Samedi 4 juillet 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Les parents d’élèves interpellent le ministère et l’AEFE

Par Déborah Collet | Publié le 16/04/2020 à 17:20 | Mis à jour le 17/04/2020 à 17:38
établissements coronavirus familles

La Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger (FAPEE) alerte le gouvernement français pour obtenir un plan d’urgence pour sauver les Établissements Français de l’Étranger et aider les familles qui y scolarisent leurs enfants.

 

Des mesures financières adaptées à la situation de crise 

La FAPEE, rassemblant plus 180 associations de parents d'élèves, gestionnaires et non gestionnaires souhaite que le gouvernement français verse des aides financières auprès des opérateurs tels que l’AEFE, MLF pour qu’ils puissent prendre des engagements forts et adaptés face "au risque de défaut de paiement et de défection de familles ne pouvant plus assumer le coût d’une scolarité ou estimant la continuité pédagogique insuffisante au regard des écolages demandés."

 

La Fédération des associations de parents d’élèves demande au gouvernement de mettre en place une aide d’urgence à l’égard de l’AEFE, qui, à la suite redistribuerait l’argent à chaque établissement. Pour alléger les charges de chaque établissement de l’AEFE, la fédération demande le report immédiat du paiement des cotisations sociales et patronales de l’AEFE pour l’ensemble de son personnel. Pour finir, les associations de parents d’élèves demandent que l’enveloppe consacrée aux bourses scolaires soit augmentée pour venir en aide aux familles qui font face à des difficultés de paiement.

 

Selon la FAPEE, le plan de développement de l’Enseignement Français à l'Étranger doit être reporté afin de pouvoir "concentrer les moyens et ressources sur la survie du réseau actuel et permettre la mise en place d’un plan de sortie de crise pour en limiter au maximum les conséquences économiques."

 

Une précision du calendrier pédagogique 

Concernant l’organisation du calendrier pédagogique, la FAPEE ne veut pas que cette période d’épidémie mondiale engendre une vague de panique sur les réinscriptions des enfants pour l’année prochaine. 

 

Depuis la fin janvier, la quasi-totalité des Établissements Français de l’Étranger sont fermés sans aucune date de réouverture prévue à ce jour. Les examens et les orientations des élèves sont réalisés en distanciel. La Fédération des associations de parents d’élèves demande que "les dates d’examens et l’orientation des élèves du réseau dont la grande majorité ne viendra pas étudier en France fassent l’objet de décisions adaptées."

 

Vous pouvez accéder aux courriers envoyés par la FAPEE en cliquant ici.

 

Nous vous recommandons

deborah collet

Déborah Collet

Spécialisée en communication et dans les relations médias, elle est aujourd’hui journaliste au sein de la rédaction internationale.
9 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Estelle mar 12/05/2020 - 16:06

Un grand bravo à l'équipe pédagogique de l'école française de Manille, depuis début mars les enseignants se démènent et assurent un enseignement de qualité ,malgré les aléas de la mise en place nous constatons un réel accompagnement et une continuité pédagogique attendue. Rien n'est simple personne n 'est responsable de la situation avec un peu de bonne volonté on va à l'essentiel, les enfants se sont adaptés doucement et les enseignants seront bien sur là ,dès le retour en classe pour aider et remettre tous le monde sur les rails

Répondre
Commentaire avatar

Jeremy sam 18/04/2020 - 12:47

Ces lycées français facturent des frais de scolarités élevés (de l'ordre de 700€ par mois par élève) pour un service non rendu.

Répondre
Commentaire avatar

Catherine Terraz ven 17/04/2020 - 19:01

Si vous souhaitez soutenir l’action de la FAPEE : https://www.change.org/p/olivierbrochet-pour-des-mesures-fortes-pour-les-familles-et-les-établissements-de-l-efe

Répondre
Commentaire avatar

Bruno Marchal ven 17/04/2020 - 13:12

Au Vietnam & en Chine, cela fait plus de 8 semaines que les Lycées sont fermés. L’expérience nous montre que la continuité pédagogique n'est que théorique. Sans remettre en cause le dévouement des professeurs, cela implique tellement de contraintes et d'implications des élèves et des parents à tous niveaux, surtout en élémentaire qu'il est illusoire de considérer cette continuité pédagogique comme assurée. Bruno MARCHAL pour le Bureau de l'Association des Parents d'Elèves du Lycée Français Alexandre Yersin à Hanoi.

Répondre
Commentaire avatar

Guillaume ven 17/04/2020 - 21:21

Côté Rabat au Maroc où mes deux fils sont scolarisés au lycée Descartes la continuité pédagogique est bien assurée. Chapeau aux enseignants qui jonglent entre les classroom les visios avec de l'engagement professionnel. Quand ça va, il faut le dire aussi. Certaines familles auront des difficultés et pourraient demander à lisser les paiements mais celles qui le peuvent devront continuer à payer car ce n'est pas en réduisant les recettes que ces établissements s'en sortiront puisque leurs charges sont fixes. Quant à demander au contribuable français de rallonger la subvention, ça ne me paraît pas acceptable au regard des finances publiques en France.

Répondre
Voir plus de réactions