Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 3752

Le Lycée français de Lima réouvre progressivement ses portes

Par Guillaume FLOR | Publié le 14/10/2021 à 18:30 | Mis à jour le 15/10/2021 à 06:45
Photo : © Colegio Franco Peruano
Le Lycée français de Lima réouvre progressivement ses portes

Tout comme une quinzaine d’écoles pilotes à Lima, le Franco Péruvien accueille à nouveau des élèves avec une reprise des cours en semi-présentiel : un véritable enjeu pour la santé mentale des jeunes.

Grâce à un projet pilote approuvé par le Ministère péruvien de l'Éducation, le retour en classe des élèves a pu avoir lieu au Lycée français de Lima. En effet, suivant un protocole sanitaire rigoureux et sous le format semi-présentiel, les cours ont repris le lundi 4 octobre. Les équipes du « Franco Peruano » ont accueilli, dans une première phase, les enfants de maternelle, de CP et de CE1, avec pour objectif principal de redonner du lien social, tout en poursuivant les apprentissages dans les meilleures conditions possibles.

Quasiment 19 mois sans classe, c’est une bonne nouvelle que nous soyons tous de retour à l’école. C’est un retour qui se veut progressif, volontaire et flexible.

Marcel Salvetat, Proviseur du Lycée français de Lima (Canal 2, le 5 octobre 2021).

 

La seconde phase du plan pilote a débuté ce lundi 11 octobre avec le retour en semi-présentiel des élèves des classes de CE2, CM1 et CM2. Et enfin, ce sont les élèves du secondaire (de la 6ème jusqu’à la Terminale) qui pourront retourner en cours, toujours dans un schéma semi-présentiel, à partir du lundi 18 octobre.

 

Le Lycée français de Lima réouvre progressivement ses portes

 

Garantir un retour en classe en toute sécurité

Le Franco Péruvien a mis en place toute une série de mesures et a embauché 12 personnes supplémentaires pour assurer le bon fonctionnement de la vie scolaire dans le respect de toutes les normes de sécurité sanitaire en vigueur. Chaque classe n’accueille que 9 élèves maximum au lieu d’une vingtaine avant la pandémie, car deux mètres sont prévus entre les tables pour respecter la distanciation sociale.

Une signalisation importante, au sol et sur les murs, a été installée pour suivre les recommandations du plan sanitaire, tout comme de nombreux points d’eau pour se laver les mains. Le protocole prévoit aussi une fiche médicale, « Ficha de sintomatología », à remplir tous les matins avant l'entrée des enfants dans l’établissement.

 

Le Lycée français de Lima réouvre progressivement ses portes

 

Le Lycée français de Lima réouvre progressivement ses portes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par ailleurs, les élèves qui ont fait le choix de ne pas venir à l’école pourront également suivre le cours grâce à des caméras disposées dans toutes les salles de classe. Ce sera le même cours pour ceux qui sont présents au « Franco Peruano » et pour ceux qui sont restés chez eux.

Les pourcentages d’élèves accueillis ou inscrits dans le plan pilote du Lycée français de Lima, en date du 7 octobre, étaient : Maternelle - 84%, Élémentaire - 74%, Collège - 50%, Lycée - 38%. Soit un total de 61%.

Il n’y a donc pas de reprise pour la totalité des élèves. Pour certains, le retour en présentiel n’est toujours pas une option, comme pour Rosario, infirmière à Lima : « Les enfants ici au Pérou ne sont pas vaccinés et à ce jour le taux d'infection augmente, en particulier chez les enfants, nous devons donc être très prudents. J'ai deux filles de 6 et 8 ans et pour rien au monde je ne les enverrai en cours en présentiel bien qu'elles étudient dans une bonne école. Les enfants et de nombreux professeurs n'ont pas encore été vaccinés. Attendons et prions pour que tout le monde puisse se faire vacciner afin de lutter contre cette pandémie ».

D’un autre côté, puisque les fermetures prolongées d'écoles peuvent causer des dommages irréparables dans l'apprentissage, sur la santé mentale et le développement socio-émotionnel des enfants, des voix ont commencé à s’élever pour la réouverture des écoles. Rappelons que les écoles sont fermées depuis presque deux ans au Pérou, alors que tout le reste est ouvert (centres commerciaux, restaurants, bars, musées, cinémas, piscines…).

                                

Les effets néfastes du COVID-19 sur la santé mentale des enfants

Selon l'UNICEF, les effets du COVID-19 sur la santé mentale et le bien-être des enfants et des jeunes pourraient persister pendant de nombreuses années. La toute récente analyse de l'ONG sur la santé mentale des enfants, des adolescents et des soignants au 21e siècle, montre que plus d'un adolescent sur sept âgé de 10 à 19 ans souffre d'un trouble mental diagnostiqué dans le monde.

La Situation des enfants dans le monde 2021. Dans ma tête : Promouvoir, protéger et prendre en charge la santé mentale des enfants.

Au Pérou, comme dans le reste du monde, la pandémie a contraint la grande majorité des parents à rester à la maison avec leurs enfants. Selon l'étude « La santé mentale des enfants et des adolescents dans le contexte du COVID-19 », réalisée fin 2020 conjointement entre le Ministère péruvien de la Santé (Minsa) et l'UNICEF, 73,4% des parents estiment que rester à la maison pendant la quarantaine a affecté la santé mentale de leurs enfants. De plus, suite à cette enquête, Minsa rapporte également qu’au Pérou 29,6% des adolescents entre 12 et 17 ans risquent de souffrir d'un problème de santé mentale ou émotionnelle.

 

guillaume flor

Guillaume FLOR

Responsable de l'Édition Lepetitjournal.com de Lima au Pérou. Diplômé en Sciences de l'Information et de la Communication. Depuis plus de 20 ans hors de France : Mexique, Canada, Equateur, Costa Rica, Colombie, Brésil, Espagne et Pérou.
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Lima ?

Juli, la "petite Rome d'Amérique"

Sur les rives du lac Titicaca, à une heure de trajet de Puno, capitale de la région, Juli doit son surnom à l’intense ferveur religieuse et à toutes les églises que l'on peut y trouver.

Expat mag

Tel Aviv

Pourquoi fête-t-on Hanouka ?

Dimanche soir, la 1ère bougie de la Ménorah était allumée afin de célébrer Hanouka. Pendant 8 jours, pratiquant ou non, de nombreuses personnes de confessions juives vont allumer, jour par jour