Everything, everywhere, all at once : un multivers d’émotions

Par Damien Bouhours | Publié le 30/08/2022 à 17:45 | Mis à jour le 30/08/2022 à 17:45
everything everywhere all at once

Le phénomène venu des Etats-Unis débarque enfin en France ! Everything, everywhere, all at once, va vous émerveiller, vous bouleverser, vous faire rire, mais surtout vous surprendre !

 

Michelle Yeoh dans everything everywhere all at once

 

Difficile de décrire le nouveau film des Daniels en quelques mots : l’actrice malaisienne Michelle Yeoh, un bagel qui menace le monde, le multivers, des doigts-saucisses… et pourtant le film se résume plutôt en une multitude d’émotions, si magnifiquement dépeintes par ce film au scénario singulier et pourtant universel. Ai-je réussi ma vie ? Est-ce qu’elle ne se limite qu’à ça ? Est-ce qu’une famille dysfonctionnelle peut quand même être heureuse ? Autant de questions que le spectateur se pose au milieu de magnifiques scènes de combats mais aussi de moments poignants.

 

Evelyn wang et sa famille dans everything everywhere all at once

 

Michelle Yeoh sous toutes ses formes

Everything, everywhere, all at once, est surtout l’histoire d’une femme. Evelyne Wang (Michelle Yeoh) n’en peut plus de sa vie. Elle tient un pressing avec son mari (Ke Huy Quan), qui veut demander le divorce. Elle reproduit avec sa fille (Stephanie Hsu), la relation chaotique que son père (James Hong) entretient avec elle. Et surtout, elle est harcelée par une inspectrice des impôts (Jamie Lee Curtis) qui fait du zèle. Mais c’est au moment où elle doit remettre de l’ordre dans sa vie, que celle-ci bascule. Toutes les tâches ordinaires ne sont rien face au défi qui l’attend : elle a été choisie parmi toutes les versions qu’elle est, a été et sera, pour sauver le monde. Parmi tout le multivers qu’elle explore, Evelyn se voit actrice superstar, chanteuse adulée ou tout simplement plus heureuse. Evelyn n’est finalement que l’ombre d’un elle-même qu’elle n’a pas osé être. Elle doit maintenant faire face à toutes les opportunités qu’elle a laissé passer mais également à la beauté de tous ses sacrifices.

Les Daniels réalisateurs de Everything Everywhere all at once
Les Daniels, réalisateurs de Everything Everywhere all at once

L’empathie dans le chaos

Everything, everywhere, all at once surprend par la beauté de ses images, la folie de son scénario mais aussi par la justesse de ses émotions. « L’une des choses que nous préférons, c’est faire en sorte que les gens ressentent quelque chose tout en regardant quelque chose d’absurde », déclare Scheinert, l’un des Daniels. « Depuis l’arrivée du Covid, les gens ne cessent de dire qu’ils sont fatigués d’être empathiques. Mais j’ai l’impression que c’est quelque chose qui existait déjà avant l’épidémie. Trop de choses nous préoccupent et nous perdons le fil. C’était la dernière clé pour transformer Everything en un film sur l’empathie au milieu du chaos. », ajoute son autre moitié, Kwan. C’est finalement dans ce chaos que nous sommes plongés dans l’universalité du message des Daniels : faire attention aux autres sans pour autant perdre qui l’on est.

 

 

Dans les salles le 31 août en France

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale