Mardi 21 septembre 2021
TEST: 2262

Le photojournaliste Bülent Kılıç violemment interpellé lors de la marche des fiertés

Par Sandro Basili | Publié le 01/07/2021 à 03:00 | Mis à jour le 01/07/2021 à 03:00
Photo : Compte Twitter @eemreorman
Bülent Kiliç interpellé

Ce samedi 26 juin, alors qu’il couvrait la marche des fiertés à Istanbul dans le district de Beyoğlu, le photographe de l’AFP a été interpellé avant d’avoir pu sortir sa carte de presse, puis relâché, plusieurs heures après, accompagné des excuses du chef de la police du district de Beyoğlu.

Dans les interviews que le journaliste a données à plusieurs médias locaux, Kılıç raconte avoir été frappé à la tête avec son appareil avant que celui-ci ne soit jeté à terre. Puis dans un second temps plaqué au sol par un policier, le genou sur sa nuque, l’empêchant de respirer.

“Une tentative a été faite sur ma vie. C'était une tentative d'étouffement, je tiendrai pour responsable celui qui m'a fait ça  [...] ”, c’est en ces mots qu’il s’est exprimé sur les réseaux sociaux après sa remise en liberté. Complétant son tweet avec le hashtag #NefesAlamıyorum : “je ne peux pas respirer”, considérablement relayé dans les heures suivantes sur Twitter.

Les quelques photos qu’il a faites avant sa détention ont pu être diffusées par un collègue photographe.

 

En réponse à ces brutalités, plusieurs professionnels du journalisme et solidaires se sont réunis dans les villes d’Istanbul, d’Ankara et d’Izmir pour dénoncer les récurrentes atteintes à la liberté de la presse en Turquie.

 

 

 

Depuis 2015, les “prides” sont interdites à Istanbul sur ordre du bureau du gouverneur. Déclarant officiellement “agir pour la sécurité des citoyens et des participants”, l’autorité, avec cette interdiction, peut justifier les violences faites lors des marches. Les associations LGBTQ+ dénoncent une “campagne de haine" menée à leur encontre depuis des années.

Dans une période où la Turquie marque un net recul sur plusieurs droits fondamentaux, comme avec son retrait de la convention d’Istanbul en mars de cette année, ces protestations, qu’elles aient lieu dans les rues ou sur les réseaux, sont le fruit d’une colère montante de la part d’une partie de la population.

 

Nous vous recommandons
Sandro Basili

Sandro Basili

Photographe et passionné de reportage, Sandro est venu vivre à Istanbul pour en découvrir les visages...
0 Commentaire (s) Réagir