Vendredi 18 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

POLLUTION- Projet de nettoyage de la rivière Citarum

Par Valérie Pivon | Publié le 05/03/2018 à 23:30 | Mis à jour le 06/03/2018 à 11:13
Photo : ©JordiBernabeu_CitarumRiver
POLLUTION_citarumriver_indonesie_pollution_nettoyage_jakarta_

La rivière Citarum est sans doute l’une des rivières les plus polluées au monde et fait l’objet depuis janvier d’un plan d’urgence. Le gouvernement vient d’envoyer plus de 4.500 soldats pour nettoyer les berges et prendre les mesures nécessaires afin d’atteindre l’objectif fixé par le président Jokowidodo:  ''dans sept ans, on doit pouvoir boire l’eau de la Citarum''.

 

La rivière Citarum est une des plus longues et plus larges d’Indonésie. Elle prend sa source à l’est de Java pour parcourir 270 km et venir se jeter dans l’estuaire de Jakarta. Fournissant la capitale à hauteur de 80% en eau, elle permet d’irriguer 5% des rizières de Java. 28 millions de personnes vivent le long des berges. Depuis les années 1970, période d’industrialisation de l’Indonésie, la pollution n’a fait que s'accroître. Le développement des industries du textile, du batik, de produits chimiques qui rejettent leurs eaux usées sans être retraitées dans la Citarum est en partie responsable de la pollution.  Mais aussi l’absence de sanitaire fait que les rejets humains s’écoulent dans la rivière. On y trouve également de nombreux pesticides, médicaments… Face à cette situation catastrophique, des ONG et de nombreux documentaires comme celui réalisé en 2017 par deux jeunes français qui ont fait leurs études à Bali ont permis d’influencer le gouvernement. Ils ont d’ailleurs pu rencontrer le président Jokowidodo pour discuter des problématiques de la pollution des rivières en Indonésie.

plan_Citarum_river_Indonesie_Java
@ICWRMIP

Le président Jokowidodo a déclaré récemment la guerre à la pollution de la rivière Citarum, avec pour objectif de rendre l’eau de la rivière potable d’ici sept ans.  4.500 soldats sont déployés le long des 270 km de la rivière depuis janvier 2018. Le programme prévoit de repartir ces hommes en 22 unités, qui accompagnées de bénévoles, vont nettoyer les berges et faire un travail d’information auprès de la  population. Des toilettes seront construites, et des contrôles seront faits afin d’être certains que les rejets des villages et des industries ne se fassent plus dans la rivière avant d’être retraités. La police a déjà fait fermer trois compagnies qui ne traitaient pas leurs eaux usées. C’est le ministère des Affaires Maritimes qui est en charge du projet. Son coordinateur Luhut Pandjaitan explique: ''un premier plan de revitalisation de la rivière est programmé pour cette année. Trois axes principaux seront développés, nettoyage de la rivière, plantation d’arbres et renforcement de la loi vis-à-vis des pollueurs''. En amont de la rivière il y a de nombreux maraîchages où l’utilisation intensive de pesticides est une des causes de la pollution de la Citarum. Un travail est fait avec les communautés locales pour leur apprendre des techniques de culture plus éco-responsable.

Martha Fani Cahyandito, professeur à l’université de Bandung explique que malheureusement, ''pauvreté et dommages environnementaux vont souvent de pair. La pauvreté et la difficulté des villageois dans ces régions pour trouver un travail poussent les paysans à exploiter leurs terres sans approche environnementale. Une compensation doit leur être apportée afin de les motiver pour protéger l’environnement et l’écosystème de la Citarum''.

Cette opération a un coût, la banque Asiatique de Développement sera partenaire tout comme le Japon qui pour l’instant étudie certaines études de faisabilité. Ce n’est pas la première fois que des opérations de nettoyage de la Citarum sont entreprises, mais un manque de coordination entre ministères, gouvernement local et communautés n’a pas permis de mener à bien le projet qui s’est avéré coûteux et sans aucun résultat. Désormais, c’est le ministère des Affaires Maritimes qui sera en charge du projet. Le gouvernement a pour ambition de multiplier ce programme sur d’autres rivières et bassins pollués.

 

Make a change world   #plasticbottlecitarum

 

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Expatriée depuis plus de 20 ans en Asie dont 14 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Didier Perez mar 06/03/2018 - 10:40

De la poudre aux yeux avant les jeux asiatiques et les elections du prochain gouverneur... Ou sont les budgets? La banque ADB n'a propose qu'un emprunt ...de 200 Trillions de Rps! Pour autant, aucun projet global associe a un plan de financement, ni aucun plan d'action precis n'a ete soumis a l'approbation de Bappenas. Aucune strategie precise et chiffree, si ce n'est l'activite inlassable mais desordonnees des ONGs qui font un travail de fourmi exemplaire ...et gratuit pour le gouvernement. Qui va s'engager a payer avant les elections du nouveau gouverneur? Quelles sont les usines fermees et a quelle hauteur polluent elles? Citarum n'est que la face visible de l'iceberg Indonesien. Une catastrophe gigantesque attend ce pays magnifique. Le contexte legal permettrait de regler immediatement le probleme, si les lois etaient appliquees a tout le monde. Peut etre que les 4.500 soldats seraient plus utiles a remplir ce role...

Répondre
Commentaire avatar

APichard jeu 14/03/2019 - 04:01

Merci infiniment pour l’article! J’aimerais pouvoir contacter Valerie Pivon pour plus d’informations et Didier Perez car son commentaire est intéressant et j aimerai travailler sur un projet sur ce sujet. Merci!

Répondre