Mercredi 18 juillet 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La France séduit moins de bacheliers étrangers qu’auparavant 

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 05/07/2018 à 18:00 | Mis à jour le 05/07/2018 à 18:00
bacheliers étrangers AEFE Campus France

Plus de la moitié des bacheliers étrangers issus d’un lycée du réseau de l’AEFE décident de poursuivre leurs études dans un autre pays que celui de leur bac, selon la dernière enquête de Campus France. La France reste la destination privilégiée par deux tiers d’entre eux, majoritairement des élèves africains. 

 

Près de 55% des bacheliers étrangers ayant été scolarisés dans les lycées français à l’étranger choisissent de réaliser leurs études supérieures dans un autre pays que celui où ils ont eu le baccalauréat. D’après une récente étude de Campus France - l’agence pour la promotion de l’enseignement supérieur français - les deux tiers de ces bacheliers « mobiles » opteraient pour des études dans l’Hexagone.   

 

«  La présente étude montre que préparer son baccalauréat dans les établissements de l’AEFE est un formidable catalyseur pour la mobilité d’études post-bac vers la France. Ainsi, la probabilité qu’un bachelier étranger du réseau AEFE  en mobilité choisisse la France pour poursuivre ses études est 13 fois plus importante que pour la moyenne des étudiants internationaux à travers le monde » se félicite Campus France. 

 

Un succès à nuancer puisque la part de bacheliers étrangers du réseau de l’AEFE qui optent pour des études supérieures en France est en baisse de 2% depuis trois ans, et ce malgré la croissance du réseau. En effet, le nombre de bacheliers de l’AEFE aurait augmenté de 12% depuis 2012-2013.  

 

AEFE Campus France bacheliers étrangers
Source : Campus France

 

 

Un vivier majoritairement africain se dédiant à des filières sélectives

 

Avec 97 % de taux de réussite au baccalauréat, dont 75 % avec une mention, les bacheliers de l’AEFE ont un niveau académique bien supérieur à la moyenne française (87,9% en 2017). « C’est ce vivier d’excellence que les établissements d’enseignement supérieur français apprécient particulièrement et souhaitent accueillir », expose Campus France.

 

Une proportion importante des ces bacheliers étrangers accède aux filières électives (CPGE, écoles d’ingénieurs et de commerce, IEP, etc…). En effet, si 56,6% des étudiants étrangers du réseau AEFE optent pour l’université en France contre 71% des étudiants étrangers hors AEFE, ils sont en revanche 13,9% à choisir les classes préparatoires aux grandes écoles, contre 1% des étudiants étrangers hors AEFE. 

 

AEFE Campus France bacheliers étrangers
Source : Campus France

 

Le continent africain fournit près de 70% des bacheliers étrangers en mobilité vers la France. Sur le podium des zones géographiques d’origine des bacheliers étrangers ayant opté pour des études en France l’an dernier, on trouve l’Afrique du Nord (1 339 élèves), l’Afrique subsaharienne (1 098) et le Moyen-Orient (313). Ainsi, dans les lycées français d’Algérie ou du Gabon, ce sont plus de 90% des bacheliers étrangers qui choisissent de rejoindre les bancs des universités françaises.   A l’inverse, les lycées français installés en Italie, au Liban, aux Etats-Unis ou encore à Singapour, envoient moins de 50 % de leurs bacheliers vers l’Hexagone. 

 

AEFE Campus France bacheliers étrangers
Source : Campus France

 

