TRIBUNE : Français de l’étranger, nous pouvons faire la différence

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 20/04/2022 à 11:51 | Mis à jour le 20/04/2022 à 12:21
Photo : Thierry Masson, Président du groupe Majorité présidentielle à l'Assemblée des Français de l'étranger
Thierry Masson

Nous avons reçu cette tribune signée par Thierry Masson, Président du groupe Majorité présidentielle à l'Assemblée des Français de l'étranger. 

 

Pour la troisième fois dans l'histoire de la Cinquième République, une candidate d’extrême-droite s'est qualifiée pour le second tour de l’élection présidentielle française. Face à Marine Le pen qui ignore les Français établis hors de France, j’appelle à voter en masse pour Emmanuel Macron le dimanche 24 avril 2022 (le samedi 23 pour ceux qui habitent aux Amériques) afin d’élire, avec le reste de la communauté nationale, le prochain président de la République.

France is back!

Depuis 2017, la France s'est de nouveau affirmée comme un acteur majeur sur la scène européenne et internationale. France is back! comme nous avons eu la fierté de pouvoir le tweeter et le poster sur nos réseaux depuis cinq ans.

 

En 2019, Emmanuel Macron a réussi à imposer en haut de l’agenda européen l’idée d’un Pacte Vert pour mettre fin aux émissions nettes de gaz à effet de serre. En 2020, le président a convaincu la chancelière Merkel de débloquer un plan de relance de 750 milliards d'euros pour contrer les conséquences de la Covid-19 et de flécher 30 % de ce montant pour la transition écologique.

 

Plus récemment, les appels du président sortant pour une Europe de la défense ont trouvé un réel écho en Europe du fait de la guerre en Ukraine avec une stratégie militaire commune et une hausse du budget.

 

Les résultats économiques obtenus en France en matière de chômage (notamment chez les jeunes), de pouvoir d’achat et de baisses d’impôts des Français les plus vulnérables contribuent au rayonnement de la France à l’étranger, dont, nous Français de l’étranger, sommes les témoins régulièrement dans nos quotidiens étrangers.

 

Cela s’est traduit d’ailleurs en conséquences très concrètes, car la France est le pays le plus attractif d'Europe pour les investissements étrangers depuis quatre années consécutives !

 

Français à part entière

En pleine pandémie de Covid-19, le président a protégé tous les Français, même ceux qui résidaient à l’étranger. Aucun État au monde ne s'est autant mobilisé pour ses communautés expatriées que la France. Le président de la République a répondu présent et a débloqué une aide exceptionnelle de 50 millions d'euros pour venir en aide aux Français en difficulté.

 

Nous reconnaissant comme des Français à part entière, il a assuré le maintien d’un contact étroit avec les services publics, un service de rapatriement sans précédent, ainsi qu'un service de téléconsultation médicale. La France a été le seul pays à fournir des vaccins et une aide matérielle à ses ressortissants de l'étranger qui n'avaient pas accès à une vaccination ou à des soins complets.

 

Enfin, grâce à l’action du ministre en charge des Français de l’étranger, Jean-Baptiste Lemoyne, un plan de soutien massif de 150 millions d’euros a été adopté pour nos lycées français. 50 millions pour les bourses, 50 millions pour les établissements les plus en difficulté et 50 millions d’euros en avances remboursables de trésorerie à des établissements dans une situation difficile.

 

Au-delà de son action pendant la crise, simplifier la vie des Français de l'étranger a été un axe central du projet d'Emmanuel Macron durant son quinquennat. Confronté aux multiples difficultés que nous rencontrons pour accéder aux services publics, le gouvernement a entrepris un travail exceptionnel de dématérialisation des procédures et de centralisation des dispositifs.

 

Une plateforme unique, France Consulaire, a été mise en place pour que chaque Française et chaque Français vivant à l'étranger puisse obtenir des renseignements consulaires par téléphone, partout et à tout moment. De même, un travail important a été réalisé pour développer une nouvelle application de prise de rendez-vous au consulat, dont les premiers tests débuteront fin avril 2022.

