Mardi 7 décembre 2021
Ho Chi Minh Ville
Ho Chi Minh Ville
TEST: 2259

Le « nón lá », chapeau conique vietnamien

Par Lepetitjournal Ho Chi Minh Ville | Publié le 23/03/2021 à 13:10 | Mis à jour le 23/03/2021 à 13:44
Photo : © Termsit Siripanich
 Nón Lá chapeau vietnam

Peu onéreux, résistant, « mince comme le papier, léger comme le vol d'une hirondelle », le « chapeau de feuilles » a des atouts si nombreux qu'il est omniprésent au Vietnam et unifie toutes les classes sociales.
 

Jeunes filles hiératiques vêtues de blanc sur leur bicyclette à la sortie des écoles, paysannes des rizières accroupies dans les champs, vendeuses de phô au coin des rues... toutes arborent avec élégance et dignité le fameux chapeau conique dont le Vietnam revendique l'origine.
 

non la vietnam
© Adrien Jean

 

Dans l'histoire, les cultes et les traditions

L'apparition du chapeau conique au Vietnam remonte à l'époque du Bronze au premier millénaire avant Jésus-Christ. On le trouve parmi les dessins gravés d'une façon stylisée, sur les flancs et le plateau du fameux tambour de bronze de Ngọc Lữ (province de Hà Nam) exposé au musée historique de Hanoï et mis à jour lors de fouilles archéologiques en 1942 sur le site de Ðồng Sơn, dans la plaine du Fleuve Rouge. Il devait servir lors des cérémonies rituelles d'invocation de la pluie dans les communautés agricoles et artisanales déjà très structurées.

Le nón lá est également mentionné dans les légendes, si nombreuses au Vietnam. L'une d'elles évoque l'action héroïque du dieu Gióng qui se serait mis brusquement à grandir à l'âge de trois ans, jusqu'à devenir un géant. Enfourchant un cheval de fer et crachant du feu, il se serait alors lancé contre l'ennemi, équipé d'une armure métallique, et coiffé d'un chapeau conique.

Le chapeau vietnamien se retrouve dans le culte très populaire de la déesse mère Tho Mai. Cette dévotion ancestrale se pratique dans de nombreux lieux de culte dans lesquels les autels sont coiffés de chapeaux coniques multicolores faisant office d'ex-voto remerciant pour un vœu exaucé.

Les croquis de Huard et Durand nous apprennent que pendant très longtemps, les chapeaux de forme conique furent réservés aux hommes, alors que les femmes portaient un chapeau plat comme le Nón Ba Tầm des femmes de Hanoï.

Il existait par ailleurs des formes de chapeaux différentes selon la fonction du porteur : le chapeau des brus ; celui des bonzes, fait de feuilles très grossières et doté de très larges bords comme les coiffures de grand deuil ; celui des mandarins qui était laqué et souvent couvert de plumes. Certains chapeaux faits de bambou, au sommet serti dans une petite garniture de métal étaient autrefois l'apanage des soldats. Les chapeaux en forme de poêle, de panier ou de pied d'éléphant ne sont plus qu'historiques.
 

non la chapeau vietnam

 

Sa production

Seul un type standard de chapeau perdure aujourd'hui et la fabrication ne se concentre plus que dans l'ancienne ville impériale de Hué et les villages environnants.

Fabriquer un chapeau conique n'est pas très difficile, mais tout doit être réalisé entièrement à la main. Il est habituellement constitué de feuilles de latanier (palmier) mais certains chapeaux peuvent être faits en feuilles très lisses d'ananas.

Il y a 2 étapes principales dans le processus de production :

  • Il faut choisir des feuilles de latanier assez jeunes, les faire sécher et blanchir au soleil ou au feu, puis les repasser ;
  • Les feuilles coupées sont fixées sur les baguettes de bambou et les nervures transversales d'une armature cynique initiale. Le montage de cette armature est lui-même réalisé sur une structure conique modèle en bois plein. Les feuilles sont cousues au moyen de fils de bambou, plus solides que des crins de cheval.

 

Quel avenir à l'heure des nouvelles technologies ?

Avec la mécanisation et la standardisation, les produits artisanaux perdent leur vocation de biens d'usage courant. Le chapeau conique disparaît ainsi progressivement du paysage urbain, relayé par la casquette ou le chapeau de coton, tellement plus pratiques à moto ! Le nón lá s'en retrouvera-t-il réduit progressivement à devenir un simple article pour touristes ? Sans doute pas tout de suite, car on le voit heureusement se maintenir dans les arts, la peinture, la photographie et les représentations théâtrales ou folkloriques. La littérature l'utilise pour exprimer la douceur et le charme des Vietnamiennes. Il reste l'accessoire indispensable des chanteuses du Quan Ho, compétition entre deux groupes de chanteurs, hommes et femmes. Dans ce poème chanté, la jeune fille, pendant son pèlerinage à la Pagode des Parfums, rencontre le jeune homme de ses rêves au bord de la rivière, le visage discrètement caché par un chapeau conique !
 

non la chapeau conique vietnam

 

Texte écrit par Marie Odile Boyer et initialement publié dans le numéro Hors Série d'Avril 2008 de L'Écho des Rizières, le magazine de l'Association des Francophones au Vietnam. Après mise à jour, il a été publié une première fois dans Lepetitjournal.com en 2017.

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet