Samedi 31 octobre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Michel Reverchon-Billot (CNED) - "Changer les pratiques pédagogiques"

Par Damien Bouhours | Publié le 09/04/2020 à 12:00 | Mis à jour le 09/04/2020 à 11:40
CNED classe maison

Michel Reverchon-Billot, directeur général du CNED, revient avec nous sur l’incroyable défi relevé par la création de la plateforme « Ma classe à la maison », qui permet aujourd’hui d’assurer la scolarité de millions d’élèves en France et à l’étranger. Une révolution éducative qui pourrait continuer de bouleverser l’enseignement même après la fin de cette crise sanitaire.

 

On a découvert d’un seul coup un CNED réactif, doté d’une expertise évidente et capable d’innover

 

Comment est venue l’idée de créer la plateforme « Ma classe à la maison » ?

Michel Reverchon-Billot - Il y avait une vision du CNED un peu datée et on a découvert d’un seul coup un CNED réactif, doté d’une expertise évidente et capable d’innover. Nous avions anticipé les choses car cela fait plusieurs années que nous sommes sollicités ponctuellement pour répondre à des situations de crise, que ce soit à Bangui en 2013, à Mayotte il y a deux ans ou encore l’année dernière pour un lycée fermé en région parisienne. Nous nous étions dit qu’il serait intéressant de réfléchir à une solution dormante qui pourrait être activée en 24 heures en fonction des demandes, suite à une urgence climatique ou un problème sanitaire. En décembre, nous avons fait cette proposition au cabinet du ministre, qui a accepté. Nous avons reçu un financement à hauteur de 260 000 euros pour réaliser cette plateforme que nous avons commencé à construire en janvier.

CNED classe maison

Comment a pu être créé aussi rapidement ce dispositif ?

Je suis au CNED depuis un peu plus de trois ans et j’ai renforcé les modalités de conception des formations, notamment en basculant pour grande partie sur des solutions de e-learning. Nous avons construit des cours par assemblage de granules, pouvant être injectés dans d’autres contextes. C’est ce que l’on a fait pour « Ma classe à la maison ». Nous sommes allés chercher des granules de nos cours habituels que nous avons contextualisés dans des unités par semaine pour le premier degré et par jour pour le second degré. Nous n’avons pas eu besoin de mobiliser des professeurs pour créer ces cours mais plutôt des chefs de projets et des intégrateurs pour réencapsuler ces cours. Pour la plateforme « Ma classe à la maison », et c’est la grande différence avec les parcours de scolarisation au CNED, il n’y a pas d’accompagnement par des professeurs du CNED.

Nous avions pensé au début créer « Ma classe à la maison » pour quatre semaines car nous pensions qu’en quatre semaines cela donnerait le temps aux autorités locales ou aux établissements à l’étranger de s’organiser. Maintenant, nous savons que la crise durera plus longtemps et nous avons alimenté la plateforme pour la cinquième semaine.

 

Le CNED répond en quelque sorte aux « établissements empêchés »

 

Quelles dispositions a prises le CNED pour soutenir les établissements français à l’étranger en cette période de crise sanitaire mondiale ?

Le CNED a été créé en 1939 quand il a fallu répondre à un besoin de scolarisation de ce que l’on appelait les élèves  « empêchés ». Aujourd’hui, le CNED répond en quelque sorte aux « établissements empêchés ». Le CNED est l’un des seuls organismes publics au monde à être mobilisé par un ministère dans une situation de crise. Dès le 4 février, nous avons été dans la capacité de lancer la plateforme « Ma classe à la maison » sur la Chine et le Vietnam. Nous sommes en relation permanente avec l’AEFE et c’est elle qui coordonne l’inscription des établissements à la plateforme.

A l’international comme dans l’Hexagone, « Ma classe à la maison » a toujours été présentée comme une solution parmi d’autres. En fonction des habitudes numériques des établissements, elle peut être plus ou moins utilisée. Sur l’international, nous avons 37.200 familles inscrites sur la plateforme. On voit que les établissements à l’étranger utilisent aussi des solutions complémentaires. Beaucoup d’entre eux possèdent des environnements numériques de travail. Il y a une action très forte sur le numérique éducatif depuis plusieurs années dans les établissements français à l’étranger,. notamment dans ceux de la Mission Laïque française

 

Est-ce que les élèves et professeurs se sont bien approprié ces outils ?

L’appropriation du dispositif s’est faite très facilement. 90% des utilisateurs trouvent cela simple. Nous n’avons pas non plus eu de problème technique ou de rupture de service. Notre plateforme est utilisée dans plus de 100 pays dans le monde. En France, nous avons plus de 2,5 millions de familles sur « Ma classe à la maison » et entre 1,6 et 2,2 millions d’élèves qui assistent à une classe virtuelle tous les jours. A l’international, il y avait une habitude de fonctionner avec des outils numériques. Cela s’est donc mis en place encore plus rapidement.

 

Pour ce qui est des élèves qui utilisaient déjà le CNED, comment seront assurés les examens ?

Pour ce qui est du baccalauréat, on est sur un contrôle continu intégral. Les élèves du CNED qui sont inscrits en réglementé sont des élèves comme les autres. Ils ont un livret scolaire et des contrôles tout au long de l’année. Ils pourront donc bénéficier du bac en contrôle continu dès la session de juin. Pour les inscrits en libre des échanges sont en cours avec le ministère. Pour le diplôme national du brevet, ce sera également un contrôle continu intégral.

 

Le CNED n’est pas à côté de l’école mais aux côtés de l’école

 

Est-ce que cette crise exceptionnelle va faire évoluer les méthodes éducatives ?

Cette crise va radicalement changer les pratiques. Comme je le dis souvent, ce n’est pas la crise qui m’intéresse mais l’après crise. Qu’est-ce qui va rester de tout ça ? Je ne pense pas que nous sortirons de la crise comme nous y sommes entrés, notamment vis-à-vis du numérique éducatif mais plus largement sur les formes scolaires. Est-ce que nous allons saisir l’opportunité de cette crise pour inventer de nouveaux dispositifs ? Est-ce que nous allons continuer à véhiculer les élèves dans des transports scolaires cinq jours par semaine ? Nous pouvons imaginer, et c’est également un enjeu écologique, qu’il y ait des moments d’enseignement à distance. C’est vrai aussi pour des pays étrangers où il y a de vastes distances géographiques et où les solutions d’enseignement à distance peuvent être des solutions complémentaires à la présence, par un dispositif d’hybridation. La formation à distance joue à égalité avec la formation en présence. On doit apprendre avec plus de motivation mais on apprend tout aussi bien. Le CNED n’est pas à côté de l’école mais aux côtés de l’école.

 

Cette crise nous permettra un vrai saut technologique

 

Le CNED sortira-t-il aussi changé de cette crise ?

C’est un grand moment pour le CNED. Je crois que cette crise nous montre que nous avons des évolutions à faire pour nos propositions d’enseignement à distance. Cela fait un moment que nous réfléchissons à la prise en compte de l’Intelligence artificielle, pour permettre plus de guidage des élèves de façon automatisée, notamment autour ce que l’on appelle l’empreinte mémorielle. Dans l’enseignement à distance, il y a la question de la motivation mais également de la mémorisation, sans avoir un adulte toujours présent. Cette crise nous permettra un vrai saut technologique. Nous envisageons des alliances avec des start-ups et des entreprises de la edtech française pour proposer des solutions innovantes. Nous voulons faire de l'enseignement à distance un élément très contemporain de l’enseignement et de l’apprentissage, aussi bien pour le CNED que pour en faire bénéficier l’ensemble des enseignants et des élèves dans les établissements en présence.

 

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS ven 10/04/2020 - 21:46

L’intelligence artificielle artefact sera toujours création de l’intelligence humaine et la multiplication des intelligences artificielles ne sera toujours qu’un moyen qui ne pourra jamais égaler l’intelligence humaine renforcée de l’enseignement par l'humain! Le moyen artificiel pour enseigner d'accord évidement mais il ne vaudra jamais rien, voire sera négatif si le fonds naturel à enseigner n’est pas le bon choisi par l'intelligence humaine! Charrue devant les bœufs en quelque sorte! La charrue est artificielle, les bœufs jamais! Les faits démontrent par la décrépitude du niveau intellectuel de la France depuis 30 ans que pas mal de bovins ne l’ont pas compris et ils ne vont donc qu'encore suivre une plus belle charrue! Or la simple intelligence naturelle et logique nous dit qu'il serait préférable de déjà savoir ce qu’on veut enseigner avant de savoir comment et on en est loin!

Répondre
Commentaire avatar

Lepassant ven 17/04/2020 - 03:37

Vous dites : "Or la simple intelligence naturelle et logique nous dit qu'il serait préférable de déjà savoir ce qu’on veut enseigner". Qu'est-ce donc que l'intelligence naturelle et logique ? Un tel concept mériterait de plus amples développements, et je me sens comme un bovin qui trépigne d'impatience dans la perspective du savoureux pâturage où sans aucun doute vous allez nous conduire. Et quand vous aurez fini de nous éclairer, j'ose vous inviter à méditer cette pensée lumineuse de Bergson : " L'intelligence est une incompréhension naturelle de la vie ". Bien à vous.

Répondre
Commentaire avatar

KRISS dim 26/04/2020 - 20:40

Oh la vache, avec plaisir ! « L'intelligence est une incompréhension naturelle de la vie « Je déplacerais immédiatement un mot est mon avis sera immédiatement compréhensible d’un pléonasme : « L’intelligence est une incompréhension de la vie naturelle » Effectivement en matière de bovins, rien de nouveau, d’aucun connu n’a-t-il qualifié les Français de veaux! Simple agacement car pour lui ce n’était pas péjoratif quand on a l’intelligence de comprendre son contexte d’analyse à lui ! Ce quelqu’un se voyait pâtre protecteur, voyait ses veaux à lui dans leurs champs connus de lui et avait une pensée maîtresse pour eux ; celle de les garder heureux ainsi, les protéger même malgré eux si nécessaire! Ainsi pour lui, qu’un petit bovin se contente de trépigner chaque matin, du plaisir de retrouver dans son pâturage habituel ses compagnons à cornes habituels cadrait dans sa forme d’intelligence à lui pour le bonheur les autres. Des veaux demandent du simple et la simplicité, le concis chacun sait que cela demande énormément plus d’intelligence que les grands débats démonstratifs du jour « la simplicité est la sophistication extrême » ( Léonard de Vinci) ! La vraie intelligence est de simplement comprendre ce qui est le plus satisfaisant aux veaux que nous sommes, comprendre ce qui nous suffit à nous Peuple, ce qui ne demande pas même d’effort d’analyse, ce qui est naturel en quelque sorte donc dans la seule logique offerte par la vie qu’on ne peut maîtriser car nous n’atteindrons jamais aucune hauteur d’intelligence pour cela! Intelligence ? Celle qui se contente de justement ne pas chercher à comprendre l’incompréhensible d’un midi à quatorze heures humain mais juste suivre nos vies en troupeau « populiste » car la nature nous a faits grégaires ainsi! Tout tout ce qu’aujourd’hui prétentieux certains hauts esprits autoproclamés ne veulent comprendre, leur intelligence valorise du vent aujourd’hui à tel point que 45% des profits mondiaux sont financiers plus même palpables pour que l’herbe soit ainsi toujours valorisée meilleure dans le champ d’a coté pour mieux tromper ! Ainsi dans le cas présent utiliser des outils sophistiqués pour transmettre RIEN c’est mieux transmettre le RIEN voire encore plus de RIEN ! Or « La simplicité est la clef du bonheur dans le monde moderne » Dalaï Lama ! Bien à vous !

Répondre

Santé

São Paulo Appercu
Coronavirus

Y aura-t-il un vaccin à Noël au Brésil ?

Au Brésil, pays durement touché par la Covid19, les tests des quatre vaccins autorisés laissent espérer un immunisant à brève échéance. Mais les jeux politiques continuent de flouter l’avenir.