2 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

NICOLAE DRAGULANESCU ven 06/07/2018 - 09:46

La Roumanie aurait pu aussi fournir des bacheliers francophones desirant a poursuivre leurs etudes en France.... Le souvenir des centaines de jeunes roumains (nos grandparents ou parents) ayant etudie en France (merci la France!) entre les annees 1840-1950 et qui, une fois rentres en Roumanie a la fin de leurs etudes, ont largement contribue a ameliorer les savoirs et savoirs-faire de leurs concitoyens A ETE LONGTEMPS LE PRINCIPAL FACTEUR MOTEUR DES ROUMAINS POUR ETUDIER EN FRANCE....Sans compter la valeur intrinseque, pour eux, de la "langue de coeur" occtroye en Roumanie a la langue francaise par pas mal de Roumains... A qui la faute si, apres 1993, tout a change EN MAL ET EN PIRE EN ROUMANIE concernant l'ínteret de mes concitoyens Roumains pour les etudes en France?????? Parce que... - ....la promotion de la langue francaise dans la societe et les ecoles roumaines est devenue PRESQUE INVISIBLE (en comparant avec ce que font, dans ce but, les locuteurs des langues anglaise et allemande, surtout) -....les "investisseurs" francophones en Roumanie preferent utiliser la langue anglaise dans leur communication avec les Roumains ou meme entre eux!...Investir dans la maitrise de la langue francaise par les Roumains aurait pu etre le premier interet national des Francais expatries! -....certains responsables francais envoyes en Roumanie pour promouvoir la France dans notre pays considerent que la langue francaise serait pour les Roumains seulement un "enjeux economique de premier ordre"! CE N'EST PAS DU TOTUT ASSEZ vu le fait que les responsables, les eleves et les etudants roumains ont de plus en plus D'AUTRES CHATS (bien plus attirants et faciles!) A FOUETER!.... -... le nombre des professeurs, eleves et etudants impliques dans l'etude de la langue francaise avait drastiquement chute apres 1993, l'annee, helas, de l'admission de la Roumanie au sein de l'OIF !! L-ex administratuer OIF Roger Dehaybe a meme signe la honteuse reponse (a notre demande) par ecrit ci-apres "L'OIF n'a ni la vocation et ni les moyens pour defendre la francophonie roumaine!"..." -...l'offre de l'Institut Francais de Roumanie (meme apres avoir change de denomination!) est TRES INFERIEURE qualitativement et quantitativement a l'offre, par exemple, du Centre Culturel Francais d'Oran (ceci expliquant le positionnement de l'Algerie dans les statistiques ci-dessus)... En attendant (depuis plus d'un quart de siecle!) le reveil des decideurs francais de la sort de leur langue en Roumanie, Tres sincerement, Pr.Nicolae Dragulanescu President de la Ligue Roumanie-France (www.roumanie-france.ro, groupe FB LIGUE FRANCOPHONE DE ROUMANIE) "Pere" de Radio Delta-RFI et de TV SIGMA-TV5 en Romanie (depuis 1991) Ancien masterand et doctorand en France (sans bourse du Gouvernement francais!)

Répondre
Commentaire avatar

xavierklein mar 10/07/2018 - 22:02

Monsieur Dragulanescu, Citoyen français, je partage entièrement votre opinion et votre courroux. Malheureusement, ce triste état de fait est généralisable à tous les pays. Une langue porte des valeurs et une culture. L'abandonner si pitoyablement est une faute politique, culturelle et -ce qui importe à nos politiciens- surtout économique. Que représenterait, budgétairement, de soutenir le français et la francophonie partout dans le monde? Une goutte d'eau dans l'océan de la dette française! Mais surtout un désinvestissement économique à long terme. Avec nos "grands technocrates" actuels, on n'aurait jamais construit le palais de Versailles, ni réuni les collections du Louvres qui rapportent tant de devises des siècles plus tard. Il y a une dizaine d'année, j'assistais à la réunion des cadres d'une très grande entreprise française (350 personnes). Les débats se sont déroulés en (mauvais) anglais. A l'issue du séminaire, nous nous rendu compte que tous les participants ETAIENT FRANCAIS. Kafka et le Père UBU ne sont pas morts en vain!

Répondre

Famille

EXPATRIATION

Vivre à l’étranger pour mieux se connaître ?

D’après une étude scientifique américaine, vivre à l’étranger permettrait de mieux se connaître. Plus le séjour est long, plus la perception de son tempérament et de ses désirs serait juste. 

Retour en France

EXPAT – 5 conseils pour des vacances en France réussies !

Voilà l'été et le retour tant attendu dans la mère patrie. Ça y est, vous y êtes… le petit café au comptoir, les marchés colorés, l’odeur de lavande, ou du varech… Vous en avez rêvé pendant un an.

Sur le même sujet