Samedi 24 juillet 2021

La mairie d’Istanbul perd la propriété du parc Gezi

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 24/03/2021 à 02:00 | Mis à jour le 24/03/2021 à 02:00
Photo : Place Taksim depuis le parc Gezi
Mairie Istanbul parc Gezi Taksim

Alors que la décision de transférer à une fondation les droits de propriété du parc Gezi a été prise par la Direction générale des fondations, exerçant sous l'autorité du ministère de la Culture et du Tourisme, Ekrem İmamoğlu, le maire d’Istanbul, a déclaré que sa mairie allait intenter une action en justice contre cette décision.

Le parc de Gezi, qui se situe sur la place Taksim, est considéré comme le "poumon" du centre de la métropole d’Istanbul. Il revêt une importance symbolique, depuis qu’il a été le foyer d’une contestation en 2013, alors que le gouvernement voulait y ériger, à la place, des casernes imitées de l'époque ottomane. Cela avait conduit à des semaines de manifestations qui s’étaient étendues à tout le pays, au printemps-été 2013. Le projet, qui n’a pas abouti à l’époque, n’a néanmoins jamais été abandonné par le président Erdogan, qui a depuis régulièrement répété qu’un jour, ces casernes ottomanes seraient construites.

Une fondation inexistante ?

Le 12 mars dernier, les droits de propriété du parc Gezi ont donc été remis à la Direction générale des fondations, affiliée au ministère de la Culture et du Tourisme. Se basant sur la loi relative aux fondations (article 30), qui autorise la remise de "biens culturels" appartenant à des administrations, tels que le Trésor, les municipalités, les administrations locales, à des "fondations enregistrées", la Direction générale des fondations a ensuite transféré les droits de propriété du parc à la fondation Sultan Beyazıt Hanı Veli Hazretleri Vakfı

La question de savoir si cette fondation existe a été posée à plusieurs reprises, car elle ne bénéficie d’aucune source sur internet ; il semblerait donc qu’elle soit en cours de création...

Remise en cause du projet de la nouvelle place Taksim

Cette décision de transfert des droits de propriété intervient quelques mois après un cas similaire : le transfert de la propriété de la Tour de Galata à la Direction générale des fondations, en mai 2020.

La municipalité d’Istanbul, dirigée par le principal parti d'opposition, le CHP, considère que le transfert de propriété du parc de Gezi a été organisé dans le but de porter atteinte au projet de la nouvelle place Taksim, pour laquelle les résidents de la ville ont voté en novembre 2020. Le projet sélectionné prévoit davantage d’espaces verts autour du parc actuel.

Murat Ongu, le porte-parole de la mairie d’Istanbul, a annoncé samedi 20 mars que cette décision avait pour but de nuire et de faire perdre du temps, et que le projet était toujours d’actualité.

Ekrem İmamoğlu a pour sa part fait remarquer que si "la loi autorise le transfert des biens culturels aux fondations, le parc Gezi n’est pas un bien culturel".

D’autres sites concernés

Lundi 22 mars, la direction des fondations du ministère de la Culture et du Tourisme a annoncé avoir transféré, en plus du parc de Gezi, la propriété de plus de 1000 sites. Sur la liste se trouvent notamment le Pera Palace, la caserne de Selimiye, le palais d’Adile Sultan, le lycée Vefa, ou encore l’hôpital Şişli Etfal.

 

Nous vous recommandons
lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
4 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Lily jeu 25/03/2021 - 12:54

Mr Erdoğan doit vraiment laisser sa place car il est dépassé au point de faire n'importe quoi et la Turquie et les turcs ont besoin d'un vent nouveau et surtout d'une démocratie aux bases solides. #kemalAttaturk

Répondre
Commentaire avatar

Kreg dim 13/06/2021 - 17:16

sûr qu'avec un démocrate de la trempe du fasciste Kemal, on pourrait s'attendre à une avancée décisive en ce qui concerne une justice indépendante. Tout son parcours l'illustre assez. Malheureusement pour ces nostalgiques embrumés ce temps n'est plus et ne reviendra pas. Bon débarras. La république turque est viciée jusqu'à l'os, et c'est valable quelque soit celui qui la gouverne.

Répondre
Commentaire avatar

CharlesEdouard sam 27/03/2021 - 00:54

Plus de la majorité des turcs ont voté justement pour un vent nouveau ,et,depuis son accession au pouvoir, Erdogan à rendu sa grandeur à la Turquie et fait de ce grand État, un pays incontournable sur la scène internationale, tant STRATÉGIQUE que économique. N'en déplaise aux détracteurs qui le taxent à défaut d'islamo-conservateur, mot franco-français et xénophobe. Non la Turquie ne sera jamais Lgbtsodopdcaca...elle sauve son honneur et ne sombre pas dans homo..généité de l'occident avec cette vision unique et inique pour être appréciée. La différence dérange quand elle n'accepte pas ce qu'on veut imposer comme modèle voué à l'échec. Où sont les femmes ...Où sont les vrais hommes ...En Turquie. NORMAL.

Répondre
Commentaire avatar

Pat mer 24/03/2021 - 18:51

Ce cher Président alors qu'il a été Maire d'ISTANBUL pendant des années n'a jamais rien fait pour GEZI PARK et il se réveille maintenant ??? Mieux vaut tard que jamais...

Répondre