Dimanche 5 décembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Hope, le média solidaire qui aide les jeunes athlètes à réaliser leur rêve olympique

Par Capucine Taconet | Publié le 28/10/2021 à 18:00 | Mis à jour le 29/10/2021 à 10:58
athlètes Hope média solidaire

Saviez-vous que l’équipe de France masculine de hockey sur gazon s’est qualifiée pour la Coupe du monde 2023 en Inde ? Peut-être découvrez-vous d’ailleurs que le hockey sur gazon a son mondial ? Beaucoup de sports sont peu médiatisés et restent inconnus du grand public, tandis que leurs athlètes ne peuvent pas en vivre, y compris à très haut niveau. Le média Hope s’est donné pour mission de faire connaître au grand public des disciplines sportives peu connues, en suivant de jeunes champions prometteurs qui visent une médaille olympique.

 

Nous nous sommes entretenus avec Thibaut Legrain, le fondateur de Hope. Grâce à son association, il met en avant de jeunes athlètes français pour leur permettre de trouver des sponsors et d’atteindre leur rêve : participer aux Jeux Olympiques. Thibaut nous raconte la passion contagieuse de ces jeunes de l’ombre qui s’entraînent avec acharnement et vont à la rencontre d’élèves d’établissements défavorisés pour les inviter à rêver, eux aussi.

 

Comment est née l’idée de Hope ?

Je travaillais depuis 20 ans en marketing export chez L’Oréal lorsque j’ai décidé de prendre un congé sabbatique d’un an. C’était en 2010. Je suis parti avec ma femme et mes enfants voyager en Amérique du Sud, du sud du Chili, à la Colombie. Un matin, lors de l’ascension d’un sommet à 4500 mètres d’altitude au Pérou, nous rencontrons Victor, un jeune guide de haute montagne et athlète le reste du temps. Il s’entraîne avec détermination tous les matins, guidé par un rêve : participer à un marathon olympique. Inconnu, sans entraîneur, Victor ne doute pas qu’il participera un jour aux Jeux Olympiques. Je suis fasciné par la force de son rêve, lui qui avait été abandonné par ses parents et forcé à travailler à l’âge de huit ans. À mon retour en France, j’ai rapidement quitté L’Oréal pour monter un projet entrepreneurial. J’ai créé l’association Hope, afin que le sport soit source d’inspiration et d’inclusion pour les jeunes.

 

Manon Brunet, épéiste en intervention dans une école avec des élèves handicapés
Manon Brunet, épéiste en intervention à l'école Toulouse-Lautrec de Vaucresson, qui accueillent des élèves avec des handicaps moteurs

Quelle est la mission de votre média ?

Grâce à notre média, nous mettons en valeur douze jeunes d’une vingtaine d’années qui pratiquent des sports olympiques peu médiatisés. Le but du média Hope est de raconter la construction de ces jeunes à travers différents thèmes : les débuts, l’entourage, le place outsider/favori, le rêve olympique… Notre association ne vise pas seulement à mettre en lumière ces sportifs prometteurs inconnus du grand public, mais aussi à leur permettre d’inspirer d’autres jeunes à leur tour. Les athlètes Hope interviennent dans 30 écoles de REP et dix établissements d’élèves en situation de handicap. Nous faisons venir des athlètes handicapés dans des classes d’élèves valides également, car c’est très important de changer de regard sur le handicap et le handisport. Chaque athlète effectue quatre interventions par an dans les écoles, une manière de créer des liens privilégiés avec les élèves.

 

De quel accompagnement disposent les athlètes qui font partie de la « famille » Hope ?

Nous donnons de la visibilité aux athlètes grâce à de petites capsules vidéo que l’on diffuse sur les réseaux sociaux, et nous leur fournissons une bourse pour les soutenir financièrement, étant donné qu’ils n’ont généralement pas de sponsor et qu’ils sont obligés d’avoir un emploi alimentaire à côté de leurs entrainements. Pour leur offrir ces bourses, nous cherchons des partenaires, prêts à les sponsoriser. C’est là qu’est la principale difficulté. Beaucoup d’entreprises sont intéressées pour devenir les partenaires de sportifs déjà au sommet, mais nous n’avons aucune garantie à leur donner, car ce sont des jeunes en début de carrière. Il faut faire ce pari.

 

Qu’est-ce qui vous touche dans les parcours des jeunes que vous accompagnez chez Hope ?

Je suis impressionné par l’engagement de ces jeunes. Ils sont prêts à sacrifier beaucoup de choses pour atteindre leur objectif, et pourtant c’est un plaisir pour eux. Leur rêve est de ramener une médaille des Jeux Olympiques, une échéance à long terme pour laquelle ils déploient des efforts incroyables, dans l’ombre.  

 

Quels sont les retours des rencontres avec les élèves ?

Les interventions scolaires des athlètes Hope rencontrent un très grand succès auprès des élèves. C’est une occasion rare de partager la vie d’un champion et de découvrir des sports qu’ils ne connaissent parfois pas. Je me souviens d’une rencontre avec Matteo Desgouillons, champion de hockey sur gazon. Aucun élève n’en avait jamais fait, ils ont été ravis d’essayer et de découvrir de nouvelles sensations. C’est très encourageant pour notre association, et cela nous donne envie de travailler avec des associations sportives dans la ville, pour permettre aux élèves qui le désirent de continuer leur pratique du sport dans un club.

 

Qu’est-ce que ces interventions apportent aux athlètes ?

Les athlètes Hope sont contents de donner de leur temps, de se rendre utile, et surtout de voir les yeux des enfants qui brillent. Ils sont ravis de répondre à leurs questions, souvent assez naïves, de prendre des photos avec eux, leur signer des autographes. Les rencontres à l’école sont l’occasion de transmettre tout ce qu’ils ont appris au cours de leur parcours, leurs difficultés, leurs réussites : des moments très précieux pour des élèves qui viennent de milieux défavorisés.

 

Manon Pianazza, championne de planche à voile
Marion Pianazza, athlète Hope, vice championne olympique aux JO de la jeunesse en 2018 et championne du monde junior 2021​​​​​​

Quels effets ont eu les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo sur la reconnaissance de vos athlètes ?

Les Jeux Olympiques, et surtout les Jeux Paralympiques de Tokyo ont été bien médiatisés pour la première fois, et ont permis de faire de bonnes audiences. Deux de nos athlètes Hope y participaient et ont brillé. Manon Brunet a raflé la médaille de bronze en sabre individuel, et l’argent en équipe, et Nélia Barbosa est devenue vice championne olympique en paracanoë. Mais nos autres champions de Hope ont continué à s’entraîner dur et à remporter des titres en dehors des Jeux Olympiques de Tokyo : Carlota Dudek est devenue championne de France de breakdance et Marion Pienazza championne du monde junior de planche à voile. Maintenant, tous ont Paris 2024 dans le viseur, et nous espérons pouvoir les y emmener pour qu’ils touchent leur rêve du doigt.

 

 

 

Capucine Taconet

Capucine Taconet

Étudiante nantaise expatriée à Paris pour ses études de journalisme. Elle a connu lepetitjournal.com lors d’un échange universitaire à Bogota et rejoint la rédaction internationale en septembre 2021.
0 Commentaire (s) Réagir

Gastronomie

Rome
TRADITIONS

Les plats traditionnels de Noël en Italie : Le Panettone

Les fêtes de Noël vont bientôt débuter dans la capitale italienne. Les plats typiques à Noël varient du nord au sud de l’Italie, pour le plus grand bonheur des gourmands.