 

Le seul à avoir un projet pour nous

Emmanuel Macron s'est adressé le 26 mars 2022 aux 2,5 millions de Françaises et de Français de l'étranger pour leur présenter un projet clair et complet. Des leçons ont été tirées de l'expérience de la crise de la Covid-19 et le président est déterminé à continuer à protéger nos concitoyens expatriés.

 

Ainsi, en cas de crise, le délai de carence, c’est-à-dire la période entre le jour de la constatation d’une maladie et celui à compter duquel les indemnités sont payées par la sécurité sociale, sera systématiquement supprimé. Emmanuel Macron souhaite également créer un statut de « résidence de repli » qui permettra aux Français de revenir en France à tout moment. Cette résidence en France pourra bénéficier d’un certain nombre d’exonérations fiscales.

 

Parce que le français est notre bien commun, Emmanuel Macron veut permettre à tous les enfants résidant à l'étranger d’avoir accès à un Pass Éducation Langue Française pour que les enfants scolarisés dans les systèmes étrangers puissent maintenir un lien fort avec notre langue. De plus, Emmanuel Macron prévoit d’étendre le Pass Culture aux enfants français de l’étranger, près de 300 euros pour découvrir le monde de la culture.

 

Le président entend enfin accélérer la simplification des démarches engagée depuis 2017. Le candidat souhaite créer la plateforme en ligne « France Services Français de l’Étranger » qui permettra de joindre l’ensemble des services publics 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Les Français de l'étranger pourront également renouveler leurs papiers d'identité, déposer des procurations et établir des certificats de vie de manière dématérialisée, sans se déplacer au consulat.

 

La candidate du déclassement de la France

De son côté, la candidate d'extrême droite a exclu de son programme électoral les Français établis à l'étranger. Son site internet de campagne n’affiche aucune mesure à leur intention. Il faut aller dénicher un questionnaire sur internet pour trouver des promesses d’un autre temps, comme la gratuité des lycées français dont pas même le premier euro n’est financé.

 

Pire encore, pour nombre de nos concitoyens expatriés, c'est la nationalité française qui serait en jeu. La candidate a dès 2011 demandé aux binationaux de « choisir leur allégeance ». Bien que cette mesure ait été abandonnée depuis, elle reste ancrée dans le corpus idéologique de l’extrême-droite française. D’ailleurs, la candidate prévoit toujours dans son programme actuel d’interdire un certain nombre de postes liés à la fonction publique aux binationaux.

 

A cela s'ajouterait un déclassement assuré de la France en Europe et au niveau international. En 2017, la candidate déclarait que la majeure partie de son programme n'était pas réalisable avec l'euro et l'Union européenne, et proposait de quitter l'Union. Chat échaudé craignant l'eau froide, le Frexit a disparu.

 

C’est pourtant bien une sortie non avouée de l'Union européenne que continue de défendre la candidate, puisque la majeure partie de son programme nécessite de geler la participation de la France à l'Union européenne et à ses programmes. Elle veut l’Union mais sans règle. Le Far West pour la candidate de l’ordre.

 

Rappelons-nous

 

Parce que nous, Françaises et Français vivant à l'étranger, contribuons aussi au rayonnement de la France, de notre langue, de notre culture et de nos valeurs sur la scène européenne comme à l'international, nous avons le droit d'être entendus, considérés et défendus. Nous aurons donc le choix ce dimanche 24 entre un candidat qui porte une vision pour nous, Emmanuel Macron, et la candidate d'extrême droite, Marine Le Pen, qui ne compte visiblement pas sur nous.

 

Rien n’est joué. A 48h du vote sur le Brexit, les sondages créditaient le camp du « Remain » de 53 % des intentions de vote contre 46% en faveur de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union. Quelques jours avant l’élection de Donald Trump aux États Unis, les enquêtes donnaient quatre points d’avance à la candidate démocrate. L’abstention sera la clé de l’élection de dimanche.

 

Avec 65 % d’abstention, la réserve de voix est conséquente. Près d’un million de personnes qui peuvent faire basculer le résultat.

 

Mobilisons-nous.

 

Thierry MASSON

Président du groupe « Majorité présidentielle »

Assemblée des Français de l’étranger

0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique