfert de connaissances, d'idées, de biens, de coutumes et de produits ; reliant et intégrant divers espaces écologiques caractéristiques de la région andine.

Les « tambos » étaient des lieux importants sur cette grande route, construits principalement en pierre et en terre, ils servaient de logement et de stockage. Ces refuges étaient séparés par une distance de 20 à 30 kilomètres et disposaient toujours en réserve de ressources de base (eau et nourriture).

Il convient de noter que la construction de ces routes a commencé avec les civilisations pré-incas telles que les Moche, Chimús, Waris et Tiahuanacos. Mais ce sont les Incas qui ont achevé et perfectionné un réseau beaucoup plus élaboré et organisé qui n'était pas seulement utilisé pour la communication entre les villes, mais qui servait également d’élément de défense pour le Tahuantisuyo.

De nombreuses sections du Qhapaq Ñan présente deux routes parallèles. Une route principale sur laquelle passaient l'Inca, sa cour et ses armées, tandis que l'autre était destinée au peuple.

 

Qhapaq Ñan, le chemin inca qui s’étend sur six pays
© PromPerú

 

Qhapaq Ñan, un réseau de chemins qui réunit six pays

En Argentine, ces routes traversent les provinces de Salta, Jujuy, Catamarca, Tucumán, Mendoza, San Juan, La Rioja et Santiago del Estero. Dans cette région, les Incas ont démontré une véritable domination militaire et culturelle des frontières politiques, ainsi qu'une tradition religieuse unique au monde.

En Bolivie, le Qhapaq Ñan traverse le tronçon Desaguadero – Viacha, qui entoure le lac Titicaca et passe par d'importants sites rituels qui sont encore aujourd'hui utilisés par les populations Aymara qui vivent sur le plateau de Collao.

Au Chili, le réseau couvre les régions d'Arica et Parinacota, Tarapacá, Antofagasta et Atacama. En 2000, l’existence de deux variantes du chemin inca a été découverte partant de la vallée de l'Aconcagua pour finalement se rejoindre près de la colline de San Cristóbal à Santiago.

En Colombie, le Qhapaq Ñan relie huit municipalités du département de Nariño, d'Ipiales à Pasto, en passant par les villes de Potosí, Gualmatán, El Contadero, Funes, Yacuanquer et Tangua.

En Equateur, le chemin va du Nudo de Azuay au nord, en passant par Cuenca et Quito, jusqu'à atteindre Pasto, en Colombie.

 

Qhapaq Ñan, le chemin inca qui s’étend sur six pays
© PromPerú

 

Aujourd’hui, le Qhapaq Ñan unit encore de nombreuses communautés péruviennes ; il continue de jouer le rôle de réseaux de communication, de production et d'échange entre les différentes populations qui se déplacent le long de ces chemins.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lima !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale