Mercredi 23 juin 2021
Istanbul
Istanbul

La Turquie se retire de la Convention d’Istanbul

Par Samuel Lagrue | Publié le 21/03/2021 à 18:46 | Mis à jour le 21/03/2021 à 19:31
Photo : Kadiköy, samedi 20 janvier @Sandro Basili
convention Istanbul Turquie

Dans la nuit du 19 au 20 mars, Ankara a annoncé son retrait de la Convention d’Istanbul, traité international (Conseil de l’Europe) réprimant les violences contre les femmes. La décision, publiée par décret présidentiel, a suscité de nombreuses réactions nationales et internationales.

La Turquie a été l’un des premiers pays signataire du traité en 2011. Le texte prévoit notamment pour tous les États l’ayant ratifié “de protéger les femmes contre toutes les formes de violence, et de prévenir, poursuivre et éliminer la violence à l’égard des femmes et la violence domestique”. La Convention impose également la conception d’un cadre législatif entourant ces mesures.

En Turquie, les conservateurs sont depuis quelques années les principaux détracteurs de la Convention. Nombre d’entre eux ont évoqué le texte comme nuisant à la structure et aux valeurs de la famille turque tout en favorisant l’idéologie "LGBT". Dans les rangs de l’opposition, l’abandon d’un tel traité est perçu comme un échec. La vice-présidente du CHP chargée des droits humains, Gökçe Gökçen, a annoncé que cela revenait à “laisser les femmes être tuées”. De son côté, le Conseil de l’Europe a déclaré regretter cette décision qui “priverait la Turquie et les femmes turques d’un outil vital pour lutter contre la violence."

Hausse du nombre de féminicides en Turquie

À la suite de nombreuses critiques, le ministre de l’intérieur Süleyman Soylu a annoncé que la Turquie continuerait, indépendamment, à agir contre les violences domestiques et les violences contre les femmes. Mais ces annonces n’ont pas rassuré les organisations et associations de défense des droits des femmes.

Au cours de la dernière décennie, la Turquie a connu une hausse du nombre de féminicides sur son territoire. En 2020, l’organisation “We Will Stop Feminicide” en a recensé 300. La secrétaire générale Fidan Ataselim a appelé dans un tweet à : “Renoncer à cette décision et à appliquer la Convention”.

Plusieurs manifestations ont eu lieu dans le pays ce samedi, notamment à Ankara et Izmir. À Istanbul, le cortège violet a réuni plus d’un millier de manifestants dans le quartier de Kadiköy, afin de mener un “combat collectif contre ceux qui ont abandonné la Convention d’Istanbul”.

L’Union des barreaux de Turquie et d’éminents juristes du pays ont rappelé que le retrait de la Turquie du traité est juridiquement impossible, déclarant qu’une telle décision doit être soumise à un vote du Parlement.

 

Nous vous recommandons
Samuel Lagrue Istanbul

Samuel Lagrue

Passionné d’histoire, de création et d’expression artistique, Samuel étudie cette année à l'Université Galatasaray d'Istanbul.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Charlotte jeu 08/04/2021 - 20:17

Vu récemment le documentaire sur Arte : le divorce ou la mort , révoltant , écœurant ! Malheureusement bien sûr les féminicides touchent aussi les pays européens, mais là on s’aperçoit que finalement l’homme a des excuses et Erdogan décréte que le rôle des femmes est d’enfanter ou d’affirmer que les féministes sont des anomalies 🤬🤬🤬je ne peux oublier ces femmes défigurées, deglinguees , interdites de voir leurs enfants 🤢🤢🤢et le mâle ne prendre que quelques mois de prison .

Répondre

Expat Mag

Chennai Appercu
TRADITIONS

Mères et bébés indiens : on vous raconte la tradition et son évolution

Grossesse, accouchement, premiers jours du nouveau-né, chaque étape fait l’objet de recommandations, d’habitudes et de pratiques qui nous surprennent, nous émeuvent et nous interrogent. Décryptage !