Mercredi 18 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

« Race For Water », une odyssée écolo de 5 ans, en escale à Jakarta

Par Valérie Pivon | Publié le 02/07/2019 à 23:30 | Mis à jour le 02/07/2019 à 23:30
race4water école mix énergie Jakarta bateau

Battant pavillon Suisse, le bateau stationné à la Marina de Jakarta est impressionnant. L’équipage français que nous avons rencontré est uni autour d’un message : respectons la mer et stoppons la pollution plastique.

Race For water, plus grand bateau solaire au monde, est l’ambassadeur de la fondation du même nom. Parti de Lorient en 2017 pour un périple de 5 ans autour du monde, l’expédition étudie et dénonce l’ampleur de la pollution plastique des océans, tout en apportant à chaque escale des informations et des solutions pragmatiques et pertinentes pour empêcher les déchets plastiques d’arriver jusqu'à la mer. 

Le plastique, fléau du XXIème siècle

race4water jakarta breguet

Marco Simeoni, citoyen Suisse a fondé la fondation « Race for water » en 2010 avec pour objectif la protection de l’eau et des océans. Une première expédition en 2015 ayant eu pour objectif de faire un état des lieux de la situation des océans avait permis de constater que ces fameux îlots de plastique n’existent pas, seul 1 à 3 % du plastique restent en surface. « Nous sommes plutôt face à une soupe toxique de microplastiques qui a des effets catastrophiques sur la faune marine » nous explique Virginie en charge de la communication de la fondation. 

Le bateau est arrivé en Indonésie il y a un mois, en passant par Bali, puis Surabaya. « Nous avons vu beaucoup de plastique en mer de par le monde, mais l’Indonésie est sans un doute un des endroits les plus touchés par ce fléau. Nous avons pu remonter la rivière Citarum, une partie a été nettoyée mais il reste encore beaucoup à faire» nous confie un membre d’équipage. 

Un catamaran à propulsion mix-énergétique : solaire, eau et vent

RaceForWater Breguet Jakarta Bateau Solaire

Ce bateau n’est ni plus ni moins que l’ancien Planet Solar, premier bateau équipé de panneaux solaires à avoir fait le tour du monde et offert à la fondation en 2015. Basile, ingénieur sur le bateau, nous explique : « Forts de l’expérience du premier tour du monde, aux 512 m2de panneaux solaires qui permettent une autonomie de navigation de 36 h, nous avons ajouté des batteries à hydrogène qui nous apportent un gain d’autonomie en électricité ainsi qu’une aile de Kite qui permet une vitesse de 4 à 8 nœuds en mer sans utiliser les moteurs électriques. » 

Un bateau 0 émission de CO2

 

Un programme en 3 actes : Alerter, Promouvoir, et Contribuer aux avancées scientifiques

Le bateau accueille régulièrement des équipes scientifiques, qu’elles soient des instituts internationales ou universitaires. La fondation s’est donnée pour missions d’alerter les décideurs, de sensibiliser le grand public et d’éduquer la jeune génération. Annabelle, seconde sur le bateau, le jour de notre visite est en charge d’expliquer à de jeunes étudiants que : « le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas. Chacun se doit d’appliquer les 5 R : Refuser, Réduire, Réutiliser, Réparer et Recycler. Seuls 15 à 20 % des plastiques collectés sont recyclés. »

 

Biogreen : conversion par pyrolyse à haute température des déchets plastiques en énergie

race4water odyssee pollution plastique mix energetique Jakarta

Race for water promeut une solution respectueuse de l’environnement qui, déployée à grande échelle, pourrait stopper la pollution des océans par le plastique : avec une technologie basée sur un système de pyrolyse à haute température (850° C sans combustion), les déchets plastiques peuvent être transformés en électricité. Ces unités localisées dans des containers sont facilement adaptables à des territoires isolés. Cette solution permet aux communautés locales de gérer leurs déchets et de tirer un revenu de la vente de l’électricité. Ces unités peuvent traiter 5 à 12 tonnes de plastique par jour et peuvent produire 2,5 mégawatts, soit les besoins en électricité de 6000 foyers dans une zone ciblée. Une unité est en cours d’installation au Chili.

L’odyssée continue

race4awater odyssee pollution plastique mix énergétique bateau jakarta

Le bateau est à quai jusqu'à fin juillet pour maintenance. Prochaine destination : Kota Kinabalu à Bornéo, Hong-Kong, Shanghai. Race for Water sera présent lors des prochains rendez-nous mondiaux : les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 et l’exposition universelle à Dubaï en 2021.

Plus de détails et d’images sur le site de Race for Water : cliquez ici

 

 

Nous vous recommandons

thumbnail

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'Indonésie.
0 Commentaire (s)Réagir